Eloge de la gentillesse

J’avais écrit ce post avant les résultats de prise de sang de mercredi au cas où je ne me sente plus capable de gentillesse suite à une nouvelle claque pour me rappeler qu’il faut rester soi-même dans ce combat. J’ai eu la chance d’avoir un début d’espoir mercredi, j’ai refait une prise de sang ce matin, les résultats tomberont ce soir, donc je profite de cette fenêtre « neutre » pour poster cet article.
Happy Friday !

PS : Attention, les votes pour Miss France ferment ce soir à 17h.

****

Récemment j’ai lu le livre de Laurent Gournelle Le jour où j’ai appris à vivre, il faut que je fasse une fiche de lecture pour la Liseuse Hyperfertile, mais en attendant, je voulais parler de ce livre.

le jour ou jai appris a vivre

Pour situer un peu Laurent Gournelle, enfin le peu que j’en connaisse, il avait écrit un livre L’homme qui voulait être heureux que l’homme (le mien) avait lu il y a quelques années et je m’étais moqué de lui en lui demandant s’il voulait devenir un joyeux lutin, car rien ne va jamais chez l’homme, tel Woody Allen, il peut transformer les petites contrariétés du quotidien en drame tout en étant un roc sur lequel je peux m’appuyer.

Pour en revenir au livre Le jour où j’ai appris à vivre, c’est l’histoire d’un homme qui pense qu’il va mourir bientôt et qui change tout dans sa vie, enfin surtout dans sa manière d’aborder les chose et sa manière d’être avec les autres.

C’est un peu de la philosophie de comptoir, mais vous le savez, c’est celle qui me parle le plus.

Pour vous résumer très grossièrement le message, c’est que la vie et les personnes qui nous entourent dépendent en grande partie de la manière dont nous nous comportons et dont nous abordons les choses car tout est connecté.
En étant sincèrement gentil et attentionné avec les autres, on a plus de chance de recevoir de la gentillesse et de l’attention en retour et de se sentir plus en harmonie avec soi-même que si on est égoïste et agressif.

C’est quelque chose dont je suis convaincue depuis longtemps, ma mère m’ayant toujours demandé de me remettre en question « tu t’es fâchés avec tes copines, elles ne sont pas sympas avec toi, mais est-ce que tu es une bonne copine sympa avec elles ? ».
Bon, une fois adulte, ça peut donner un léger manque de confiance en soi, mais en fait je crois que c’est une vraie force de savoir se remettre en question, quitte à se dire qu’on a raison et que les autres ont tort, mais c’est essentiel de savoir se mettre à la place de l’autre, essayer de comprendre ce qu’ils ressentent et pourquoi ils ont certains comportements qui nous dérangent ou nous blessent.

En ce moment, j’ai parfois l’impression qu’il est à la mode de dire ce qu’on pense sans filtre quitte à être méchant : « Moi, je dis ce que je pense, je ne suis pas hypocrite, tant pis si ça ne plait pas », certes, mais est-ce une bonne chose ? Est-ce une marque d’intelligence ou au contraire de comportement primaire ? Tel un enfant, à qui il semble impossible de contrôler ou de filtrer ce qui lui passe par la tête.
Personnellement, j’aime bien le politiquement correct, je trouve que ça apaise les relations, surtout quand on est en terrain miné comme c’est le cas quand on est en PMA.

En tant qu’infertile, on vit forcément des choses difficiles que ce soit physiquement ou psychologiquement et les interactions avec notre entourage se font moins naturellement qu’avant.
Il est d’autant plus important que tout le monde fasse un effort supplémentaire en allant vers les autres, que ce soit nous en nous intéressant sincèrement à la progéniture de notre entourage, aux maux de grossesses de nos copines même si ce n’est pas facile. Et eux, en nous demandant comment on supporte les traitements, est-ce qu’on garde le moral et surtout en ne nous répondant pas qu’ils ne sont pas disponibles à cause des enfants quand on leur dit que ça ne va pas du tout et qu’on a besoin d’une copine pour boire des mojitos (même virgin si elle est enceinte) là tout de suite, maintenant.

Je lis souvent des réactions de notre entourage qui nous agressent et je suis la première à ne pas supporter les personnes qui étalent leur bonheur d’enfanter et de materner à ma face d’utérus défectueux.
Mais pour avoir discuté avec une copine, bien avant la PMA, je me rappelle qu’elle m’avait dit être vexée du manque d’intérêt de son frère pour ses enfants, je lui avais répondu que les enfants n’intéressaient pas tout le monde, j’avais moi même un intérêt plus que limité sur les fonds de couches. Elle m’avait répondu, oui, mais tu les regardes 5 minutes et tu me demandes si tout va bien. Ce qui en soi traduit bien un intérêt limité, mais finalement suffisant à ses yeux et connaissant mon intérêt limité elle ne s’est jamais étalé pendant des heures et s’est souvent contentée de me montrer quelques photos et de me raconter quelques anecdotes.

Tout ça pour dire qu’il suffit souvent de pas grand chose pour améliorer grandement nos relations même quand nous souffrons.
Plus j’avance dans ce parcours, plus je me rends compte de l’importance de garder notre gentillesse et de ne pas nous perdre dans l’aigreur et la rancœur à l’égard de tous ceux qui ont des enfants ou qui sont maladroits avec nous pour ne pas nous enfermer dans une spirale négative et garder un peu de bonheur au milieu de ce cirque.

Il ne faut pas oublier que notre situation peut mettre mal à l’aise notre entourage qui n’a pas toujours intuitivement les clés pour nous aborder sans nous vexer.
Entre ceux qui ne connaissent rien de notre parcours et qui ne peuvent même pas imaginer un quart du tiers de ce que l’on vit et ceux qui ne sont pas très subtiles, je pense qu’il est important d’expliquer ce que l’on vit et ce que l’on ressent, mais qu’il ne faut pas non plus hésiter à s’excuser quand on s’est mal comporté. Oui, ne pas se réjouir à l’annonce d’une grossesse, c’est mal se comporter. Normalement ce sont des amis et on doit se réjouir de ce qui leur arrive de bien. Après, on peut très bien leur dire qu’écouter tous les détails des maux de grossesse est un peu difficile en ce moment et qu’on changerait bien de sujet.

Voilà, j’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a confirmé qu’il fallait continuer à rester positive et gentille avec les autres car être gentille, ce n’est pas être un pigeon, c’est tout simplement essayer de créer un environnement plus humain pour tous
(appelez-moi Mère Thérésa) 🙂

Ce sera donc un Happy Friday ambiance peace and love !

happy_friday_red_smile_heart


N’oubliez pas d’adhérer à BAMP en 2015 !

Publicités

30 réflexions au sujet de « Eloge de la gentillesse »

  1. pmavie

    Je suis parfaitement d’accord avec toi ! J’ai eu visiblement le même genre d’éducation que toi qui fait que je me remet très souvent en question (et que je manque un brin de confiance en moi). Mais c’est finalement positif je trouve et vivre avec les autres (j’ai besoin des autres pour exister personnellement) c’est s’intéresser sincèrement à eux, se montrer attentif à leurs problèmes, empathique, etc…
    Je te souhaite un bon vendredi et je croise fort pour les résultats ce soir !

    Répondre
  2. tinkieginie

    J’aime ce post Queen, et j’aime cet auteur. « L’homme qui voulait être heureux » m’a récemment été offert par une amie chérie, et bien que je croyais déjà pas mal en ces principes, ce livre a encore élargi ma vision des choses et mon esprit. J’ai enchaîné avec « Les dieux voyagent toujours incognito » et le message est semblable. Etre soi-même aimable pour attirer la bienveillance, pouvoir se mettre à la place de l’autre pour le comprendre et l’amener à vous comprendre… Tu as raison de dire que nous devons aller vers les autres malgré notre souffrance. Ce n’est pas toujours facile, mais je suis sûre que cela amènerait des choses positives et que ça nous donnerait une force supplémentaire pour aller de l’avant. Merci pour ce joli message!

    Répondre
  3. Zapette

    Je me reconnais bien dans tout ça. Je pense aussi qu’on ne doit pas forcément dire toujours la vérité crue si elle peut blesser, ça n’a aucun intérêt.
    Je dis souvent : ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.
    On est des gentilles, que veux tu. 🙂

    Répondre
    1. julys974

      Là où je ne suis pas 100% d’accord, c’est que je crois qu’on peut tout dire. Tout dépend de la manière de le dire… La gentillesse n’est pas la mièvrerie, tout comme l’honnêteté ne rime pas forcément avec méchanceté.

      Répondre
  4. ptbichon

    Je suis bien d’accord avec toi. Même si dans la pratique parfois je galère à m’y appliquer… La gentillesse appelle la gentillesse.
    Il faut souvent faire attention à ne pas sombrer dans ce qu’on reproche aux autres. Même si la PMA est un parcours difficile et compliqué, nous n’avons pas le monopole de la souffrance.
    Alors bien sûr quand ça devient trop lourd d’écouter quelqu’un se plaindre de la grossesse difficile à vivre ou du quotidien avec les enfants qui n’est pas tout rose il faut lui dire et l’exprimer mais, calmement. Notre tord souvent c’est de laisser ces situations s’accumuler et donc quasiment exploser quand le vase est plein…
    Je suis ok pour le politiquement correct sans pour autant tomber dans l’hypocrisie. Comme tout c’est question d’équilibre.

    Sur ce, je te souhaite un bon vendredi à toi aussi et je reste bien croisée.

    Répondre
  5. theyellba

    Tiens j’ai acheté l’homme qui voulait être heureux suite à l’échec FIV 1… Ton message me parle, j’essaye d’appliquer de ne pas être aigrie mais c’est pas toujours simple! Tous mes doigts sont croisés pour ce soir^^ Bisous ma Reine

    Répondre
  6. Mamz'elle Bulle

    Intéressant… je ne connaissais pas cet auteur. Tu m as donné envie de le lire. Je suis assez d accord avec ta théorie. Je pense être quelqu’un d assez empathique. Naturellement, je m interesse aux autres (et à leurs nains). Ce qui est blessant c’est lorsqu on n a pas la même chose en retour… En vieillissant j arrive à me détacher de cela et vivre plus pour moi. Cest un peu égoïste mais du coup j attends moins des autres et me sens mieux dans mes baskets.

    Répondre
  7. miliette

    C’est « ton etat » qui te rend mièvre ?
    Merci pour ce joli post. Et oui, merci à toi qui m’a offert un verre à moi la PB, alors que tu te remettais de moments bien difficiles… ça m’avait vraiment touchée..

    Répondre
  8. marivalou

    Ce livre est un des prochains sur ma table de chevet (dans ma liseuse, quoi). Ok pour la gentillesse. Je suis d’accord. Seulement parfois, on a beau prendre sur nous, ce n’est pas facile. J’ai vécu le cas avec ma soeur qui est tombée enceinte juste au moment de ma première FIV négative, j’étais heureuse pour elle, mais à l’annonce, je n’ai pu empêcher mes larmes de couler. Bien sûr, par la suite, j’ai tenté de me rattraper, mais cela n’a jamais été suffisant pour elle.
    La plupart du temps, je suis une gentille (parfois trop selon mes proches, mais je suis pas d’accord). Sauf que parfois, je pense aussi que trop de gentillesse et de peace and love, ce n’est pas rendre service à ses proches. Bon, mais ce n’est que mon avis.
    Quant à prendre des nouvelles des enfants, et bien réagir (en apparence du moins) aux annonces de grossesses, et bien, je l’ai toujours appliqué, et vers la fin, c’était vraiment sincère. Je veux dire, je n’avais aucun fond de jalousie derrière, j’arrivais à me réjouir du bonheur des autres. Et ça, c’est une putain de récompense !

    Répondre
  9. Automne

    J’adhère totalement à ce que tu proposes ici… Et ta maman m’a tout l’air d’être plutôt chouette. J’essaie toujours de faire preuve d’empathie et donc de comprendre le point de vue de l’autre. Et on ne s’en sent que bcq mieux.
    Plein de pensées pour le taux de ce soir 🍀🍀🍀

    Répondre
  10. julys974

    Love Queen !! J’ai eu l’impression de me lire… On fait partie de la même planète. Celle des gentilles, des empathiques, des humanistes et des altruistes. Décidément, je réitère: ta maman est vraiment une très belle personne… Et elle a élevé une très belle reine. ♥

    Répondre
  11. mimiattend

    Je crois contrairement à d’autres qu’effectivement toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Il y a certes la manière de le dire, mais il y a des choses, je ne vois pas l’intérêt de les dire sous prétexte de ne pas être hypocrite. Ne rien dire, ce n’est pas hypocrite. C’est du bon sens parfois.
    Merci pour ce post (c’est les hormones ou bien?!?)

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s