Est-ce que la PMA nous change ?

C’est une question que je pense, nous nous posons toutes à un moment ou un autre de notre parcours.

Spontanément, j’ai envie de dire, bien sûr que ça nous change !
C’est difficile, il faut apprendre à accepter que nous n’aurons pas la vie dont nous avons envie, il faut s’endurcir pour faire face aux traitements et aux échecs, ça créée des décalages avec notre entourage. On se sent parfois seule, isolée, incomprise, inutile, anormale (je parle pour moi, peut-être vous n’avez jamais ressenti cela).

Quand je relis certains articles de mon blog, je ressens de l’aigreur, de la jalousie, de la méchanceté, de la tristesse aussi et je me dis que ce n’est pas moi, je n’étais pas comme ça avant…

pm-endurcir

Et pourtant, n’ai-je jamais eu un mauvais fond enfui tout au fond de moi ?

Comme la plupart des gens, je ne suis pas Mère Thérésa, je suis parfois égoïste, rarement dans la compassion, mais je ne crois pas avoir un mauvais fond et être volontairement méchante ou blessante. Je suis agressive uniquement quand je me sens agressée.

Le problème, c’est qu’avec la PMA, des comportements anodins m’agressent.

Par exemple, une femme enceinte qui se plaint de sa grossesse, avant la PMA, j’aurais ressenti de la compassion, puis rapidement de l’ennui, mais je ne lui en aurais jamais voulu.

Aujourd’hui, selon les jours et le moral, je vais me protéger, soit en évitant (parfois inconsciemment) de me retrouver face à certaines situations, soit me désintéressant complètement de manière presque insultante des gens.

La semaine dernière, nous avons dîné avec un couple d’amis qui sont rentrés en France après 5 ans passés à Singapour, du fait de l’éloignement, je ne leur ai jamais parlé de notre parcours.
Nous n’avions pas vu leur fille depuis 2 ans (c’est marrant, je me rappelle que j’avais pris mon premier clomid à Singapour quand nous étions chez eux et que je pensais pouvoir leur annoncer une bonne nouvelle en rentrant à Paris) et jamais vu leur fils qui a 1 an, et quand il ont montré les photos de leurs enfants, je ne les ai pas regardé une seule seconde, seul mon mari a regardé et commenté pendant que je me resservais du champagne. Sur le moment, je ne me suis pas posée de question, puis en rentrant, je me suis dit que j’avais été très égoïste de ne montrer aucun intérêt pour les enfants de mes amis, surtout qu’ils n’en faisaient pas des tonnes et nous ont juste montré 2/3 photos. J’hésite à les appeler pour m’excuser et leur expliquer que je viens de faire une fausse couche après ma première accroche en 2 ans de PMA et que c’est difficile pour moi en ce moment de regarder des photos d’enfants, mais qu’à la rentrée, je serais sûrement ravie de passer un moment avec eux et leurs enfants.

Je n’aurais jamais eu ce genre de réaction avant la PMA, c’est certain. Mais en revanche, je sais que si j’avais ressenti la volonté de quelqu’un de se vanter de façon trop visible, j’aurais pu avoir le même genre de désintérêt affiché pour bien montrer que je n’étais pas impressionnée.

 

Mon parcours PMA étant ce qu’il est, je trouve qu’il a aussi fait ressortir chez moi une forme de force et de persévérance que je ne pensais pas avoir en moi. L’homme me dit souvent que si c’était lui qui devait subir tous les traitements, ça ferait longtemps qu’on aurait tout arrêté.
Ma mère me dit souvent que je suis courageuse et qu’elle est fière de moi et elle dit aussi qu’elle n’est pas étonnée et me raconte souvent cette anecdote dont je n’ai aucun souvenir. La première fois qu’on m’a emmené ski, je devais avoir 5/6 ans et apparemment aucun talent naturel pour le ski. Après un cours, semble-t-il, passé le nez dans la neige, j’ai pris mes skis sur le dos car je n’arrivais pas à prendre le téléski et j’ai remonté la piste pour essayer à nouveau, il parait que je tremblais de froid et que je pleurais, mais que j’ai recommencé plusieurs fois et dès que ma mère essayer de me ramener à la maison, je lui répondais en hurlant  « J’y arriverai ». Il existe en effet quelques photos où me voit toute rouge les larmes aux yeux et la morve au nez seule sur la piste à porter mes skis.

J’ai toujours eu moi, cette conviction que si je faisais des efforts, tout était possible et que j’y arriverais. La PMA m’a appris que malheureusement je n’avais pas toujours en moi les clés du succès, mais par contre j’ai maintenant conscience de cette force et de cette persévérance.

 


If at first you don’t succeed
Dust yourself off and try again
You can dust it off and try again


 

J’ai donc tendance à penser que la PMA ne nous change pas, mais exacerbe certains de nos traits de caractères, fait ressortir nos angoisses et transforme des situations banales en agressions qui nous font réagir comme nous ferait réagir n’importe quelle agression.

En revanche, ce que la PMA a changé, c’est qu’elle me fait douter de moi et me rend plus vulnérable.
La PMA m’a fait pleurer au travail alors que rien ne m’avait jamais fait pleurer au travail avant, que ce soit :

  • la fatigue de mes premiers stages ou je travaillais 12 à 15 heures par jour tous les jours,
  • les boss tarés qui ont lancé une chaise en travers de la salle quand j’essayais de négocier une augmentation,
  • les clients hystériques qui ont hurlé et déchargé leur stress sur moi pendant une heure au téléphone au saut du lit,
  • les voyages répétés dans des pays improbables (oui, il existe des pays « improbables », je ne donnerais pas la liste ici pour ne pas être taxée de racisme, mais la tournée des bars à putes dans certains pays de l’ex-URSS est considérée comme une activité « normale » dans le cadre de dîners professionnels, même si vous êtes une femme apparemment) avec des réveils à 5 heures du matin pour des retours à minuit passé à Roissy (dans le but d’éviter les soirées sus-citée avec les équipes locales),
  • les projets innovants « qui n’ont jamais été fait avant » au moment d’appuyer sur le bouton quand tout le monde te dit que ça ne marchera jamais.

Rien ne m’a jamais fait pleurer au travail sauf mes échecs de FIV et ça je ne le pardonnerai jamais à la PMA.
Tiens, ce ne serait pas mon côté intransigeant qui ressort 🙂

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Est-ce que la PMA nous change ? »

  1. lach0uette

    Je suis d’accord avec le côté « monde parallèle » que met en évidence l’infertilité et la pma.
    Des situations autrefois anodine et furieusement banales nous heurtent violament aujourd’hui. Tandis que d’autres situations absurdes (genre parler de nos gratouillis vaginaux à des dizaines d’inconnus ou s’y faire enfiler quantité d’objets par des types qu’on a croisé deux fois) sont devenues presque naturelles.

    Répondre
  2. Bounty Caramel

    Ah ben j’aillais ecrire mot pour mot tes dires. Je pense que finalement la pma ne nous change, elle renforce ce que sommes, nos convictions, nos traits de caratère… et elle nous fait découvrir nos traits que nous ne connaissions pas encore. Des bises (et j’ai eu le même reaction que toi après ma fc).

    Répondre
  3. Zelda

    Je suis assez d’accord avec toi, on ne change pas vraiment, mais notre façon d’être , de réagir, de se comporter, s’exagère à cause de la pma et ces parcours si difficiles auquels nous sommes confrontés. Pleins de courage, j’espère fort que « oui tu y arriveras » !! Des bisous

    Répondre
  4. mamanpourquand

    Je crois que ces réactions sont un mécanisme de défense que notre coeur prend pour être capable de passé au travers. J’avais les même réactions envers mes amies qui attendait des bébés, j’étais très sévères envers elles. Lors d’une soirée entre filles (mélange de bonnes amies et connaissances), j’ai eu la chance de leur parler de mon parcours (le parcours émotionnel et non le parcours technique). Je leur ai dit les moments qui mon frustrer, la rage que j’ai pu avoir contre elles, les tristesses noires….et la culpabilité d’être incapable de partager ces moments….tout….Et après cette soirée, les grossesse autour de moi était tellement plus facile à accepter….j’me suis même surprise à leur demander de voir les photos de leur écho ! Ce moment a été un moment clé de mon parcours !

    Répondre
  5. miliette

    ton post me parle me parle !!
    alors tu skies maintenant ?
    t’es peut-être pas précisément mère Theresa, mais tu es une très chouette personne, pleine de jolies qualités !

    Répondre
  6. margoublog

    Effectivement, la PMA fait ressortir des aspects de la personnalité. Mais pas plus que d’autres épreuves de la vie que surmontent certains. C’est bien la preuve que l’infertilité est une vraie épreuve douloureuse au même titre que la perte d’un être cher ou qu’une maladie quoiqu’en disent ou pensent les gens autour de nous.

    Répondre
  7. Cloudy

    Ton post me parle…
    Je n’ai jamais persévéré dans le chemin du ski (bien qu’habitant dans une région dite de montagne).
    La PMA m’a fait prendre conscience de mes potentialités, de mes forces, tandis qu’au travail mon employeur n’a de cesse de me renvoyer ma fragilité…
    Cette épreuve est la première de ma vie, alors forcément… Elle m’a permis d’apprendre à me connaitre, de renforcer mon couple, de savoir qui je suis et ce que je veux ou pas aujourd’hui. Ce qui n’est pas rien.
    Pour ce qui est de la vie sociale, parfois je dis, afin de ne pas mettre mes interlocuteurs en difficulté. Je dis de mon état et de ma situation et parfois je prends beaucoup de recul. Et tant pis pour la manière dont les autres me perçoivent, cela ne peut que leur appartenir.
    On ne peut pas faire attention à tout le monde 😉 ce qui n’est nullement un signe d’égoïsme pour moi, sinon de la protection.
    Des pensées

    Répondre
  8. Martine

    J’adore te lire! Je me sens moins seule!

    Je dirais que la PMA ne me change pas non plus mais je suis plus extrême dans mon caractère. Je ne tolère plus les petites choses qui m’agaçaient… Je sais pas si c’est la PMA ou les épreuves qu’elle a généré…

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s