On a échangé nos bébés

J’innove avec des titres racoleurs 🙂

Vous avez du voir passer dans la presse les articles sur ces bébés qui ont été échangés à la naissance dans le Sud. Une erreur d’une auxiliaire puéricultrice alcoolique à l’origine d’un remake de La vie est un long fleuve tranquille qui aurait fait une excellente télé réalité.

Blague à part, je n’ose imaginer l’horreur de la découverte de cette erreur pour les familles.

On pointe souvent la PMA et le don de gamète avec des arguments du types les enfants ne savent pas qui est leur père et qui est leur mère, mais finalement, ça arrive aussi aux fertiles. Il y a même une étude qui démontre qu’environ 5% des enfants n’ont pas leur véritable père biologique sur le livret de famille (d’autres études annoncent 15%, mais mon côté bisounours n’ose y croire).

MET-AJ-4-ROOMING-IN-1117

En PMA, on se pose aussi forcément la question, enfin moi je me la pose en tous cas.
Est-ce bien mes ovocytes tous pourris et le sperme de mon mari que vous avez utilisé ? Vous en êtes bien sûrs, car je ne les trouve pas tous très beaux, ni tous très vifs les autres couples dans la salle d’attente et ça m’ennuierai vraiment beaucoup de porter et d’élever leur enfant.

Bref comme je suis un peu paranoïaque, je vérifie toujours que c’est mon étiquette qui est sur la valisette à ovocytes avant d’aller au bloc, je vérifie aussi le nom de famille de mes co-ponctionnées pour vérifier qu’il n’y a pas de doublon, car l’homme a mon nom de famille écrit sur le tube de recueil au marqueur. Je lui dis bien de vérifier que c’est le bon nom et que c’est la bonne étiquette qu’ils collent dessus et de pas hésiter à redemander et à revérifier (dommage que je sois endormie, je ne peux pas tout surveiller).

Je ne sais pas pour vous mais au moment du transfert, je suis quand même les pieds dans les étrier avec la photocopie de ma carte d’identité et on re-vérifie mon nom et le nom de mon mari.
Mon mari a un nom imprononçable pour le commun des mortels et quand les biologistes essaient de le dire, ça bloque toujours à la 2ème syllabe alors qu’il en reste plein après. La gynéco a demandé c’était de quelle origine et l’homme leur a dit, c’est la même que Frydman, c’est de l’est. Du coup la biologiste a fait une blague qu’on n’a trouvé pas drôle du tout en passant le cathéter à la gynéco « et voilà 2 embryons La Reine-Frydman ».
Comme Frydman bosse dans mon centre, on s’est regardé avec l’homme, l’air inquiet, vous nous avez pas fait des embryons avec la semences du vieux monsieur de la PMA. Non, il est intelligent c’est certain, mais on préfère la version moins brillante, mais tout de même très brillante de l’homme.

Apparemment c’est bon, c’est bien les nôtres.


Sinon, t’as adhéré à BAMP pour 2015 ?

Publicités

63 réflexions au sujet de « On a échangé nos bébés »

  1. gambinou

    Ah ah oui nous aussi ça nous fait très peur l’utilisation de mauvaises bêtes pour l’insémination et je vérifie bien les étiquettes. Mais en même temps on ne peut pas tout maîtriser bonne semaine 😉

    Répondre
      1. gambinou

        J’essaie de travailler sur moi et visiblement je progresse car je suis plutot du genre à tout prevoir et verifier en mode inspection!

        Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      ça va mieux, j’ai fait un retour mental en arrière comme si j’étais avant ma prise de sang (ça marche bof, mais j’essaie d’y croire), j’attends donc le résultat de cette FIV suite à ma prise de sang de demain.

      Répondre
  2. marivalou

    Merde, j’ai cru que t’allais nous annoncer une bonne nouvelle (je tremble, je croise et j’y crois à fond, surtout que je t’ai pas écris une carte porte bonheur pour rien, boréal).
    Pour le % quant au père biologique, je veux bien le croire (même les 15 %), pour l’avoir vu plusieurs fois dans ma courte carrière professionnelle (si, si).
    Quant à la crainte de voir échanger les gamètes, purée, moi aussi c’est une de mes peurs…

    Répondre
      1. marivalou

        Je reste à l’affut.

        Les 15 % ne sont pas forcément dus à des « erreurs », je veux dire, comme l’infirmière qui échange les bébés à la naissance. Cela peut être un acte manqué ou une volonté de donner une filiation paternelle à un enfant. Deux exemples que j’ai rencontrés :
        – le père inscrit sur le livret de famille est le mari alors qu’en réalité, l’enfant est né d’une relation extra conjugale,
        – le père inscrit est un « ami » de la mère, ou le nouveau petit ami de la mère alors que la mère et l’ami savent tous deux que le père est une autre personne qui ne veut pas reconnaître l’enfant.

        Répondre
  3. ptbichon

    Certes actuellement je bosse dans une petite structure et on a rarement plusieurs bébés qui naissent en même temps mais j’ai fais mes études dans un CHu et je comprends toujours pas comment on peut intervertir 2 bébés sans faire exprès…
    Pour la PMA je crois que ça nous trotte toute un peu dans la tête mais en tout cas, connaissant les règles d’identitovigilance, mon centre est bon dessus…

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Y a des règles d’identitovigilance ? faut que tu nous fasses un article, j’ignorais tout ça.
      Enfin je me doutais bien qu’il y avait des règles comme ils te demandent 15 fois ta carte identité et ton nom…

      Répondre
      1. ptbichon

        Bien sûr. En plus tous les établissements de santé son en train de repasser une accréditation et c’est un des points phares. Donc normalement tous le bosse à fond. Et tous le personnel est concerné de la personne de l’accueil, au docteur en passant par tous les intermédiaires entre…

        Répondre
  4. 1872tartine

    je veux pas casser l’ambiance bisounoursland mais, moi qui bosse en immunologie où on fait des typages HLA pour les greffes de moelle, je peux vous dire qu’il arrive régulièrement que dans une fratrie il y en ai qui ne PEUVENT pas être les enfants du père de famille…Bien sur on ne dit rien (juste qu’il n’y a pas de compatibilité) mais c’est loin d’être rarissime (et à mon avis c’est plus souvent le facteur que l’échange à la maternité!)
    Je croise à fond pour demain, on pense à toi la Reine
    Bizz

    Répondre
    1. miliette

      C’est intéressant je pensais que le personnel médical le précisait. Et c’est exactement pour ce type de situation (entre autres) que je suis pour la transparence pour l’enfant.

      Répondre
      1. 1872tartine

        Non non, ce n’est pas précisé (et heureusement, t’imagine le séisme dans les familles!) mais pour moi cela ne remet pas en cause la transparence pour l’enfant et, si cela devait être surtout d’ordre médical, il faut rappeler que pour pas mal de maladies ou de situations pathologiques on demande les antériorités familiales voir on teste certaines altérations génétiques chez la personne et sa famille et dire « non non il n’y a aucun cancer du sein dans la famille » alors qu’on n’en sait rien parce qu’on ne connait pas les antécédents de la mère par exemple, ça me parait très compliqué…

        Répondre
  5. Mamz'elle Bulle

    Rho jsuis nulle ! Moi je vérifie jamais sur les tubes et on ne me demande jamais ma carte d identité !! (Juste de dire mon nom, date de naissance, etc mais sans verif). Vive la province et les provinciaux comme moi qui ont une confiance aveugle ! Lol

    Répondre
  6. pmavie

    Eheh ! Nous aussi on a eu déjà super peur d’avoir des échanges ! Une fois, l’Amoureux sort de la salle de recueil et me dit, un peu angoissé qu’il avait oublié de vérifier le nom sur l’étiquette. Bon, comme les iacs n’ont pas fonctionné, ça n’a pas eu d’incidence ! :/ Au transfert aussi on a le droit à la vérification « embryon de .. et de … »

    Et pour leur petite blague, heureusement que ce n’est qu’une blague. Dans mon centre, un gynéco s’était tapé des clientes pour résoudre leur problème de fertilité. Il a été condamné par le tribunal bien sûr. (le procès s’est tenu il n’y a pas très longtemps)

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Sympa le gynéco de donner de sa personne, en même temps, elles sont un peu zinzin ou vraiment au fond du gouffre les patientes pour se laisser faire…C’est horrible d’abuser de « gens comme nous » sous hormones un jour de déprime….

      Répondre
  7. MaRas

    Alors moi bizarrement qui suis un peu une folle du contrôle, je suis en confiance pour nos gamètes. L’idée m’a traversé l’esprit mais je me dis que je ne peux rien contrôler moi même alors autant faire confiance.
    J’ai déjà pensé à l’échange d’embryon et je me suis dit que ça devait être effroyable si on s’en rendait compte pendant la grossesse. Genre on porte le bébé de l’autre chacune et on se les échange à la naissance. La peur serait que l’une des deux perdent le bébé de l’autre…
    Pour les 5 ou 15%, je ne suis pas très étonnée. On est toujours sûr de la mère mais pas toujours du père ! Lol (sauf en PMA !).

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Je crois que l’échange d’embryons a eu lieu en Italie et que l’une des deux a fait une fausse couche, mais a voulu récupérer son bébé porté par l’autre femme à la naissance. Une histoire bien sordide

      Répondre
  8. miliette

    C’est « drole » on faisait des blagues la dessus tout à l’heure avec mi-couple.
    On plaisante souvent sur ce type de choses même si je conçois que de telles situations soient catastrophiques pour tout le monde.
    Perso ce n’est pas du tout une source d’angoisse. On me demande juste mon nom et je crois ma date de naissance lors des transferts. On n’a pas le même nom avec mi-couple et tous les deux des noms très « communs » mais bon.
    Si on élève un petit, c’est le nôtre. Basta !!

    Répondre
  9. Zapette

    Les facteurs ont bcp d’enfants du coup…
    Ça m’a toujours inquiété aussi. Je regardais à quoi ressemblaient les autres personnes dans les salles d’attente.
    Bon, maintenant que j’ai le résultat sous les yeux, ils se sont pas trompés pour le tube des zoïdes. D’ailleurs on dirait qu’il n’y a eu que des zoïdes vu la ressemblance. C’est pas possible?

    Répondre
      1. miliette

        Ohhhh quelle horreur !!
        C’est parce que quand j’étais jeune (et naïve) je voulais obliger tous les gens à « se reproduire » en mode « mixte ». Comme ça je me disais qu’yaurait plus de racisme…

        Répondre
        1. miliette

          Dans la même catégorie (Miliette est mignonne) je voulais qu’on vive tous comme les Schtroumphs. Genre je fabrique du pain et en échange tu me donnes un steak. Bref ça n’a pas marché non plus. Société de merde

          Répondre
  10. Mamanpapuche

    Moi, je sais pas pourquoi, j’avais peur qu’ils se trompent de spermatozoïdes mais pas d ovocytes, mais là le Pitou c’est le portrait craché de son père, c’est à se demander si il a des gènes à moi… nan mais il a mon caractère de cochon en fait!
    Sinon je veux bien les spermatozoïdes de Hugh Jackman mais seulement si on fabrique naturellement…Hihi

    Répondre
  11. Biquette

    Héhé, je me suis également faites ces réflexions. Dans notre tout petit centre, nous apportons nous-même l’échantillon (« récolté » à la maison) au labo et nous devons y coller une étiquette signée de nos deux noms. Qui dit petit centre dit, en général, 1 seule IAC à la fois mais j’étais quand même heureuse de découvrir pour IAC2 que le laborantin qui allait traiter notre échantillon était une laborantine. On n’est jamais trop parano 😀

    Répondre
  12. theyellba

    Merde, j’étais encore en course pour les fraises tagada de la miss, et ploum je n’avais pas vu ce message, flûte! Bref je me pose les mêmes questions que toi, en tout cas vu les origines de mon mari à la naissance on saura si ils se sont gourrés de tube!! Well, j’ai eu droit à une biologiste joyeuse qui a crié et un bel embryon pour Mme X, c’était patate, mais bon ça n’a pas fonctionné, allez hop la prochaine c’est la bonne!!! bisous

    Répondre
  13. alicebvmcd

    ca a toujours été mon stress !! et même si je vérifie (à peu près 12 fois) à chaque fois les étiquettes, j’ai toujours peur d’une personne en soif de vengance qui les aurait décollé et échangé des tubes !!! (et ouais j’adore le film La vie est un long fleuve tranquille ça laisse des traces)
    Mais là on appelle ça de la parano, je sais pas si ça se soigne… 😉

    Répondre
  14. Automne

    J’ai jamais checké une étiquette (bon la mienne y a plus rien à checker vu que c’est plus mes ovocytes), par contre demander 15 fois aux gyneco/biolo/assistante « Z’êtes sûrs qu’y a plus rien dans le cathéter ? », là oui j’excelle.
    (PS-d’importance : des pensées pour ta pds du jour 🍀🍀🍀)

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s