Dame Nature, immaculée conception et délivrance.

Dame Nature, il faut qu’on cause !
Ces derniers jours, j’ai lu pas mal de posts de blog sur la conception et l’arrivée de nos bébés synthétiques quand ils veulent bien pointer le bout de leur nez. Alors comme j’ai du temps, je rejoins le débat et vous donne mon avis (qui vous passionne, je n’en doute pas).

  • L’immaculé conception

Je pense qu’on est toutes d’accord pour dire qu’on aurait préféré ne pas avoir d’utérus défectueux et un « bébé couette » à un bébé synthétique ou semi-synthétique.

Mais comme il faut voir le verre à moitié plein, une FIV, c’est aussi l’occasion de vivre l’immaculée conception et de concevoir un enfant hors du péché, ce qui doit bien arranger certaines personnes. Je pense évidemment aux couples illégitimes ou pire, pacsés, de la Manif pour tous.

En même temps, d’un point de vue personnel, je m’en fiche complètement de la façon dont a été conçue Starsky. Certes, je me serais bien évitée les examens vaguement humiliants, les ponctions vaguement douloureuses, mais je pense que si on m’avait assuré 100% de réussite, ça ne m’aurait pas dérangé plus que ça et je n’aurais même pas eu besoin de faire un blog pour « vider mon sac » comme on dit poliment dans le milieu médical. Je trouve que le plus difficile à gérer est finalement l’incertitude (et l’articulation avec le travail et l’incompréhension avec les proches, oui, c’est quand même une sacré galère).

Après l’enthousiasme des premières stimulations simples au Clomid (il existe une solution simple à mon problème) et les premières piqures et les premiers échecs, j’ai du faire un travail de deuil  sur la certitude d’avoir un enfant avec l’homme et accepter que nous n’aurions peut-être pas d’enfant et qu’il allait falloir apprendre à construire notre vie de famille en incluant ce paramètre, mais de mon côté, pas de deuil sur le mode de conception à faire.

Un bébé synthétique étant avant tout un bébé qui aura été tout autant désiré et tout autant conçu dans l’amour qu’un bébé couette.
Ok, le labo de PMA est moins glam à raconter que faire l’amour avec fougue dans des draps en soie avec un éclairage à la bougie, mais pas pire que les toilettes d’une boite de nuit un soir bien alcoolisé.
Je ne suis pas certaine que nous voulons toutes savoir les détails de notre conception et que le lieu et la position dans laquelle nous avons été conçues changent quoi que ce soit à l’amour que nos parents nous portent.
Je ne compte pas mentir par omission à Starsky sur son mode de conception mais je ne veux pas non plus que son mode de conception la définisse en tant que personne. Je n’ai aucune honte à avoir eu recours à une FIV et j’en parle très ouvertement, mais je crois qu’il ne faut pas oublier que c’est notre combat à l’homme et à moi et pas le combat de Starsky qui n’a rien demandé. Je ne me vois pas lui faire porter ce poids sur ces épaules, je veux qu’elle se sente libre.
J’ai vu ce matin sur le Huff Post cette petite BD et je pense qu’elle résume parfaitement le message que je compte essayer de faire passer à Starsky sur sa conception.

Août à Paris - Dessine moi ta famille

Août à Paris – Dessine moi ta famille

Après sa naissance, je continuerai à mon petit niveau à essayer de faire parler de la PMA, à la faire sortir du tabou qui l’entoure, mais je n’utiliserai pas Starsky en étendard comme le font certaines personnes de notre Manif préférée.

Je sais en revanche, que les choses auraient été différentes si nous avions du faire appel au don ou nous tourner vers l’adoption. J’aurais du me poser plus de questions sur le mode de conception. Mais comme j’ai eu la chance de ne pas être confrontée à ce choix à faire, je préfère ne pas trop donner mon avis car c’est trop « facile » d’avoir un point de vue tant qu’on n’est pas confronté à une situation.

  • La délivrance

Comme vous l’aurez compris, ma grossesse est d’un ennui implacable, aucune nausée, aucune complication, quelques douleurs lombaires et une grosse fatigue par moment tout au plus à signaler.  J’allais oublier une légère anémie en début et en fin de grossesse, un drame qui m’a obligé à prendre des cachets de fer !
Maintenant que j’ai dépassé les 37 SA, Starsky est terminée, y a plus qu’à comme on dit.

Bizarrement, je ne redoute pas du tout l’accouchement. Je sais que ça va être un moment désagréable, probablement douloureux mais qu’il faudra serrer les dents car il y a la rencontre avec Starsky au bout.
Quand je lis tous vos projets de naissance, je suis super impressionnée car le miens tient en 3 points
1. Que tout le monde (=Starsky, l’homme et moi) arrivent à bon port en bonne santé
2. Me faire le moins charcuter possible, sachant que j’ai l’impression que je me ferais charcuter dans tous les cas que ce soit en bas ou au niveau du ventre , j’aspire donc surtout à une belle cicatrice.
3. Ne pas trop souffrir, je compte donc sur mon amie la péridurale, mais je garde en tête qu’on oublie toujours la douleur car à un moment elle s’arrête et qu’on passe à autre chose.

Je me rends compte que je n’aime pas particulièrement la grossesse sans la détester et que je ne projette pas grand chose sur mon accouchement car finalement, ce ne sont pour moi que des étapes supplémentaires sur mon chemin pour la rencontre avec Starsky qui est la destination.
Quand je me suis embringuée en PMA, c’était avant tout pour avoir un bébé, pas particulièrement pour vivre la grossesse et l’accouchement. Du coup, je ne culpabilise absolument pas ne pas être une PB épanouie qui se caresse le ventre à longueur de journée sourire béat aux lèvres et qui a dactylographié son projet de naissance sur 4 pages, imprimé en 10 exemplaires pour que tout le personnel soignant en soit informé le jour J dans les moindres détails (je ne savais pas que c’était possible, mais j’ai plusieurs copines qui ont fait ça, donc j’imagine que « ça se fait », encore un truc qui m’avait complètement échappé).

Quand j’entends ces mêmes copines qui me disent qu’elles ont raté leur accouchement car elles ont eu une césarienne d’urgence et que tu te rends compte le 1er peau à peau a été avec Papa, ça me met toujours mal à l’aise car j’ai toujours envie de leur crier dire :
« Tu te fous de ma gueule ???? Tu es une PB de C2, tu as eu une grossesse sans complication et tu as un bébé en pleine forme, je ne comprends pas ce que tu as raté exactement ???? »

 

Bref, tout ça pour dire qu’un bébé synthétique qui arrive par césarienne, ben ce sera le pied quand même et qu’on l’aimera tout autant qu’un bébé couette arrivé par voie basse !

Publicités

100 réflexions au sujet de « Dame Nature, immaculée conception et délivrance. »

  1. edbou

    C’est marrant on a le même projet de naissance. Bon moi j’appréhende un peu l’accouchement genre « et si j’y arrive pas ». Ma seule extravagance et de m’enduire les tetons avec une préparation au tanin pour préparer mes fragiles mamelles à l’allaitement…

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Tu y arriveras forcément, on n’a jamais vu un bébé rester dans le ventre, ils les sortent toujours !
      J’ignorais l’existence de préparation au tanin, j’ai encore des progrès à faire…

      Répondre
          1. audrey

            Je suis bien d’accord avec toi, l’essentiel un bébé et une maman en parfaite santé au final.
            A propos de l’huile de massage ma sage-femme parle de la commencer vers les 34sa. J’avoue que ça m’a bien aidé, le périnée s’est bien relâché, bébé est passé facilement et sans déchirure pour moi.

            Répondre
          1. edbou

            Et voila :
            59,52g d’alcool à 90°
            59,52g de glycérine
            5,95g de tanin à l’éther
            A badigeonner tous les soirs sur les bouts de seins avec un coton et attendre que ça sèche avant de s’habiller parce que ça tâche !

            Répondre
  2. julys974

    Il me plait ton post Queen !! Parce que tu me prouves que oui, on peut en avoir chier des ronds de chapeau pendant des années et ne pas se transformer en PB gaga de grossesse… Comme toi, je me suis lancée en PMA et prochainement dans le don pour avoir un enfant. Pas pour être en cloque.
    Et je crois en effet qu’on peut militer pour faire avancer la cause de l’infertilité sans prendre son/ses enfant(s) en otage. Eux, ces enfants de la PMA, ils ne sont que des étendards de l’espoir que l’on nourrit quand on est dans l’attente… Bisous.

    Répondre
  3. lach0uette

    J’espère quand même que hors PMA tu fais l’amour avec fougue?
    J’aurais un petit bémol pour l’avant dernier paragraphe. Bien sûr que le principal 1) avoir un enfant 2) qu’il soit en bonne santé 3) que la mère le soit aussi tant qu’à faire. Mais il faut reconnaître aussi que la rencontre à la naissance a son importance et que ça peut être destabilisant d’être séparée du bébé sans avoir pu l’admirer (ou alors 2 secondes). Donc PB de C2 ou pas y’a quand même le deuil de la naissance parfaite à faire.
    Je crois que j’aurais bien aimé faire un projet de naissance de 4 pages, on est control freak ou on l’est pas 😀

    Répondre
      1. lach0uette

        J’accepte / je refuse / je souhaite
        Produits, positions, allaitement ou non, place du père, épisiotomie… Y’a beaucoup à dire!
        T’es vraiment une mauvaise PB. J’espère que t’as au moins prévu le photographe (sinon MCPT peut te filer un contact)

        Répondre
        1. La reine de la PMA Auteur de l’article

          Mais si tu refuses l’episio, t’as une déchirure donc tu te fais charcuter dans tous les cas… Et les produits, c’est aux soignants de décider, non ? Pour la ponction, tu choisis pas avec quoi on t’anesthésie…
          T’as raison je suis une PB low-cost !
          Mais j’ai prévu un photographe !!!! Pas en salle d’accouchement mais à la maison un mois après la naissance histoire de laisser le temps à Starsky de se défriper un peu…

          Répondre
          1. lach0uette

            Ben une déchirure naturelle cicatrise mieux qu’une épisio (et une épisio se sur-déchire facilement en plus).
            En fait le principe, c’est que les patients ont des droits: celui d’être informé de tout et celui de pouvoir refuser quelque chose.
            Mais t’as aussi le droit d’être d’accord avec tout évidement. Juste que certaines savent qu’elles ne veulent pas certains trucs et prennent les devants.
            Vous allez faire des photos kitchs j’espère?

            Répondre
            1. La reine de la PMA Auteur de l’article

              Ah oui je pense pas à tout ça, je me sens en confiance, je les laisse faire, je vous raconterai mon nombre de points.
              Pour les photos on est parti sur des lifestyle pas posées, genre prises sur le vif (enfin on a femme de ménage, coiffeur et maquilleur de booker), un truc simple en somme…

              Répondre
                    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

                      Je suis au taquet mais il me manque le mec qui doit tout mettre en place et qui est en vacances, j’espère qu’il sera rentré fin août pour finaliser la déco…

  4. gambinou

    Pourquoi tu dis que tu vas avoir une césarienne? J’ai loupé un truc? Je suis assez alignée avec toi si j’ai la chance d’être mère ce qui m’importera c’est d’avoir un bébé en bonne santé desiré par un couple aux sentiments toujours renforcés… La façon d’accoucher, l’allaitement, le 1er peau à peau (tant mieux s’il est pour le papa qui doit être très patient à cause de mes ovaires capricieux) cela m’est un peu égal au final. Je crois que j’ai fini d’idéaliser tout ce parcours bises

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Pas de césarienne de prévu, mais s’il doit y en avoir une, ce ne sera pas un drame et si Papa a droit au peau à peau avant moi, ce sera très bien aussi parce qu’il en a chié lui aussi…
      Bref un bébé en bonne santé, c’est tout ce qu’on demande !
      Bises

      Répondre
  5. Bibiche

    D’accord a 100%, il n’existe pas a mes yeux d’accouchement raté tant que tout le monde se porte bien, elle est surtout là la finalité, avoir ce bébé tant attendu et désiré

    Répondre
  6. Estelle

    Je pense qu’une césarienne peut être mal vécue. Cette difficulté de mettre au monde peut être traumatisante comme la difficulté de concevoir (l’attente en moins). Soit le plus important est d’avoir un enfant en bonne santé et de l’être soi-même, mais on rencontre un tas de difficultés dans le chemin de la parentalité et aucune ne mérite d’être banalisée… Mais je comprends ce que tu veux dire car j’avais un peu le même avis avant d’accoucher et d’avoir ma fille à mes côtés.

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Je comprends pas pourquoi avoir des difficultés à accoucher peut-être traumatisant, ça ne dépend pas de nous et les SF nous ont bien dit qu’ils ne la faisaient pas pour le plaisir mais quand c’était nécessaire, pour moi tout accouchement est réussi à partir du moment où tout le monde s’en sort en bonne santé…

      Répondre
  7. MadameOurse

    J’ai beaucoup aimé « Starsky est terminée », c’est chouette, c’est mignon et ça montre bien le principal ! Je te souhaite juste alors que tes premiers jours de maman comblent cette trop longue attente.

    Répondre
  8. Plume

    Oh ben tout pareil que toi, je n’avais aucun projet de naissance et puis en plus la césarienne programmée a été très vite mise sur la table ce qui laisse peu de place au moindre « plan d’accouchement » façon gestion de projet.
    ça me fait beaucoup rire de voir des PB rédiger leur projet de naissance sur 4 pages recto verso et les imprimer en 12 exemplaires parce que le jour J, tout le monde fera comme il pourra. Quand je dis tout le monde c’est parturiante et personnel soignant. Tellement de paramètres rentrent en ligne qu’il est difficile de vivre « l’accouchement rêvé ». Tu as tout bien résumé : 1/ que tout le monde arrive à bon port et en bonne santé (le plus important), 2/ que tu ne sois pas massacrée lors du charcutage (charcutage il y aura par le haut ou par le bas) et je sais de quoi je cause avec ma vilaine cicatrice, 3/ que tu ne souffres pas trop. Tout le reste c’est superficielle. Ce qui compte c’est un Starsky en pleine santé à l’arrivée.

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      On es bien d’accord, surtout que de ce que j’ai compris des cours de préparation c’est que le déroulement d’un accouchement était assez imprévisible. Ce qui est rassurant, c’est qu’ils ont plein d’options et qu’on n’a jamais vu un bébé qui ne sortait pas !

      Répondre
      1. La reine de la PMA Auteur de l’article

        T’en connais beaucoup qui ont pondu sans aucun charcutage ? J’ai l’impression que c’est la norme
        (Enfin ça me rassure y a un vêlage qui s’est bien passé dans l’épisode de ce soir, la vache a bien suivi son projet de naissance)

        Répondre
  9. marivalou

    J’étais dans la même catégorie de PB que toi. Pas de « projet » de naissance si ce n’est souffrir le moins possible et que bebe soit en bonne santé. Resultat, vu que je n’avais pas d’attente particulière, j’ai adoré mon accouchement, malgré la douleur. Je te souhaite la même ! Mais il est vrai que j’ai eu un accouchement facile (je m’étais imaginé toutes sortes de choses affreuses qui pouvait arriver….).

    Répondre
  10. miliette

    Merde je viens de me rendre compte que j’avais raté mon accouchement aussi. C’est Mi-couple qui a eu le peau à peau et tout.
    C’est marrant parce que du souvenir que j’en ai j’ai pas tout raté
    Bordel j’y comprendrais jamais rien
    Mais je like ton projet de ponte évidemment

    Répondre
  11. Zapette

    Tu dis tout ça très bien.
    J’explique le « comment on fait les bébés » tout pareil.
    Et pour l’accouchement à part dire que je voulais une péri, je me suis toujours dit que ça se passerait comme ça se passerait….

    Répondre
  12. margoublog

    Mon projet de naissance ne fait qu’1 page… je suis quand même une PB?
    Ceci dit je te rejoins parfaitement sur le plus important : un bébé et une maman qui vont bien à la fin, tant pis si mon projet est totalement déchiré en confettis du fait des circonstances du jour J. courage pour les dernières semaines d’attente !

    Répondre
  13. ptbichon

    Souvent la césarienne en urgence est vécu un échec (un peu comme peu l’être la PMA par certains aspects) mais ça dure rarement. Surtout si la SF peut prendre le temps de faire un débrief.

    Pour ce qui est des projets de naissance écrit et distribuer en 12 exemplaires j’y suis allergique, ça me hérisse le poil. Pour moi ça correspond à amener sa recette de pain à la boulangerie. Rien ne vaut la discussion. Je suis ouverte à beaucoup de chose (position d’accouchement, absence de médoc non nécessaire, de rupture prématuré des membranes…) mais j’ai du mal quand il n’y a pas de discussion possible et qu’on m’impose une liste qui de plus est copier-coller d’Internet dans la plupart des cas.

    Mais on est d’accord que l’essentiel est une famille en pleine santé et qui a le moins possible souffert en fin d’accouchement (et ça en fonction du seuil désirer par la patiente).

    Starsky est comme tu dis finie donc il y a plus qu’à.

    Bisous.

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      C’est ce que je me dis toujours, je serais vexée qu’une SF vienne m’expliquer comment faire mon travail….
      Je pense qu’il faut se sentir écoutée et en confiance avec la personne, mais la laisser faire son travail, elle a fait des études et elle a l’expérience, après le contact humain, ça colle ou ça colle pas…

      Répondre
      1. lach0uette

        Je pense qu’il y en a qui ont été traumatisées par les SF d’antan, et certaines n’ont pas changé leurs pratiques parait-il.
        Genre avant, on pouvait s’asseoir sur l’abdomen de la patiente pour forcer la poussée!!!!!!

        Répondre
        1. marie296

          Moi ma sage femme a fait du trampoline sur mon ventre. Tout y est passé, le coude, les bras, elle sautait limite dessus… Il paraît que c’était une question d’urgence vitale.
          Mon mari en a été traumatisé (moi j’étais dans un état second après 48h de déclenchement !)

          Répondre
          1. marie296

            Et c’était fin 2013, le coup du trampoline… Ça se fait encore beaucoup et personne ne demande l’avis de la patiente.
            Ma gynécologue m’a expliqué que l’expression abdominale n’apparaissait pas sur le Cr de l’accouchement car c’est illégal comme pratique maintenant

            Répondre
            1. marie296

              Bonjour, je découvre tout juste ta question. Désolée de ne te répondre que maintenant. Si la réponse t’intéresse toujours… Oui, la gyneco était présente dans la salle. J’ai eu droit à la ventouse et l’episio pendant qu’on faisait donc du trampoline.

              Répondre
              1. ptbichon

                Ok. Je te demandais parce que pour ma part ça m’est arrivé de le faire sur un bébé en souffrance alors que j’avais pas de Gyneco pour une « aide » (nous en tant que SF on peut faire ventouse ou forceps). Je sais que c’est nocif pour la mère mais je m’étais dis qu’elle préférerai faire un peu de rééducation que d’avoir un bébé décédé ou avec des séquelles neurologiques.
                J’avoue que si le Gyneco était présent ça me dérange plus…

                Répondre
                1. marie296

                  Après, ma fille était vraiment en souffrance, on m’avait préparée pour la césarienne en urgence… Mon col s’est dilate de 3 à 10 en 30 minutes, personne ne s’y attendait. On m’a prévenue que ca allait donc être par voie basse mais qu’il allait faire très vite. Et c’est allé très vite, du coup ils m’ont emmenée ma fille dans une salle car elle avait avalé du liquide entre autre. Par contre la sf a dû le faire super bien parce que j’ai eu peu de rééducation du périnée, tout nickel. Je préfère ce qui m’est arrivé qu’un bébé mal en point hein, j’estime qu’ils
                  Ont super
                  Bien
                  Géré malgré tout

                  Répondre
        2. audrey

          Ah bah moi pour mon premier (semi synthétique) une SF est montée sur le lit pour m’exploser le bide, et accessoirement aider la chose à sortir. Faut dire qu’il m’avait pas loupé pour la péri, je sentais rien et du coup je poussais mal qu’on m’a dit. Par contre j’ai bien compris comment pousser pour le 2è qui a voulu sortir trop tôt et trop vite, du coup pas de péri…
          Et aucun projet de naissance à chaque fois. J’ai bien fait de m’en passer j’aurais été très déçue pour le 2è, la seule chose que je voulais c’était la péri… Blague à part, j’était tellement inquiète pour le loulou qui a été direct en soins intensifs que l’accouchement je m’en fichais royalement

          Répondre
      2. ptbichon

        Exactement. Je dis pas que toutes les collègues sont à l’écoute mais dans ce cas elles liront pas plus un projet qu’elles écouteront une discussion.
        Encore la semaine dernière j’ai accompagnée une patiente qui voulait accoucher sans péri (faut dire qu’à chaque fois elle accouche qu’en 2h) et elle était très contente que je l’ai soutenue dans son choix. D’ailleurs elle m’a même écrit un mot personnel pour me remercier. Ça m’a énormément touchée.

        Répondre
  14. babayaga

    J’ai eu un bébé synthétique né par césarienne programmée la veille du terme. Donc j’étais bien contente de ne pas avoir rédigé de projet de naissance qui n’aurait servit absolument à rien, et d’avoir été une PB en carton parce que pas de désillusions du coup. Et bein j’ai trouvé qu’il été plutôt pas mal mon bébé synthétique à la naissance et même pas fripé.
    (petite parenthèse: j’ai une copine SF qui me disait que ça la faisait bien « rire » les filles qui arrivaient avec leur projet de naissance sur 4 pages. Généralement, ça se finissait en césarienne d’urgence…ou bien elles étaient « déçues » par l’accouchement)

    Répondre
  15. alicebvmcd

    Bien d’accord et j’aime particulièrement le message que tu feras passer a Starsky ! Je te « pique » les formules pour plus tard 🙂 mais un tout petit bémol sur le ressenti post césarienne que j’ai personnellement trouvé un peu difficile même si rationnellement je suis vraiment d’accord avec ts tes arguments et c’est aussi veux que j’avais avant : l’important c’est tout le monde en bonne santé à la fin ! Mais au final cette césarienne (programmée en l’occurrence) était bien sur un moment magique mais avoir « assisté » a la naissance de mon petit loup et ne pas l’avoir vu pendant 3h après la naissance m’a été difficile et j’ai mis qq jours pour faire le lien entre la grossesse et ce petit garçon pourtant si mignon qui était à côté de moi. J’avais probablement trop idéalisé ce moment de la rencontre et en ça je suis responsable néanmoins j’aurais aimé savoir que d’autres personnes pouvaient ressentir quelque peu cette frustration j’aurais moins culpabilisé…

    Répondre
    1. alicebvmcd

      Petit complément : en revanche je suis bien d’accord avec toi la césarienne ne constitue pas en tant que tel un accouchement raté mais la encore une belle solution que la médecine nous offre à un problème qui se serait probablement soldé par un drame il y a quelques décennies.

      Répondre
    2. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Je comprends très bien la frustration de ne pas voir son bébé pendant plusieurs heures après la naissance, mais de là à dire que l’accouchement était « raté », ce n’est pas un examen…

      Répondre
  16. Vervaine

    Bonjour, je trouve ton post très intéressant, mais, comme la Chouette, je ne peux pas m’empêcher d’intervenir à propos de ce que tu dis sur la fin. Oui, désolée, c’est une connasse de C1 qui parle, mais j’ai envie de dire, peu importe qu’on soit C1, C2, C35, IAC, FIV… à partir du moment où on est enceinte, on se retrouve au final avec la même ligne d’arrivée. Et je suis désolée, mais non, je ne peux pas/plus entendre le « à partir du moment où la mère et le bébé vont bien, alors tout va bien. » NON.
    Je comprends en te lisant que tu fais entièrement confiance au corps médical. Je suis pour ma part moins à l’aise. Je n’ai pas subi le quart du dixième des difficultés, humiliations et douleurs que vous les PMEttes avez subi, mais ce n’est pas une raison pour en chier encore à la fin. Non la naissance n’a pas à être une boucherie, non on n’a pas à avoir une épisio si elle n’est pas nécessaire (et c’est malheureusement TRÈS souvent le cas, elles sont souvent réalisées pour le confort du gynéco pas de la femme ni du bébé), non on n’a pas à être obligatoirement dans cette putain de position gynéco (autrement appelée « poulet de Bresse », c’est glamour) qui est anti-physiologique au possible et complique plus les choses qu’elle ne les facilite, oui on a le droit de demander à attendre avant de couper le cordon (OK on ne fait pas de don de sang de cordon, mais ça peut être mieux pour l’enfant)… La liste est longue, très longue, de toutes les humiliations du corps médical sur celui de la femme qui accouche.
    Accoucher n’est pas une opération médicale comme une appendicite, un arrachage de dent ou la PMA. Accoucher est un acte physiologique à la base. OK il y a des risques, il peut y avoir des complications mais ils ne sont pas si important que l’on croit, et ils sont souvent, très souvent, sur vendus par les médecins. Gérer les complications et l’urgence, la médecine moderne sait le faire. Gérer la physiologie, beaucoup moins. Et le protocole médical accentue certaines de ces complications !!! (comme la fameuse position gynéco par exemple).
    Je vais arrêter mon fleuve, mais j’invite celles qui le souhaitent à lire quelques blogs qui ouvrent les yeux sur les pratiques médicales qui ne sont pas si bienveillantes que l’on croit.
    http://10lunes.com/category/pffffff/
    http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2013/11/

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Certes, nous avons la même ligne d’arrivée, mais je crois que notre histoire différente fait que nous ne l’appréhendons pas de la même manière.
      J’avais lu ton blog qui était mis en avant il y a quelques semaines sur le monde ou le huff post (ou un autre site) et j’avais failli t’écrire un mail pour te dire que tu pouvais aller faire un tour en service de PMA pour voir une autre forme d’humiliation et d’infantilisation des femmes.

      En effet, je fais confiance au corps médical car c’est lui qui a permis ma grossesse là où la nature m’a clairement laissé en plan.

      Pour les avoir côtoyer quotidiennement pendant 3 ans, il y a certes quelques connards à qui on n’a pas toujours le courage de dire ce qu’on pense de leur comportement, mais il y a surtout beaucoup de gens bien qui essaient de nous aider que ce soit sur le plan médical et technique que sur le plan humain.
      En effet , c’est une infirmière qui lit sur notre visage dans le couloir que ça ne va pas et qui prend le temps de nous faire entrer en salle de prise de sang pour nous laisser pleurer un coup avec une boite de kleenex et nous serrer dans ses bras à l’abri des regards. Ou d’un interne qui fait des pieds et des mains pour qu’on soit dans une chambre seule dans le service gynécologique surchargé afin de nous éviter la vue d’un bébé quand on vient pour une fausse couche après deux ans de traitement et qui revient nous voir en fin de journée à la fin de sa garde pour nous rassurer et nous dire que ça va aller.
      J’ai eu la chance d’être suivie par une super gynéco qui m’a toujours répondu sur son portable y compris le week-end, qui m’a toujours traité en adulte capable de comprendre mon traitement et les risques (j’ai fait deux HSO) et aussi capable d’entendre que j’en avais assez et besoin de souffler, qui prend aujourd’hui des nouvelles de ma grossesse.

      Honnêtement si ces 3 ans de PMA / grossesse m’ont appris une chose, c’est qu’il est essentiel de se sentir en confiance avec l’équipe qui nous suit sinon il faut changer d’équipe car il y aura forcément des imprévus et des décisions à prendre en cours de route.

      Depuis le début de ma grossesse, je suis impressionnée par le choix qui m’ait offert : clinique privée, hôpital public avec différentes approches de la grossesse et de l’accouchement (je pense qu’il est clair que les bluets n’ont pas la même approche que la muette, à nous de choisir vers où on souhaite se tourner).

      Pour résumer, je n’ai pas de projet de naissance car pour moi ça n’a absolument aucune importance, mais je me sens en confiance avec les équipes que j’ai rencontré même si je ne sais pas qui se chargera de mon accouchement.
      Et j’ai l’impression qu’elles essaieront de respecter au maximum les souhaits des patientes, mais bon, comme je n’ai pas encore vécu mon accouchement, je n’en sais rien, je verrai bien une fois que ce sera passé le bilan que j’en tire.
      Mais je suis d’accord sur le fait que les femmes qui accouchent, comme tous les patients, doivent pouvoir prendre des décisions éclairées avec l’équipe médicale concernant leur corps.

      Répondre
      1. Vervaine

        Je comprends ton ressenti et je suis ENTIEREMENT d’accord sur le fait que le parcours PMA est bourré d’humiliations et de petites violences ordinaires, tout comme un simple parcours gynéco parfois (si on tombe sur un/e c…nard), ou même un séjour en hôpital, où on est souvent infantilisé au nom d’un protocole rigoureux.
        Violences et humiliations que je ne cautionne pas pour autant ! (et pour lesquelles il faut peut-être aussi se mobiliser, mais quand toutes l’énergie des couples est déjà mobilisée pour suivre ce parcours, cela complique les choses!)
        Mais qui ne justifient en RIEN les autres violences et humiliations lors du suivi de grossesse et de l’accouchement.
        Je suis heureuse de voir que tu as rencontré des soignants à l’écoute et attentifs, cela est rassurant. Et évidemment qu’ils existent et qu’ils ne sont pas tous dans les témoignages poignants qui sont en ligne! Cependant, ces témoignages montrent que tous les soignants ne sont pas bienveillants non plus, alors que c’est inconsciemment ce que tout le monde pense ou attend du personnel médical.
        Je te rejoins également sur le fait de pouvoir se sentir en confiance avec l’équipe médicale. Malheureusement, tout le monde n’a pas la chance d’avoir le choix de sa maternité ou de l’équipe soignante dans cette maternité. On ne choisit pas (encore) la date de son accouchement, et du coup, on ne sait pas sur qui on va tomber (ça c’est pour justifier le coup du projet de naissance en x exemplaires de tes copines 😉 -que je n’ai pas fait).
        Et surtout, tout le monde n’a pas accès aux informations. Pour choisir, il faut avoir le plus d’éléments possible en main, c’est loin, bien loin d’être le cas pour toutes les parturientes. Combien de femmes savent que la position gynécologique est la pire qui soit pour accoucher? Combien savent que la voie-basse permet permet une meilleure immunité du bébé car il entre en contact avec les microbes de sa mère, dont il possède déjà les anticorps, combien savent les bienfaits du colostrum sur le système immunitaire, et donc des premières tétées? Combien de soignants prennent le temps d’expliquer tout cela? (Je ne les blâme pas pour autant, parfois, ils n’ont juste pas le temps, et on peut aussi se renseigner soi-même).
        Nous avons la même conclusion: l’idéal est de pouvoir choisir en accord avec ses convictions et l’équipe médicale, mais mon constat est qu’on en est à des années-lumière encore aujourd’hui en France !
        Mais sinon, je te souhaite un super accouchement respecté et une merveilleuse rencontre avec ta fille ! 🙂

        Répondre
        1. lach0uette

          Bonsoir,
          Attention, tout comme la tienne ma réponse va être (très) longue.
          D’abord, je précise que je connais bien tes arguments, ma sœur se préparaient à un accouchement physio et je devais l’accompagner, donc j’ai lu un max sur le sujet pour ne pas être trop mauvaise.
          Je ne sais pas si c’est ton cas en ce qui concerne l’état d’esprit des femmes qui ont fait x années de PMA, qui ont parfois perdu une ou plusieurs grossesse(s) chèrement gagnée(s), qui ont sacrifié leurs corps?
          Je sais que tu es intimement persuadée qu’il faut informer au max, que certaines femmes sont tellement infantilisées qu’elles vivront leur accouchement en spectateur, que nombre de soignants les voient comme de la tuyauterie bouchée à vider aussi vite que possible et par tous les moyens. Ça te scandalise et tu as décidé de mener une grande bataille. Tu es la sauveuse, celle qui « sait ».
          Je ne critiquerai pas le fond parce que tu dois en savoir bien plus que moi et que je me fiche d’avoir ce débat sur un blog qui traite de PMA, et sous cet article en particulier.
          Ce qui me fait bondir c’est la forme.
          Tu lis une femme qui a l’air plutôt intelligente, qui vit ses toutes dernières semaines d’une grossesse qu’elle a rêvé pendant des années, et pour qui le seul but à court terme est de mettre au monde un bébé en bonne santé. Elle dit assumer de se laisser porter et être fataliste quand au fait que son accouchement ne sera pas forcement un joli truc rêvé, mais qu’elle s’en fiche royalement (lol). Elle fait confiance au corps médical parce que de toutes façons elle n’attend rien d’extraordinaire: pas de piscine, pas de paillettes, pas d’orgasme à l’expulsion. Juste un joli bébé à ramener à la maison. Elle reconnait ne pas s’être informée plus que ça parce qu’elle n’en ressent pas le besoin et le vit parfaitement bien.

          Et toi, tu débarques. Tu me cites en plus alors que je me contentais de répondre à des questions, pas de faire la leçon (#notinmyname). Non, nous n’avons pas le même discours.
          Non, je ne mets pas des mots en majuscule pour bien appuyer l’horreur de ce que j’avance.
          Je ne vois vraiment pas la nécessité que tu as à déposer ici ton argumentaire violent, culpabilisant et franchement flippant. Pour quelqu’un qui défend la cause des parturientes je trouve tes interventions particulièrement déplacées. Tu n’as pas l’impression que toi aussi, avec tes textes à rallonge qui expliquent que si on ne fait pas de préparation physio ou si on ne voit pas l’équipe médicale comme le diable, on vivra un accouchement horrible et traumatisant et, tant qu’à faire, on en fera baver au passage à son enfant… ben c’est aussi d’une certaine façon de la maltraitance?
          Pourquoi ne pas accepter qu’une future maman bien dans ses baskets et qui se laisse vivre n’a peut être pas envie de lire ce genre de choses alors qu’elle vivait si bien la fin de sa grossesse? N’as tu pas compris à sa première réponse que non, ton discours n’était pas adapté à elle? Je la trouve pourtant explicite dans ses explications, moi.
          Tu es pleine de bonnes intentions, mais clairement tu ne pourras pas « sauver » le monde avec ce genre de discours inquisiteurs et moralisateurs. Tu ne peux pas enfoncer tes idées dans la tête des gens comme un clou frappé par un marteau.
          Si tu veux que tes mots aient du poids, il te faudra changer ta façon de militer, et choisir tes interlocutrices.
          Tu as choqué cette personne (psychologiquement parlant), il y a donc fort à parier qu’elle sera désormais allergique à toute forme de propos se rapprochant de près ou de loin aux tiens. Exactement l’inverse de ce que tu avais espéré.
          Pour finir ce très court commentaire, puis-je te demander comment tu es arrivée ici? Tout le monde est bienvenue sur les blogs PMA (même les C1, oui oui :D) mais je serais curieuse de connaitre ton cheminement?

          Répondre
          1. Vervaine

            Bonjour, je vais essayer de ne pas trop pourrir ce post ;), mais une dernière réponse. Tout d’abord, j’aimerais lever une confusion: ne suis pas l’auteure des blogs que j’ai mentionné !!! Je ne milite pour rien du tout.
            Ensuite, je pensais avoir compris l’état d’esprit de La Reine qui ne souhaite pas plus s’impliquer plus sur les modalités d’accouchement et loin de moi l’idée de la critiquer. Je réagissais sur l’apparente incompréhension face à ses amies et leur PdN, leur questionnement, le fait d’avoir « raté un accouchement ». Je voulais dire que oui, on peut avoir ce sentiment. Je ne pense pas avoir été agressive ou choquante, et si c’est le cas, je vous présente à toutes mes excuses. Je suis peut être emportée et passionnée, parce que oui le fait de savoir que tant de femmes sont infantilisées/déshumanisées/brutalisées quotidiennement pour tout ce qui touche à la maternité (parcours PMA inclus, il suffit de lire vos blogs), et cela dans l’indifférence la plus totale j’avoue que cela me tient à coeur. C’est un phénomène de société, cela touche à la place des femmes dans la société, à la vision du corps des femmes en général. Je ne plaçais pas ce débat sur une personne en particulier.
            Donc oui, des questions, on peut s’en poser si on le souhaite, parce qu’il y en a. Je ne cherche à convaincre personne. Convaincre de quoi d’ailleurs? Je ne représente aucun « courant » et n’en ai pas mentionné. Je pense avoir expliqué qu’au contraire, mon idée est qu’on doit avoir le choix, celui de ne pas se poser de questions en est un. Je disais aussi que tout le monde n’a pas le choix (choix de la mater, choix de l’accompagnement…), et que souvent, les équipes médicales ne respectent pas le choix des patientes, dans un sens ou dans l’autre.
            Mais encore une fois, je suis très contente que cela se passe bien !
            Comment je suis venue sur ce blog? Un peu par hasard en surfant de blog en blog. Pourquoi j’y reste? Parce qu’il est sympa! 😉 Parce que je me sens concernée de par mon entourage (soeur et amie) qui n’arrive pas à avoir d’enfant.
            Je pensais qu’on pouvait discuter calmement et poliment, c’est ce que j’ai essayé de faire. Encore une fois, pardon si cela a choqué. J’espère juste que celles/ceux qui le souhaitent puissent s’informer.

            Répondre
  17. Weena

    Plusieurs choses, je suis une PB de C1 (mais rassure toi je n’y croyais pas … puisque je suis un bébé PMA et très fière de le revendiquer !!!! Mes parents ne nous ont jamais rien caché des problèmes de ma maman et des démarches, finalement simple pour eux puisque la stimulation ovarienne à suffit) et je suis d’accord avec toi , un projet de naissance trop détaillé (4 pages dactylographiés) c’est typiquement prendre le risque d’être déçu par son accouchement …
    Je m’étais préparer psychologiquement à la possibilité d’une césarienne en urgence, mais je suis contente que tout se soit bien passé et je comprends la déception de ne pas avoir son bébé tout de suite avec soit. Même si comme tu le dit, il vaut mieux une césarienne et un bébé en bonne santé.

    Pour l’accouchement, oui, il y a des équipes médicales moins bien que d’autres, oui il y a des moments dans l’urgence où certains gestes « humiliants » sont pratiqué, mais pour vivre avec un médecin et l’avoir suivi tout son internat, je te rejoins sur le faite que les médecins se sont avant tout des êtres humains qui font de leur mieux avec ce qu’ils ont !!!
    Tout au long de mon accouchement, j’ai eu mon mot à dire, même si ça a traîner sur la fin puisque après 20h, c’est l’équipe de nuit qui est réduite.

    Bref, je te souhaite un bel accouchement quand même, c’est plus sympa, mais surtout un beau bébé, même synthétique, l’important, c’est qu’il soit là 😉

    Répondre
  18. Ping : Et si on pétait des confetti | chouette, une fiv!

  19. Banane

    Je trouve ça bien, de ne pas avoir trop d’espoirs, c’est se donner toutes les chances d’être agréablement surpris. 🙂
    Après, pour rassurer les éventuelles lectrices qui n’avaient pas une vision aussi dépourvue de paillettes de l’accouchement, on n’est pas obligatoirement charcutée. On court rarement le marathon 24h après, mais il y a quand même moyen de le vivre plutôt bien.
    Il y a des suites de couches de césariennes moins douloureuses que celles par voie basse. Autant d’histoires différentes que d’accouchements, finalement.
    J’en ai vécu 3, radicalement différents dans leurs déroulements, avec pour seul point commun la confiance en l’équipe médicale. Ils ont sauvé notre aîné, et après avoir vécu ça il était hors de question d’accoucher ailleurs qu’en milieu médicalisé ou de venir avec des idées préconçues parce qu’on était bien au courant qu’on fait avec ce qu’on a, le moment venu.
    Par contre, c’est vrai que j’ai un mauvais souvenir de mon dernier accouchement car l’équipe n’avait aucun contact humain avec nous.
    Je ne sais pas si c’était une dure matinée ou s’ils se sont dit que pour le 3ème on n’avait pas besoin d’accompagnement, mais on a eu le droit à 10 mots hors indications techniques. Ca me laisse une impression très désagréable, même si tout le monde va bien au final et que ça n’a pas été simple de ce point de vue. Je ne conseillerais pas cette maternité à cause de ça.
    Mais bon « être gentille avec moi et faire comme si vous saviez que je suis un être humain avec des sentiments et pas seulement un utérus récalcitrant » ça ne s’écrit pas dans un projet de naissance, si? 😉

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s