Mum of girls

Certes Einstein n’est pas encore parmi nous et peut encore nous faire des surprises, mais je suis a priori partie pour être la maman de deux petites filles.
Avec tout ce qui s’est dit en cette fin d’année sur #MeToo et #BalanceTonPorc, je me dis forcément qu’il faudra beaucoup de force et de caractères à mes filles pour faire face au monde qui les attend. Les choses évoluent, les gens commencent à prendre conscience des choses, mais tout ça évolue à la vitesse d’un escargot.

La question se pose alors pour nous, avec l’homme, de la manière dont nous pouvons au mieux accompagner Starsky aujourd’hui, et Einstein demain, dans leur éducation pour qu’elles puissent faire face à tout ça et deviennent des femmes fortes et libres d’être ce qu’elles souhaitent.

De manière générale, je suis assez contente de moi en matière d’éducation car je trouve Starsky parfaite à tous points de vue (oui je m’envoie des fleurs, mais marre de l’autoflagellation parentale car on a élevé la voix et que ce n’est pas bienveillant, c’est normal d’en avoir marre et de s’énerver).
OK, je la trouves peut-être un tout petit peu moins parfaite quand elle se roule par terre en hurlant dans un magasin, ou quand on doit discuter pendant des heures et négocier des choses, comme mettre autre chose qu’un pyjama pour sortir, mais de manière générale, je la trouves merveilleuse et je me dis qu’on doit quand même faire du bon boulot avec l’homme, même si c’est beaucoup à l’instinct et à la fameuse éducation approximative de Quatre Enfants.

Starsky est une petite dictateur fille qui a très confiance en elle, qui se met en avant et qui ne se laisse pas facilement démonter. On pourrait argumenter qu’elle a peut-être trop confiance en elle, mais je me dis que ce réservoir va forcément se vider au fil des années, et que plus il y a de confiance au départ, mieux ce sera pour plus tard.
Il y a cette vidéo sur la bande son de la vie d’une femme qui a circulé récemment et je la trouves très juste.

J’avais lu un article sur une étude qui montrait que c’est entre 5 et 6 ans que les filles commencent à se sentir moins brillantes que les garçons. Assez flippant que cette évolution de perception se fasse si jeune… Ma fille n’oublie JAMAIS que tu es un génie !

Du coup, on essaie de limiter les effets de l’extérieur sur Starsky, même si on sait bien que c’est perdu d’avance et que l’entrée à l’école en septembre prochain finira d’achever nos efforts.

On évite le total look rose à paillettes pour les fringues, même si parfois ça me fait plaisir de l’habiller en bonbon rose. Maintenant qu’elle marche, court et escalade et met un point d’honneur à s’habiller seule, on privilégie le confort et la facilité à enfiler.
On achète au maximum des jouets « neutres », on essaie de ne pas la limiter à des jeux d’imitation et d’imagination, mais d’ouvrir aussi sur des jeux de construction et de réflexion, même si c’est un bien grand mot à son âge (un puzzle de 9 pièces lui demande beaucoup de réflexion, et je vous raconte pas la construction d’un truc en lego).
Comme elle ne s’intéresse pas encore vraiment aux dessins animés, ça va, mais je sens qu’on va devoir se creuser les méninges pour les trouver des dessins animés de son âge qui mettent en scène des filles / femmes dans des rôles autres que princesse ou side-kick du vrai héros.

Bref, on sait qu’on a perdu d’avance, mais on tente quand même notre chance (c’est un peu comme une FIV, 25% de chance de succès, mais sur un malentendu, il y a parfois des miracles répétés).

En revanche, y a un truc qui m’énerve, ce sont les mums of boys revendiquées.
Je m’explique, il y a forcément des mamans d’un ou plusieurs garçons et je sais bien que je n’ai pas de garçon sous le coude et que je ne sais pas comment c’est d’élever un ou des garçons, mais de là à expliquer tout par le fait que ce sont des garçons, ça me gonfle. Alors évidemment, ce n’est pas une généralité, toutes les mamans de garçons ne sont pas comme ça, mais le nombre de fois où j’ai entendu ces deux phrases….
« Tu as de la chance les filles, c’est calme, je te dis pas moi avec mes garçons »… Alors non, ma fille est tout sauf calme, elle a un grand besoin de se dépenser et court et saute partout en permanence, c’est peut-être juste une question de caractère.
« Tu as de la chance, les filles c’est doux, moi c’est la bagarre tout le temps »… Alors non, ma fille tape et pousse volontiers toute personne placée entre elle et le toboggan, parfois elle se prend un coup en retour, mais ça n’a pas l’air de la déranger plus que ça, vu qu’elle réplique.
Après je sais bien que ça ne part pas d’une mauvaise intention et en vrai, j’ai aucune idée de la différence entre élever une fille et un garçon, mais je pense que tout ça, c’est avant tout une question de personnalité et de caractère de l’enfant plus que de zizi ou de zézette.

Récemment, Il y a eu un épisode qui m’a particulièrement gonflé. La maman d’un petit garçon du même âge que Starsky, qui ne l’élève pas particulièrement à l’ancienne ambiance « boys don’t cry », il a une poupée qui l’accompagne partout, une cuisine, une poussette…
Et ce petit garçon du même âge que Starsky a le même genre de crise de deuzans où il tape, pousse et crie (je trouves toujours ça rassurant de retrouver ces bons moments de parentalité chez les autres, je me sens moins seule avec mon cochon parfois hurlant).
Tout ça pour dire que ce petit garçon a tapé ma précieuse, pas violemment, juste une tape pour une sombre histoire de camion pompier à partager, Starsky n’a même pas relevé, trop occupée à tirer sur le-dit camion. Ma tendance non-interventionniste, ambiance je suis une dinde, je vais pas me lever tant qu’il n’y a pas de hurlement, n’aurait pas relevé. Mais la maman s’est levé et a dit à son petit mec « On ne tape pas les filles, les filles c’est fragile »…
Et en fait c’est cette phrase qui m’a vraiment énervée, d’autant plus qu’elle était prononcé devant ma fille. Déjà de mon point de vue personnel, le message à faire passer est « on ne tape personne » (sauf si c’est une pisseuse qui te pique ton seau ou un morveux qui t’empêche de faire du toboggan, maman saura tourner le dos et dire qu’elle n’a rien vu et que ce n’est pas ton genre si un parent bienveillant intervient). Mais surtout je n’ai pas envie que Starsky entende / intègre que les filles sont fragiles, je n’ai pas envie que le fait d’être une fille la définisse, j’ai envie qu’elle puisse avoir la possibilité d’être fragile ou forte.
J’espère évidemment et je pense que Sarsky n’a pas relevé trop occupée sur comment obtenir le camion de pompier pour elle toute seule, mais je trouves dommage que mes pseudo-efforts soient « ruinés » par une femme que ce soit dans le message qu’elle fait passer à son fils sur les fille et dans le message reçu par ma fille (de toutes façons, c’est toujours la faute de la mère, allez un peu d’autoflagellation pour la route).
Finalement l’éducation et la confiance qu’auront nos filles plus tard passent aussi par l’éducation des garçons. Il y avait un article intéressant à ce sujet dans le Huff Post que je vous laisse lire si ça vous tente.

Tout ce post est un peu brouillon je veux bien l’admettre, mais c’est peut-être pour exprimer mon angoisse sur le fait qu’avec mes deux filles, je ne pourrais pas expérimenter l’éducation approximative d’un garçon modèle…

Sinon il parait que c’est la saison des voeux alors je vous souhaite une excellente année 2018, pleine de bonnes surprises et d’aventures !

Publicités

34 réflexions au sujet de « Mum of girls »

  1. maxelie

    Ton article fait écho à toutes les questions qui me trottent dans la tête. Je suis maman de 2 garçons que j’élève tant que possible de manière « unisexe ». Il n’empêche que l’arrivée d’une petite sœur m’interroge sur comment nous allons nous accommoder de nos beaux principes une fois que ce sera concret….. Des bises la reine !

    Répondre
  2. Moineau

    Quand quelqu’un dit « on ne tape pas les filles » devant Zozio, je reprends aussitôt on ne tape personne ». Mais évidemment je ne suis pas à l’école avec lui donc bon… ça m’énerve aussi quand on me sort « ah c’est bien un garçon » parce qu’il s’énerve ou joue à la bagarre (même ma mère s’y laisse aller, pourtant j’ai deux grands neveux donc elle a eu le temps de constater que filles ou garçons, c’est kif-kif… mais les clichés ont la vie dure).
    Même si effectivement l’école démonte une bonne partie de ce qu’on construit, c’est toujours mieux que si on ne construisait rien du tout. Mon fils adore le rose, il aime jouer à la cuisine même s’il préfère les legos, je me dis que c’est déjà pas si mal, et je reste vigilante.

    Répondre
  3. ColombesMum

    « On ne tape pas les filles, les filles c’esy fragile » ?! C’est quoi cette phrase du moyen âge!! On ne tape personne…je dis souvent ça à mon fils : on ne tape personne, ni humain ni animaux…seules les balles, ballons et coussin colère ont droit à ce sort! C’est vrai que c’est vraiment décourageant, à notre époque, d’entendre ces clichés et surtout proférés par une femme!!! Comme quoi ces petites phrases ont la vie dure…

    Répondre
  4. grumpyanddesesperate

    Moi aussi ca me sort par les yeux routes les explications du comportement de la sangsue par le fait que ce soit un garçon…
    Par contre, je pense que c’est à nous, les parents de garçons, de les élever de facon à ce que le #metoo ne se reproduise pas, sinon ça revient encore à dire que c’est la faute des filles si elles se font agresser…

    Répondre
  5. Biquette

    Maman d’une fille et d’un garçon, ton article fait aussi écho à mes questionnements.

    « Les filles sont fragiles »???

    Pour les dessins animés avec des personnages féminins forts, je dirais Mulan, Vaiana ou dans une moindre mesure Shrek. Je trouve Nemo plutôt neutre, avec des personnages principalement masculins mais montrés avec leurs faiblesses (et l’inoubliable Dory).

    J’essaye de donner la même éducation aux deux enfants et ils ont accès aux mêmes jeux. Le petit a un poupon et joue avec le trotteur rose reçu par sa grande sœur. La petite a une collection de petites voitures et joue volontiers avec le garage reçu par son petit frère. Saint-Nicolas a apporté une petite cuisine pour les deux enfants (passion ouverture des placards pour le petit).
    Pourtant, si je compare au même âge, là ou mini-biquette était une petite maman pour son poupon, mini-biquet voue une passion à tout ce qui roule, à commencer par un ballon dont disposait sa sœur au même âge. Je suis convaincue qu’il ne s’agit pas d’une différence innée mais d’ores et déjà d’un acquis, que ce soit par imitation ou à travers les jeux proposés à la crèche (pas nécessairement par les puéricultrices mais certainement par les autres enfants un peu plus grands).
    Après, quand je vois les deux enfants courser à 4 pattes dans tout le salon en poussant chacun une petite voiture et rire aux éclats, je me dis qu’on n’a pas non plus tout raté 🙂

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      Je pense en effet involontairement l’effet imitation joue beaucoup et après le but n’est pas de transformer les filles en garçons et les garçons en filles, mais je trouves important que ce ne soit pas leur sexe qui les définissent mais leurs centres d’intérêts propres, je trouverai dommage que Starsky se dise qu’elle ne peut pas être pompier parce que c’est un métier d’homme, après si elle rêve d’être nounou, je serai heureuse pour elle tant que c’est son choix à elle et pas le choix que la société lui a imposé.

      Répondre
      1. Biquette

        l’imitation reste une grande traîtresse car, en moyenne, elle va dans le sens de la reproduction des inégalités et déséquilibres.

        À nous en tant que parents de tenter de lutter contre mais c’est loin d’être gagné surtout que souvent ces déséquilibres existent aussi dans nos foyers: maman qui s’occupe plus des enfants, papa qui rentre tard du boulot, nounou ou puéricultrices femmes etc.

        Répondre
  6. Quatre enfants

    Et bien la Reine, tu as tout donné sur cet article de rentrée ! Tu aurais pu coller une patate a celle qui raconte au square que les filles c’est fragile. Ca aurait bien démonter son argumentation (et ses dents de devant), mais on me dit qu’en fait, non, on tape personne. Sinon, j’essaie aussi à ma petite échelle de faire avancer le truc. J’avais écrit ça à mes garçons :

    https://quatreenfants.com/2016/12/11/lettre-a-mes-fils/

    … J’espère qu’ils auront les clés nécessaires pour traiter ton génie comme elle le mérite (on peu envisager un mariage arrangé si tu veux, j’ai 2 gars en pleine santé, ça fera ds beaux mâles reproducteurs dans quelques années tout ça je le sens)

    Répondre
    1. La reine de la PMA Auteur de l’article

      J’adore la lettre à tes boys, c’est plein d’amour et de bon sens.
      En revanche on est d’accord que c’est vraiment dommage de ne pouvoir taper personne car parfois ça détendrai.
      On se fait un drinks un de ces jours pour arranger le mariage ? Starsky a un vrai potentiel pour rejoindre ton groupe de just dance, on pourrait faire un groupe avec romance mise en scène et tout et devenir riche !

      Répondre
  7. madamerenard76

    Ton article fait écho à beaucoup de mes interrogations… en tant que mère de garçons! J’essaie d’être hyper vigilante à l’éducation qu’on leur donne, à ne pas en faire malgré nous des sexistes qui s’ignorent mais plutôt des féministes assumés! Et ça nécessite souvent des ajustements… Bon, ils ont malgré tout 20kg de petites voitures, adorent jouer au camion-poubelle (et aussi à la poupée) et colorient comme des manchots… il y a quoi qu’on fasse des différences structurelles dès le début!
    J’ai l’impression que, autant les mamans de filles que de garçons, nous avons actuellement un rôle très important à jouer pour leur permettre de créer une société plus égalitaire, mais j’ai aussi l’impression que ça va beaucoup se jouer sur l’attitude des futurs hommes, et donc l’éducation qu’ils auront reçu enfants (non pas que je pense que les femmes soient trop faibles pour se faire respecter and co, pas du tout!! juste que les choses se passeront mieux si en face les hommes ont intégré la notion d’égalité totale malgré les différences inhérentes à chacun).
    Bref, j’ai l’impression que comme moi tu te sens investie d’une mission, je ne sais pas toi mais moi ça me met la pression! Et désolée pour le pavé!

    Et quant au « les filles c’est fragile » aaaaaargh!!! le chemin est encore long…

    Répondre
    1. Nanou

      Ca je te l’ai déjà dit ! Toi qui aimes les gens, tu t’éclaterais (mais vas y avec une copine MILK, c’est mieux pour commenter)

      Répondre
  8. laptitesteff

    Moi c’est les mamans autour de moi qui me disent « ah mes filles remuent hein ! mais les garçons c’est pire ! » et dans la famille c’est une réalité mais je ne pense pas que ça ai grand chose à voir avec le genre… et puis on a beau faire tout ce qu’on peut la société étant ce qu’elle est, ils se font rattraper : mes fils ont décrété que j’étais une princesse, une reine même ! et rien à péter que je sois « un garçon manqué » que je pète, rote, jure comme un charretier ou prenne quasi toutes les décisions à la maison ils me trouvent belle (sic) douce (?!?) et féminine (double-fuck !)… mon mari me dit de ne pas lutter, que je suis un exemple pour eux et que tant mieux si pour eux être une femme c’est être comme moi : intelligente, capable avec une force de caractère à l’épreuve des balles (je vous ai déjà dit que mon mari était adorable ?)… chépô

    Répondre
  9. lamisskangourou

    On ne tape pas les filles ?? WTF en effet. Dans le même genre, mon frangin qui laisse son gosse lever le poing sur R en mode « c’est des garçons, c’est normal de se battre », je déteste ! Hier j’étais si fière quand mon loulou a dit à un gosse surexcité « ici on ne crie pas et on ne tape pas ». Les filles sont quand même plus dégourdies j’ai l’impression et plus vite autonomes, mais en effet ne pas coller d’étiquettes c’est le plus important. Sont chouettes tes articles, tu devrais écrire davantage 😊

    Répondre
  10. Nanou

    Eh ben moi je suis maman de garçons et je déteste les clichés filles/garçons et les mamans de garçons qui racontent tout ce que tu décris. Je trouve ça stupide, primaire et même dégradant pour les filles autant que pour les garçons. Et inversement les mamans de filles qui disent que c’est plus propre/intelligent etc ça me gonfle. Chaque enfant a son identité, sa personnalité, son caractère et la façon d’éduquer nos enfants joue beaucoup. Laissons les clichés de côté et essayons de faire de nos petites filles et de nos petits garçons des adultes respectueux et heureux et bien dans leurs vies.

    Répondre
  11. lafouineinfertile

    Ma fille a deux ans et demi et j’ai les même interrogations. Je dois être très vigilante avec ma belle-famille par exemple qui l’appelle « princesse » très souvent et ne lui offre que des fringues roses. Ca m’énerve à un point… Elle aime les poupées et les petits poneys, je laisse faire en essayant d’introduire des duplo et des lego mais pour l’instant, ça n’a pas l’air de trop l’intéresser.

    Répondre
  12. MadameOurse

    C’est un sujet très intéressant que tu abordes là. Etant moi aussi mum of girls, je suis interpellée c’est vrai par ces sujets du quotidien. Et il y a des choses qui font clairement peur, j’aimerais tant que les choses évoluent avant que nos filles soient adultes.
    Bon ici le rose tu le sais c’est pas mon dada et pourtant depuis quelques mois j’entends beaucoup « le rose c’est pour les filles ». Merci l’école !!!!!…… Je la reprends donc systématiquement. Et ce soir j’ai eu un « la moustache c’est pour les garçons ». Bon là oui ok. Mais si tu veux te déguiser avec une moustache tu as le droit hein !

    Répondre
    1. MadameOurse

      Ah sinon j’ai déjà pas mal eu droit aussi au « c’est calme les filles ». Mouais ok mes filles sont calmes mais c’est un cliché ridicule. Genre les filles seraient câlines aussi. Alors que je vois tant de garçons plus câlins que mes Ourses.

      Répondre
  13. Mam'Weena

    En tant que « mom of boys » (mais j’espère bien avoir une fille aussi un jour), j’ai au contraire l’impression d’avoir encore plus de boulot à faire pour justement éduquer mes garçons « contre les stéréotypes de la société » et en faire des gars honnêtes et respectueux 🤗
    Et sérieux, « les filles c’est fragiles », qu’elle vienne voir les coups que je met en escrime historique, on va voir si je suis « fragile » (sinon, un p’tit match de roller derby, c’est soft et délicat 😂)

    Répondre
  14. Miss inFertility

    Une fois qu’ils sont à l’école ou pour ta deuz le fait qu’elle ait simplement une grande soeur oriente forcément.. elles veulent être filles. Alors oui c est cliché mais avec ce sentiment de faire comme les autres si important à l’école pour être intégré c est difficilement évitable.. le CP est un cap je trouve. Ma grande m’a dit que les garçons sont plus forts mais les filles bien plus intelligentes dans sa classe 😜. J essaie de les pousser dans ce qu’elles ont envie de faire et développer leur confiance mais nous ne sommes qu’une partie de leur vie. C’est trop chouette d’être maman de deux filles en tout cas! Bisous

    Répondre
  15. Banane

    Je fais de l’évangélisation à l’école très souvent le matin en déposant notre fils de 3 ans. Auprès des enfants mais aussi des parent si besoin.
    Le papa qui dit à son fils, occupé à découper une Barbie pour la coller sur sa liste de Noël, « mais c’est un jeu de fille » et me cherche du regard pour que j’abonde n’a pas été déçu parce que j’ai précisé qu’il n’y avait que des jeux « pour enfants ». Et nouveau speech après la première journée d’école avec les bottes roses de la grande soeur : non, tu n’es pas moche avec ces chaussures, ils ne savent pas tes copains que le rose c’est pour tout le monde et que tu as bien de la chance d’avoir une grande soeur qui te les prête? (et le petit qui veut les remettre le lendemain).
    Bref, pas gagné tout ça.

    Répondre
  16. madamepoupounette

    Comme toujours ton article est très juste. J’ai 2 garçons mais à chaque début de grossesse, devant l’éventualité d’une fille, J’ai eu ces interrogations. Et elles se sont transformées en « comment élever mes fils dans le respect de l’autre sans que son sexe le définisse »

    Répondre
  17. escarpinsetmarmelade

    Coucou! Je découvre ton blog grâce à Agnès et son article sur ses blogs préférés (ouais, t’es une star, wesh). Bref, j’ai adoré ton ton (haha) (pardon) et le contenu aussi. J’avoue faire partie des mères qui disent que les garçons sont plus agités que les filles (pas taper), mais pour ma défense, je suis blonde à forte poitrine. Bref, joli billet.

    Répondre
  18. Audrey

    Tout à fait d’accord avec toi, ma fille de deux ans adore jouer à la cuisine et avec les poupées à la crèche, et régulièrement les auxiliaires me disent d’un air attendrie « c’est une vraie petite fille »…Cette réflexion me choque et je me mords les lèvres pour ne pas faire une réflexion afin de ne pas partir dans une polémique vaine…Je me dis qu’il y a encore du travail à faire, notamment auprès des encadrants mais c’est avant tout aux parents d’élever leurs filles et garçons sans cultiver cette vision des choses complétement machiste.
    Pour ce qui est des dessins animés, ma fille adore suivre les aventures du Docteur Mac whellie qui est une femme garagiste (car oui elle adore aussi jouer aux petites voitures mais ça bizarrement on ne me le dit jamais lol). ça change un peu des princesses !

    Répondre

Un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s