Archives pour la catégorie FIV

Les tout-petits bébés

Voilà, c’est toujours pareil, on n’est jamais satisfait de ce qu’on a la chance d’avoir.

On a la chance d’avoir Starsky qui est de plus en plus merveilleuse et de plus en plus un génie (je vous dis pas comment je me retiens d’écrire des articles dégoulinants), mais on se dit que maintenant on voudrait vraiment un petit deuxième.
Avant, on essayait car on sait qu’on met un peu longtemps à procréer mais sans se sentir vraiment prêts, alors que là maintenant, on se sent vraiment prêts et on en a vraiment envie.

Pas tellement qu’on ait une passion grossesse (c’est pas vraiment mon truc), ni une passion accouchement (c’est encore moins mon truc), ni une passion couches et nuits blanches, mais on se rend compte que c’est quand même chouette d’avoir un frère ou une sœur dans la vie.
C’est quelqu’un à qui on a partagé tellement de choses durant l’enfance, qu’on peut tout se dire sans fioriture et même si à l’âge adulte les relations sont parfois plus distantes, je trouve que c’est vraiment chouette d’avoir un frère ou une sœur.

Récemment nous avons croisé plusieurs tout-petits bébés.
En effet, notre co-famille de garde partagée a eu un deuxième enfant et tous les soirs, on voit arriver ce  tout petit bébé endormi, tout mignon et ça fait bien envie (en plus il vient à l’heure de sa sieste, donc on a vraiment l’image d’Epinal du nourrisson).
Toujours du fait de cette naissance, notre co-famille déménage et nous sommes à la recherche d’une nouvelle co-famille et nous en avons rencontré une potentielle dont le bébé a 3 semaines…
Bref en ce moment on vit le cauchemar de la pmette, on est cerné par les nouveaux-nés et je vous raconte pas la PB du boulot qui a le bola qui carillonne dans les couloirs et fait une gender reveal party pour de vrai avec les collègues…

Tout ça pour dire qu’on se rend compte que Starsky n’est plus vraiment un tout-petit bébé et que ça nous dirait quand même bien un peu d’avoir un poupon à câliner.

Et aussi Starsky est complètement fascinée par les petits bébés, elle saute sur leur poussette, leur apporte des jouets et leur envoie des bisous. Forcément, on est fondance quand on voit ça. Et on se dit que ce serait quand même chouette d’avoir nos 2 bébés qui jouent ensemble.

Sauf que, retour à la réalité, mes ovaires sont toujours moisis, je n’ai pas gertrudé en vacances (ni depuis 2 ans alors que je ne prends aucune contraception) et qu’on a 3 blastos qui nous attendent mais qu’on n’est pas vraiment certains qu’ils s’accrochent 9 mois (cf FC de début d’année).
J’ai conscience que c’est un problème de riche, mais j’aimerai vraiment que Strasky ne soit pas une enfant unique et ait la chance de grandir au sein d’une fratrie…

Je reste zen sur ce transfert, mais j’aimerai vraiment qu’il marche.
Et je me dis que s’il ne marche pas, il nous reste 2 autres chances et si aucun blasto ne s’accroche, il nous reste 3 ponctions remboursées, et si aucune de ces 4 FIV nous offre un bébé, Strasky sera la pire sale gosse meilleure princesse de la terre et qu’on la kiffera tout autant, si ce n’est plus.

J1 est arrivé ce matin en fanfare, je suis dans les starting blocks du provames et j’attends la date de mon premier contrôle pour le transfert avec un test de grossesse prévu juste avant le 14 juillet si pas de couille dans le potage.

On y croit !

Joyeux anniversaire Amandine !

Il y a 35 ans naissait Amandine, le premier bébé éprouvette / synthétique / playmobil / génie (rayez la mention inutile selon vos convictions).

J’avoue je suis tombée sur un article célébrant cette naissance, je ne l’ai pas noté dans mes petits cahiers.
Je lis donc l’article en me disant, c’est chouette 35 ans que les couples infertiles ont une petite chance que la médecine les aide à devenir parents, c’est tout neuf, il y a encore plein de progrès à faire.

Mais à la lecture de l’article je tombe de haut….avant de me rendre compte que le figaro re-publie d’anciens articles et que cet article date de 1982.
Morceaux choisis :

La fécondation in vitro est généralement utilisée en cas d’obstruction des trompes.

«Nous n’intervenons qu’en bout de chaîne avec une méthode délicate, sur des femmes ayant un lourd passé chirurgical.»

l’une des principales causes de ce genre de stérilité était la salpingite aigüe, et iI souligne qu’une meilleure politique de prévention, un suivi mieux organisé des maladies sexuelles transmissibles, un diagnostic et un traitement correct permettraient d’éviter le recours à des techniques aussi lourdes.

Donc voilà ce qui était dit en 1982 sur la PMA.

Et aujourd’hui, si on demandait au hasard à des gens dans la rue ce qu’ils en savent, vous pensez qu’ils diraient quoi ?
(j’ai comme l’impression qu’un micro-trottoir sur le sujet me déprimerait…)

Happy Friday quand même !

L’espace temps pmesque

Vendredi avait lieu l’écho qui vérifiait que tout était fini et que Huggy s’était bien fait la malle. A defaut d’avoir réussi sa brève existence, il aura réussi sa sortie.
Rendez-vous post Zika pris en mai et transfert plutôt début juin car nous sommes en vacances fin mai car ce sera peut-être trop juste entre les 2 mois d’attente, la stimulation de l’endomètre et nos vacances. On a déjà le nom du prochain embryon qui attend sagemment sur la banquise, ce sera Einstein, comme ça, pas de doute possible, ce sera un génie.

A l’occasion de ce clap de fin de cette FIV, 2ème saison, 1er épisode, je me suis dit que la PMA était vraiment un espace temps à part et que j’avais eu tendance à l’oublier en m’en éloignant.
En effet, 1er email de contact avec le centre le 22 octobre, 1ère piqure le 21 novembre et clap de fin le 10 février, soit 3 mois plus tard. Prochaine étape début juin, soit plus de 6 mois plus tard…

Trois mois pour chaque tentative quand pour les autres couples c’est une tentative tous les 28 jours (et moins de contraintes)…
Et maintenant je vais devois attendre 2 mois pour la prochaine tentative à cause de Zika alors qu’un autre couple aurait pu lancer les tentatives quand bon lui semble. En PMA, on décide pour nous de ne pas prendre de risque. Je comprends le principe de précaution, mais je le trouve infantilisant.

J’avoue que j’aborde cet espace temps avec beaucoup plus de zenitude maintenant que j’ai Starsky.
Avant, j’aurais vécu ce décalage de 2 mois comme la plus grosse injustice sur terre et là, je suis vaguement agacée par l’aspect infantilisant, mais je m’en moque, je sais que la course au bébé en PMA est un marathon et que cela ne sert à rien d’être à un mois près, on n’est pas sur un sprint, il faut tenir la distance malgré l’âge qui avance.
J’aurais voulu être dans cet état d’esprit au début de mon parcours, mais je pense que c’était impossible pour moi à l’époque.
On vit définitivement différement l’attente une fois qu’on est parent.

Bonne semaine à toutes !

einstein

Comparaison fausse couche bio et fausse couche au Cytotec

Dans la catégorie, j’ai testé pour vous (je pense que je suis devenue un vrai cobaye prête à tout telle une blogueuse beauté qui met tout et n’importe quoi sur sa peau), j’ai testé la fausse couche sans rien, sans Cytotec avec une expulsion « naturelle » de l’embryon.

bio

En effet, pour ce transfert, on a fait dans l’originalité avec deux fausses couches annoncées pour un seul et même embryon.
– Madame, désolé, le taux n’a pas doublé et l’embryon montre un retard de croissance, il a du arrêter son développement, vous arrêtez tous les traitements et vous allez saigner, on est désolé, bon courage à vous.
– Ah mais on s’est trompé Madame,  il est toujours en retard et votre taux a toujours une évolution pourrie, mais il y a un rythme cardiaque, reprenez tout votre traitement, on va voir ce que ça donne.
– Ouh la la, Madame il a grandi, on dirait que vous faites partie du cas très rare,  1%, à 2% de grossesses évolutives avec une mauvaise évolution de taux. Inscrivez vous vite à la maternité et rendez-vous à l’écho des 12 sa.
– Bon en fait le coeur s’est arrêté, vous allez vraiment faire une fausse couche, qui du reste a l’air d’avoir commencé avec vos mini saignements.

La fausse couche naturelle s’est en effet bien déclenchée le lendemain de cette dernière écho.

Alors dans le positif par rapport au cytotec, aucune vraie douleur, seulement de légères douleurs de règles (j’ai jamais eu de règles vraiment douloureuses avant la pilule et depuis la pilule je n’ai plus de règles) qui partent au nurofen et pas d’autres effets secondaires, ce qui est un vrai plus par rapport à mon expérience Cytotec.
Dans le négatif, on ne « choisit » pas le jour et l’heure et c’est tombé un jour de boulot assez chargé. Car même si ça ne fait pas mal, ça oblige à aller aux toilettes toutes les 20 minutes, histoire de pondre un morceau et à changer de protection toutes les heures. Donc c’est un peu compliqué niveau organisation de la journée de travail.

Ce n’est pas plus facile psychologiquement parlant, mais je trouve que c’est quand même beaucoup moins éprouvant physiquement.
J’ai également fait une séance d’acupuncture afin d’aider tout à bien partir et ça a ralancé les saignements donc j’imagine que l’acupuncture peut aider pour ça aussi.

Donc si vous pouvez attendre quelques jours avant de prendre le Cytotec, je vous conseillerai vivement de voir si ça vient naturellement quitte à tenter une séance d’acupuncture dans les jours qui suivent. Mais en vrai, je vous souhaite surtout de ne pas faire de fausse couche et d’avoir une grossesse sereine du début à la fin.

Sachant que je n’ai pas eu mon écho de contrôle et qu’il reste peut-être quelques morceaux qu’on devra aider à partir au Cytotec…

Voilà, c’était un nouveau j’ai testé pour vous.

Hasta la vista Huggy

Hier avait lieu le rendez-vous avec ma gyneco.

Comme j’avais de légères pertes marrons depuis lundi, je ne me faisais pas trop d’illusions quant à l’évolution d’Huggy.

Sans surprise, son coeur s’est arrêté.

Et aussi bizarre que cela puisse paraitre, je suis soulagée. Car je me disais de plus en plus que j’allais dans le mur avec cet embryon qui avait une mauvaise évolution de beta HCG, toujours un retard de croissance, même si plus minime et un rythme cardiaque, considéré comme OK, mais pas non plus au top.
Le farceur avait continué à pousser, car il avait plus que doublé de taille dans la semaine, ce qui a permi de voir qu’il n’avait pas non plus l’aspect qu’il aurait dû avoir. Décidément un winner.
Donc pas de regret, je préfère que la grossesse s’interrompe à ce stade que d’avoir à subir une IMG plus tard.

Ce n’était pas un génie, voilà tout.

Et magie de la psycholgie (ou pas), j’ai commencé à saigner pour de vrai dès la sortie de ce rendez-vous. Ce qui m’évitera peut-être la prise de Cytotec.
Car j’avais eu le Cytotec pour ma première fausse couche et disons que j’avais trouvé ça assez violent, douleurs, saignements abondants, diarrhée et vomissements.
Il semble d’après cet article que je ne sois pas la seule.
http://sante.lefigaro.fr/article/l-ivg-medicamenteuse-tres-douloureuse-pour-une-femme-sur-quatre
Sauf que cette fois, ma gyneco m’a prescrit des antalgiques, ce qui n’avait pas été le cas pour la presecription par l’hôpital lors de ma première fausse couche. Femme tu es définitvement condamnée à souffrir selon certains…

J’attends samedi pour voir si je vais avoir besoin de prendre du cytotec ou si je continue à saigner comme il faut dans les prochains jours, ce qui serait vraiment chouette car j’appréhende un peu une nouvelle prise.

On tourne la page d’Huggy les mauvais tuyaux et on regarde vers l’avenir, vers le prochain TEC.

Comme nous allons en zone contaminée par Zika fin février, nous avons droit à deux mois d’attente avant de faire le prochain TEC (heureusement que ce n’est plus 6 mois) qui se fera donc autour de mi-mai juste avant nos prochaines vacances (pas en zone Zika).

jayz

Alors voilà

Alors voilà, je suis perdue.

Huggy est toujours dans la place, il a grandi et son rythme cardiaque s’est affirmé.

Je devrais être contente, mais je ne sais pas quoi penser de tout ça…
Est-ce vraiment positif ?
Est-ce repousser une échéance ?
Est-ce avancer pour mieux tomber ?
Quels sont les risques de malformations et d’anomalie génétique ?

Le médecin qui a fait l’échographie avait l’air plus « content » que la semaine dernière et nous a parlé d’inscription en maternité à la fin du rendez-vous (comment dire que ce n’est pas du tout à l’ordre du jour dans ma petite tête).
Je lui ai précisé que j’avais rendez-vous avec ma gynéco la semaine prochaine (celui que j’avais pris pour organiser le TEC…bref), il avait l’air de dire que je pouvais maintenir le rendez-vous si je voulais mais qu’il ne servait pas à grand chose et que la prochaine étape serait l’écho des 12 sa qui écarterait réellement les risques de fausse couche.

Je vais évidemment garder ce rendez-vous car je n’ai aucune confiance dans Huggy les mauvais tuyaux et s’il est toujours là la semaine prochaine, va falloir qu’on cause diagnostic pré-natal poussé sérieusement car je ne vois pas comment un embryon se développe « normalement » avec un taux qui ne double pas.
Puis comme on m’avait annoncé une fausse couche et dit d’arrêter les traitements, ben j’ai picolé, pas des litres, mais une bierre et un verre de vin, histoire de parfaire la normalité de base d’Huggy… J’ai aussi mangé de la charcuterie (pas bien), mais ça m’inquiète moins.

Je vais peut-être choquer certaines d’entre vous qui sont sur le quai, mais même si je veux très fort un deuxième enfant, je ne me sens pas prête à assumer un enfant lourdement handicapé. Je suis donc très inquiète sur l’évolution d’Huggy et les semaines à venir. J’ai très peur de seulement repousser une évidence du type, il a une grave malformation génétique qui nous obligerait à interrompre la grossese à un stade plus avancé. Ce n’est pas la même chose de perdre un vermicelle avec un point qui clignote et un truc avec des petits bras et des petites jambes et je sais que ce stade arrive dès 10sa, soit dans 2 semaines.

Je ne quitte donc pas le flou, je ne repars pas avec des larmes, ni avec de l’espoir, je reste dans cette zone grise que je redoute tant.

Telle une moule sur son rocher

Je garde le titre de ce brouillon enregistré vers 6h30 ce matin.

En effet, de bon matin, je suis partie à la PMA pour contrôler ma chute du taux et faire une échographie et comme Huggy n’avait pas souhaité se faire la malle dans le courant de la semaine passée (je comprends, ça caille en ce moment dehors), je pensais être bonne pour une ordonnance de cytotec pour décrocher la moule (aka Huggy) de son rocher. Vous suivez ?

moule-accrochc3a9e-sur-son-rocher

Il n’y avait pas trop de monde, je passe tout de suite à la prise de sang, en revanche, je me fais griller pour l’écho, à la 3ème fille arrivée après moi qui me passe devant, je me lève pour aller râler, j’ai pas que ça à faire…
On m’explique que c’est parce que mon échographie est différente de celle des autres patientes et doit être réalisée par un médecin et non une sage femme. J’en conclus qu’il faut être médecin pour prescrire du cytotec alors que je croyais que les sages femmes pouvaient le prescrire. Je lance une recherche sur Internet et en fait, j’ai pas eu le temps de regarder car c’était mon tour.

Me voilà en position avec un médecin qui commence l’écho, on voit le sac qu’on avait vu la semaine dernière et je vois le médecin qui se tourne vers la sage femme qui lui répond qu’on avait seulement une image gna@%!ène la semaine dernière (terme médical non retenu par ma petite personne). Ils avaient tous les deux l’air surpris, ils ressortent les beta du dossier, la date de début de grossesse, le nombre d’embryons transférés, et tout, et tout…
Et je commence à sentir que ça va puer pour moi.

Il zoome et il commence à mesurer la tâche et lance le truc qui fait un bruit bizarre et qui mesure les rythmes cardiaques (je le reconnais de ma première grossesse). Pendant un instant, je me suis demandée s’il n’était pas débile et et s’il avait compris ce que la sage femme venait de lui dire concernant la dernière evolution de mes taux de beta (de 770 à 840 en 48h). Et mystères de la science, il y avait un rythme cardiaque…

Huggy est donc toujours en retard niveau croissance, mais il a poussé et bénéficie même d’une vesicule vitteline toute neuve et d’un coeur qui bat, mais pas comme il devrait à ce stade de la grossesse, apparrement il est faiblard.

Donc voilà, ça continue à puer la fausse couche à plein nez (retard de croissance + rythme cardiaque faiblard), mais ce ne sera pas pour aujourd’hui.

Je reprends donc dès ce soir tous les traitements que j’avais arrêtés et on recontrole à l’écho uniquement la semaine prochaine, pas la peine de suivre les beta.

Voilà, voilà…. L’incertitude, on la kiffe ou on la kiffe pas.