La Liberté d’expression

Avant de lire ce post, on n’oublie pas de voter pour BAMP sur J’aime mon asso pour récolter les €5,000 !!!!

On parle beaucoup depuis quelques semaines d’un incident dans la salle de l’internat du CHU de Clermont-Ferrand qui m’a fait réagir.

Il s’agit d’une fresque qui est visible ici et que je ne souhaite pas publier sur mon blog car je la trouve choquante, qui met en scène le viol de Wonder Woman par d’autres supers héros. Certains ont en plus trouvé amusant d’ajouter des bulles de commentaires associant cette Wonder Woman à Marisol Tourraine.

La fresque a été retirée et je trouve que c’est une bonne chose car je n’ose imaginer le sentiment des femmes travaillant dans cet hôpital et devant faire face à cette scène de viol tous les jours.

Pour avoir des amis qui ont fait leur internat dans des hôpitaux parisiens, j’avais déjà remarqué lors de soirées étudiantes (c’était il y a bien longtemps) que les fresques qui ornaient leurs murs étaient beaucoup plus connotées sexuellement que ce qu’on pouvait trouver en école de commerce.

Bref tout ça pour dire, qu’en tant que femme, je me suis sentie visée et j’aurais tout fait pour faire supprimer cette fresque si elle avait été visible sur mon lieu de travail (ça ne risque pas, étant donné qu’il y a 80-90% de femmes dans mon secteur).

Et je me suis rappelé qu’il n’y a pas si longtemps, j’étais descendue dans la rue pour affirmer mon attachement aux valeurs républicaine et notamment à la liberté d’expression. Est-ce que cette fresque qui choque ma petite personne n’est pas une forme de liberté d’expression ?

Cette interrogation n’a durée que quelques minutes car je me suis vite rappelée qu’il y avait des limites à la liberté d’expression et qu’une de ces limites empêchait la provocation à commettre un crime ou un délit, or il me semble qu’il aurait été possible d’argumenter que cette fresque n’incitait pas au viol, mais exprimait un point de vue, cependant, avec l’ajout des références à Marisol Tourraine et notamment le classieux « Prend la bien profond », il s’agit, de mon point de vue d’une incitation au viol.
J’entends que cette argumentation peut être discutée.

Je n’étais pas choquée par les représentations du prophète de Charlie Hebdo, j’imagine que mon athéisme y joue pour beaucoup, mais j’ai été choquée par cette fresque que je voulais (et veux toujours) voir disparaître.

Mais en défendant la liberté d’expression, ne dois-je pas défendre la liberté de toutes les expressions ?
Très honnêtement, ça me fait pas mal cogiter depuis quelques jours…

Mai bon, je vous rassure, je me suis réjouie que le CHU de Clermont ne soit pas mon centre de PMA, mais je n’ai jamais envisagé d’aller tirer sur le personnel du CHU, car je me rends compte que ce à quoi je suis attachée par dessus tout, c’est la démocratie qui me donne le droit de donner mon point de vue sur une « oeuvre » et d’avoir éventuellement recours à une action légale si je me sens offensée.

Personnellement, c’est plutôt comme ça que j’aime voir Wonder Woman (je suis sûre que c’était une pmette) !

wonderwoman

Et vous, vous en pensez quoi de tout ça ?

Publicités

35 réflexions au sujet de « La Liberté d’expression »

  1. MadamePatience

    Alors je suis d’accord à tous niveaux avec toi, maintenant si ça peut te rassurer sache qu’a la base ça n’est absolument pas une scène de viol mais une partouze ! Et les bulles ont été ajoutés pour faire tourner ça en viol et en visant Mme Tourraine. Mais ou je te rejoint c’est comment et jusqu’à quel point défendre la liberté d’expression quand nous avons été soi même offencé. C’est compliqué…

    Répondre
  2. Bounty Caramel

    « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. »… Et un viol c’est prendre ta liberté… c’est condamnable… Alors un image de viol dans un hôpital (où j’imagine des femmes consultent pour des violences sexuelles subies et non consenties) doit-elle être mise dans la catégorie liberté d’expression, même si ce n’est qu’une image ? Si c’est pour dénoncer, non. Si c’est pour renvoyer une image violente gratuitement (sans parler du lien fait avec le politique), je vois pas en quoi ce n’est pas une atteinte à la dignité des femmes et à leurs libertés.
    Quant à la question de la laicité et des caricatures, cette phrase là me parle beaucoup (même si cela ne donne aucune solution…) : « Il faut nous rendre à l’évidence qu’il existe parfois des tensions, voire des contradictions, entre des valeurs d’égales importances. Dans le cas présent, il s’agit de la liberté d’expression et du respect des croyances d’autrui » [Kofi Annan, membre fondateur de Cartooning for Peace, ancien secrétaire général de l’ONU].
    Bref, perso j’ai été choquée en pensant direct à toutes les patientes venues consultées pour ce motif et se retrouvant devant un médecin qui possiblement cautionne cette scène de torture (le viol est une torture, voire un outil de torture, marde quoi !). J’espère que ces femmes en détresse sont tombées sur des médecins qui ne cautionnait pas cela…

    Répondre
  3. Zapette

    J’ai vu ça aussi. Je trouve que la liberté d’expression dans la presse, les blogs, expositions etc, auraient été une bonne place pour cette scene de partouze. Mais sur le mur d’un chu ? Je trouve pas.
    Après, je n’arrive pas personnellement à rappocher cette fresque d’un viol.

    Répondre
  4. Mamz'elle Bulle

    Moi je pense que cet article résume très bien ce qu’est la liberté d’expression et ses limites :
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/14/de-charlie-a-dieudonne-jusqu-ou-va-la-liberte-d-expression_4555180_4355770.html
    Et il y est bien précisé qu’on ne peut pas user de la liberté d’expression pour appeler à la haine ou à la violence envers un sexe. Même si cette fresque n’était pas visible du public car en salle de repos, je trouve qu’une femme travaillant dans ce service pour se sentir atteinte. Qui plus est depuis qu’ils ont rajouté les bulles ! C’est un appel à la violence envers la ministre et toux ceux qui peuvent être d’accord avec elle !

    Répondre
  5. Little Wife

    Personnellement je ne vois pas de viol dans cette fresque. Ce qui me dérange en revanche c’est qu’elle soit imposée a la vue d’internes qui n’ont peut être pas tous envie de voir une scène pornographique dans leur salle de repos. Si elle était sur mon lieu de travail, j’aurais émis le souhait qu’elle soit retirée.

    Répondre
  6. miliette

    Je trouve que dans ce cadre là là question n’est même plus la liberté d’expression en tant que telle. Notre société a un problème plus général avec ce qui concerne la sexualité. Une femme ne ça fait vendre du shampooing des chaussures ou n’importe quoi et les gosses de 10 ans découvrent la sexualité au travers de films pornos dans lesquels les femmes ne demandent que des fellations de la sodomie et bref je ne vais même pas détailler plus. Du coup « tout est normal » et « les femmes aiment ca ».
    Ce dessin (au delà de cette histoire de loi de santé, qui clairement n’aurait rien à faire là) c’est un putain de symptôme que même nos « élites » (je me marre) ont un vrai pet au casque.
    Je voudrais pas parler au nom de toutes, mais le pourcentage de femmes qui rêve de se retrouver dans une telle situation doit pas être très élevé. Il serait bon que tout le monde s’en souvienne…

    Répondre
  7. LaGrenouille

    Alors c’est sur que cette fresque peut paraitre choquante… Mais…
    Il faut savoir
    qu’elle fait partie de l esprit potache et carabin des etudes medicales, qui n ont aucun tabou concernant le corps humain
    Qu elle a ete dessinee il y a 15 ans et que toutes les salles de garde (c est à dire les salles de repos des internes et medecins de grade, qui ne sont JAMAIS accessibles au public) sont recouvertes de fresques plus ou moins de bon gout
    Et qu elle ne represente en aucun cas un viol et encore moins sur la personne de la ministre. C est en fait une orgie sexuelle/une partouze et les bulles rajoutées (tres maladroitement j en conviens) montrent plutot que ce sont les internes et medecins qui vont se faire avoir par la nouvelle loi santé…
    Ces salles de gardes sont un exutoire pour les internes passant leur vie à l hopital, avec des horaires difficiles, des histoires de patients difgiciles voire franchement tristes, et l humour carabin meme s il est criticable, permet de finalement rire de tout et meme du pire, tout cela pour ne pas craquer psychologiquement et rester professionnel et empathique vis a vis de tous les patients.
    Alors meme si je les trouve aussi vulgaires et parfois choquantes, que je ne trouverai jamais l inspiration bizarre pour dessiner tout ça, je trouve que ces fresques doivent continuer d exister… Dans les salles de garde et non sur internet et a la vue de tous….
    Et je comprends que, ne connaissant ni les etudes medicales, ni l ambiance carabine, tout le monde peut etre choqué.

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      En tant que femme tu ne serais pas dérangée de déjeuner avec cette fresque en face de toi ? J’avoue que je ne connais pas l’ambiance des salles de garde, mais ça me semblerait inenvisageable d’avoir ça à la cantine (par ailleurs, je suis trop snobe pour fréquenter la cantine, mais je pourrais y aller un jour).
      Certes la médecine est un domaine particulier où le corps et la mort sont beaucoup plus présents, mais il me semble que c’est très souvent les femmes qui se retrouvent dans des situations peu enviables sur ces fresques alors que la médecine s’est largement féminisée depuis quelques années.
      Je serais femme médecin, soit je repeindrai la fresque, soit j’en dessinerai une autre mettant en scène des hommes dans des situations peu enviables histoire d’équilibrer les choses, ça me semblerait de bonne guerre. 🙂

      Répondre
      1. LaGrenouille

        Oh mais il y en a des hommes (et memes certains grands Pr …) peints dans des positions, comment dire, kamasutresques…!C est sur qu au debut, quand tu debarques à l internat, cela fait vraiment bizarre… Mais comme le dit margou, on ne les voit plus de la meme façon ensuite. Je ne me suis jamais sentie visee en tant que femme. Toute cette ambiance diminue bien sûr avec la feminisation de la profession et les nouvelles fresques sont bien souvent moins trash. Les anciennes font partie de l histoire de la medecine et de ses traditions carabines, auxquelles les etudiants sont très attachés le plus souvent, fille ou garçon.

        Répondre
        1. La reine de la PMA Auteur de l’article

          C’est cool que les hommes en prennent aussi pour leur grade, même si dans l’absolu, je ne suis pas certaine de cette tradition qui a l’air d’évoluer avec le nombre grandissant de femmes…
          (en secret j’espère qu’elle aura complètement disparu d’ici quelques années et qu’il y aura de jolis paysages apaisants peints à la place)

          Répondre
  8. maxelie

    Petit détail mais qui a son importance: il me semble que cette fresque est dans un salle de repos et donc non visible des patients normalement. On sait tous qu’en médecine il y a beaucoup de blague de potache, une scène de partouze peut en faire partie bien que cela reste discutable. Mais tourner ça en scène de viol et diriger ça vers une personne en particulier n’est plus du tout sur le même principe!

    Répondre
  9. Moineau

    Pire que la fresque elle-même, il y a les arguments de certains pour la défendre…
    Un truc qui revient souvent, c’est que c’est au départ une scène d’orgie, et que le texte ajouté récemment fait qu’on perçoit l’image différemment. Il me semble qu’effectivement, le consentement du personnage central n’est pas évident à déterminer : moi en voyant le visage je n’ai pas l’impression de voir quelqu’un heureux d’être là, mais pas forcément au point d’affirmer qu’il n’y a pas de consentement. Mais tout de même, ma première idée en voyant l’image (avant de lire les dessins), c’est « c’est un viol ».
    On arrive là à un truc que les gens ont parfois du ma à admettre : ce n’est pas parce qu’on n’a pas l’intention de blesser qu’on n’a pas des propos maladroits/déplacés voire même fortement empreints de sexisme/racisme/autre. Alors quand plein de gens se disent blessés, on peut prendre le temps de remettre un peu en question ce qu’on a dit/fait.
    Là y’a eu un festival de « c’est là depuis super longtemps » (un truc qui dure ne peut pas être mauvais… OhWait) ; « ce n’est QUE de la pornographie » (ah bah oui, si tu le dis, je n’ai plus qu’à me rendre à cet argument brillant et oublier mon ressenti devant l’image). Je crois que le pire que j’ai lu c’est « Si c’est un viol, que fait le sexe de l’autre personnage dans sa main ? » (han oui c’est vrai, un homme ne peut pas lui-même placer son sexe dans la main d’une femme, surtout si elle est maintenue par d’autres personnes ; il ne peut pas non plus obtenir une branlette ou une fellation par la menace, ça se saurait -> CQFD, elle aime ça !).
    J’ai aussi lu que c’était dans un espace privé (une salle de garde). C’est vrai quoi, tout le personnel de l’hôpital y a accès, mais comme ce n’est pas « accessible au public », on va dire que c’est privé (et demain, je décore la salle de pause que je partage avec 40 collègues avec des photos de mon cul ; ben oui, c’est privé non ?). Et statistiquement, dans cette salle de garde, il y a des personnes victimes de violences sexuelles qui sont entrées : je doute qu’elles aient été très à l’aise devant ce tableau.
    La liberté d’expression est là OK, mais la liberté de porter cette fresque devant la justice existe aussi…

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Même sans être victime d’abus sexuels, en tant que femme, je n’aimerais vraiment pas devoir faire face à cette fresque et surtout pas pendant mes pauses où je suis censée me détendre, je pense qu’au contraire, ça me tendrait pas mal car je cogiterai sur comment la faire disparaître de ma vue… ou bine j’éviterai cette salle, ce qui n’est pas terrible non plus.
      J’avoue que je suis d’accord avec toi, liberté d’expression OK, mais aussi liberté de dire qu’on n’a pas à subir ça !

      Répondre
  10. margoublog

    Très interessant tes rélfexions surla question de la liberté d’expression.
    En tant qu’ancienne interne d’un internat où les fresques étaient très sexuelles, je peux vous donner mon avis vu des 2 côtés : femme, médecin.
    cette fresque est effectivement dérangeante parce qu’on y voit bien un viol mais en aucun cas destinée à être vu en public et sans inciter au viol à mon avis.
    Quand on mange dans ces salles tous les jours, on finit par ne plus les voir et on occulte totalement le message véhiculé;
    Charlie hebdo aussi a publié des images de viol notamment du pape violant un enfant et ça me choque tout autant.
    La question de la liberté d’expression est toute relative je trouve. Des fois, j’ai l’impression qu’ on a le droit de critiquer les islamistes mais pas les juifs, les cathos mais pas les homos…
    Bref ce n’est pas simple comme tu l’as écrit!

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Comme tu me tends un perche, je la saisis 🙂 En France les islamistes tuent les juifs, l’inverse n’est pas vrai, en France les cathos manifestent et déversent leur haine contre les homos, l’inverse n’est pas vrai. Arrêtons de victimiser les agresseurs. Bon j’arrête là, car c’est un tout autre sujet et je sais qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre les islamistes et les musulmans et entres les cathos intégristes et les cathos simplement pratiquants.
      Pour en revenir à cette fresque, je trouve ça dommage que tu sois obligée de faire abstraction de ton environnement pour manger, on pourrait imaginer une expo photo agréable à regarder à la place (mais sûrement moins amusante pour certains).

      Répondre
  11. julys974

    C’est plutôt pornographique non? Je veux dire, s’agit-il vraiment d’un viol? C’est peut-être ce qu’on ressent nous en tant que femmes, mais ce n’est apparemment pas l’intention première du dessinateur (puisqu’il s’agirait d’une partouze). Bref, peu importe, je comprends tes questionnements sur où commence et où s’arrête la liberté d’expression. J’allais justement dire la même chose que Mamz’elle Bulle, qui a tout bien dit comme il faut !! La liberté d’expression doit rester pacifiste. On peut se moquer de tout (ce que fait Charlie) mais pas promouvoir la haine ou la violence.

    Répondre
  12. Plume

    Je n’avais pas eu connaissance de cet incident avant que tu n’en parles sur ton blog. J4ai jeté un oeil à la « fresque » et j’ai été hyper choquée/heurtée. Moi, je vois un viol (pas une partouze), je ne vois pas wonder woman prendre du plaisir même en faisant abstraction des bulles qui sont déjà plus explicites dans ce sens. J’aurais très mal réagit en tant que « collègue » c’est certain. Après, ta question sur la liberté d’expression notamment par rapport aux caricatures de Mahomet et des derniers événements interpelle bien sûr. Jusqu’où doit aller la liberté d’expression. La limite est forcément subjective. En même temps, j’ai été très heurtée, mais je ne tuerais sûrement l’auteur ou les auteurs de la fresque. Je les insulterais sûrement.

    Répondre
  13. grumpyanddesesperate

    oh putain… j’avais echappe a ca, je sais meme pas pas ou commencer…
    alors, ok, si on enleve les bulles, et on qu’on imagine que Wonder Woman etait consentante, c’est bien plus que juste une fresque pornographique… dans le desordre, les mots qui me viennent sont avilissant-degradant-culture du viol-sexisme… bref, je vois ca dans ma salle de repos, je reviens avec de la peinture blanche !

    Répondre
  14. alicebvmcd

    Tu as bien résumé la situation… La liberté d’expression, ça ne veut pas dire qu’on doit être d’accord avec tout, ça ne veut pas dire qu’on n’a pas le droit d’être choqué par tel ou tel propos, telle ou telle image… ça veut dire qu’on se doit de recourir à des moyens pacifiques pour le signifier si nécessaire.
    Quant au dessin auquel tu fais référence, je t’avoue que je ne l’avais jamais vu. Il me choque également car j’y lis une incitation à la violence (le viol), ou en tout cas une « gratification » de cette violence. Je trouve cela assez intolérable…

    Répondre
  15. lach0uette

    D’accord avec toi globalement. Mais jj’ai vu la fresque sur un article de journal en ligne et ce n’est visiblement pas une scène de viol. La dame tenant fermement dans sa main droite un des pénis, je pense que c’est plus un gang bang…
    C’est assez typique des salles de garde, et effectivement en tant que femme y’a de quoi être mal à l’aise.

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Viol ou gang bang, comme Miliette je me dis que c’est pas une situation qui doit plaire à beaucoup de femmes et que ça renvoie une image de la femme avilissante…
      Tu penses que si les femmes de cet hôpital peignait l’auteur de la fresque avec un micro penis, ça relèverait le niveau ?

      Répondre
      1. lach0uette

        Ah mais j’ai pas dit que c’était enviable, hein! Mais si on parle d’une « simple » partie de jambe en l’air, c’est tout de suite moins grave, je trouve.
        Je trouve que dans les salles de garde ça manque de scènes homos, moi. (Peut être que ça ferait réfléchir ces messieurs 😀 )
        Après, je rejoint la Grenouille, c’est de l’excès hyper excessif pour évacuer le stress et le flirt avec la mort. Ça manque juste d’un peu de parité pour être vraiment cool (et de micro-pénis bien entendu).

        Répondre
  16. Patatouille

    Lectrice « de l’ombre » depuis plusieurs mois, je me dois aujourd’hui de réagir car PMette et de Clermont Fd !
    C’est clair que la fresque ici a choqué. Moi-même, elle me dérange. Je partage les observations des différents commentaires, et nos difficultés à gérer cette ambivalence entre liberté d’expression et incitation au crime. Donc je ne m’étendrai pas sur le sujet.
    Mais de là à s’inquiéter pour Clermont Ferrand, STOP !!!
    Ici, nous avons un CHU en 2 parties, distinctes de plusieurs km… La désormais célèbre fresque était à Montpied ; la PMA, le CECOS, la maternité, la gynéco etc sont à Estaing. Si cette fresque n’avait pas à être vue des patients (encore heureux !), elle ne risquait en tous cas pas d’être vue ni par les externes, ni par les internes, ni par les médecins, ni par les patients de PMA.
    Même si ça fait maintenant 3 ans que je déambule dans les couloirs sans succès (snif), je ne peux que louer l’équipe de PMA, toujours accessible et à l’écoute, même si ici comme ailleurs y’a du monde en salle d’attente !
    Voilà, j’avais juste envie de les défendre, parce que, succès ou échecs, je n’ai franchement pas à critiquer mon centre…

    Répondre
      1. Patatouille

        Honnêtement, comme LA gynéco qui me suit doit avoir la trentaine et est donc une femme, je doute qu’elle est peint cette fresque, et en plus elle ne l’a probablement jamais vue puisque sur un autre site…
        Pour ma part, je travaille dans un milieu très masculin, avec des blagues et des calendriers pas toujours très fins, et je passe mon temps à rééquilibrer l’équilibre homme/femme. Il en faut donc beaucoup pour me choquer, et c’est vrai que cette fresque, que j’ai vu sur une photo sur Facebook, m’a franchement dérangée. Même mon homme l’a trouvée déplacée et sexiste !
        Pour autant, je trouve un peu facile et dommage d’en déduire que les médecins du CHU de Clermont sont tous misogynes, voir sexuellement déséquilibrés ! Ca n’entache en rien, pour moi, les qualités de soignant de l’équipe que je côtoie.
        Merci pour les encouragement en fin de message : 1er contrôle de FIV1 demain, un peu la trouille !

        Répondre
  17. pmavie

    C’est une question épineuse en effet :quand s’arrête la liberté d’expression ou plutôt quelle limite lui mettre ? En France, cette liberté est très grande, bien plus grande que dans beaucoup de pays. Mais effectivement, on ne peut pas tout permettre et la loi sanctionne les « dérapages » heureusement.
    Dans ce cas précis, s’agissant d’un lieu où les internes se réunissaient et où ces internes (je pense aux femmes notamment) n’avaient pas moyen de se soustraire à la vue de ces images, je pense que c’était normal de la faire supprimer. Si elle avait été sur un journal, que l’on pouvait acheter ou non ; à la rigueur pourquoi pas. Mais pas sur un mur : on oblige les gens à se confronter à cette scène qui, sans être prude, peut être vraiment choquante.

    Répondre
  18. lamisskangourou

    Ce n’est pas une scène de viol mais d’orgie, comme il y en a plein les internats, l’une d’entre elle autant ete dessinée part Cabu himself. Cette fresque a été peinte il y a 15 ans. Les bulles ajoutees lui donnent cette connotation, et en période de grève gênante des médecins, MST s’est jetee sur l’occasion pour faire passer l’esprit carabin pour une incitation au viol. C’est n’importe quoi, mais ça a visiblement réussi a faire passer les toubibs pour des criminels alors que ce ne sont que des carabins a l’humour lourdingue 18e degré. Bref…

    Répondre
    1. lamisskangourou

      Pinaise, je me relis et mon téléphone a rendu le début de mon comm’ incompréhensible. Je disais que suite à la publication de cette fresque sur la page FB des médecins en grève (à laquelle je suis abonnée), par un mec maladroit, on remet en question toutes les fresques et dessins des salles de garde, tout comme ont été interdits les chansons paillardes dans les amphi et autres … Et maintenant il est question de faire disparaître ce folklore et ces salles à cause de ces dessins qui, dans ce cas particulier, sont plus qu’explicite voire choquant. Je trouverais quand même ça dommage de les interdire, d’autant plus que personne ne les voient hormis les médecins. Et ce serait le comble de censurer ces dessins dont certains sont fait par les dessinateurs de CH … Non?

      Répondre
  19. ptbichon

    Je n’avais pas entendu parler de cette fresque avant ton article mais comme d’autre je connais bien l’esprit carabin qui est souvent trash. Je trouve pas du tout que cette fresque soit de bon goût mais de là à penser que c’est une incitation au viol… Je me souviens de ma première année de médecine, en amphi où à tout mot finissant en « uce » on s’écriait « suce » ou à tout « où » on répondait en coeur « dans ton c*l primant » pour autant ce n’état pas une réélle incitation à la sodomie…
    Bref je suis d’accord pour dire que les limites de la liberté sont toujours difficile à déterminer, et l’humour pas toujours drôle pour tous…

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s