Archives pour la catégorie my life

Les tout-petits bébés

Voilà, c’est toujours pareil, on n’est jamais satisfait de ce qu’on a la chance d’avoir.

On a la chance d’avoir Starsky qui est de plus en plus merveilleuse et de plus en plus un génie (je vous dis pas comment je me retiens d’écrire des articles dégoulinants), mais on se dit que maintenant on voudrait vraiment un petit deuxième.
Avant, on essayait car on sait qu’on met un peu longtemps à procréer mais sans se sentir vraiment prêts, alors que là maintenant, on se sent vraiment prêts et on en a vraiment envie.

Pas tellement qu’on ait une passion grossesse (c’est pas vraiment mon truc), ni une passion accouchement (c’est encore moins mon truc), ni une passion couches et nuits blanches, mais on se rend compte que c’est quand même chouette d’avoir un frère ou une sœur dans la vie.
C’est quelqu’un à qui on a partagé tellement de choses durant l’enfance, qu’on peut tout se dire sans fioriture et même si à l’âge adulte les relations sont parfois plus distantes, je trouve que c’est vraiment chouette d’avoir un frère ou une sœur.

Récemment nous avons croisé plusieurs tout-petits bébés.
En effet, notre co-famille de garde partagée a eu un deuxième enfant et tous les soirs, on voit arriver ce  tout petit bébé endormi, tout mignon et ça fait bien envie (en plus il vient à l’heure de sa sieste, donc on a vraiment l’image d’Epinal du nourrisson).
Toujours du fait de cette naissance, notre co-famille déménage et nous sommes à la recherche d’une nouvelle co-famille et nous en avons rencontré une potentielle dont le bébé a 3 semaines…
Bref en ce moment on vit le cauchemar de la pmette, on est cerné par les nouveaux-nés et je vous raconte pas la PB du boulot qui a le bola qui carillonne dans les couloirs et fait une gender reveal party pour de vrai avec les collègues…

Tout ça pour dire qu’on se rend compte que Starsky n’est plus vraiment un tout-petit bébé et que ça nous dirait quand même bien un peu d’avoir un poupon à câliner.

Et aussi Starsky est complètement fascinée par les petits bébés, elle saute sur leur poussette, leur apporte des jouets et leur envoie des bisous. Forcément, on est fondance quand on voit ça. Et on se dit que ce serait quand même chouette d’avoir nos 2 bébés qui jouent ensemble.

Sauf que, retour à la réalité, mes ovaires sont toujours moisis, je n’ai pas gertrudé en vacances (ni depuis 2 ans alors que je ne prends aucune contraception) et qu’on a 3 blastos qui nous attendent mais qu’on n’est pas vraiment certains qu’ils s’accrochent 9 mois (cf FC de début d’année).
J’ai conscience que c’est un problème de riche, mais j’aimerai vraiment que Strasky ne soit pas une enfant unique et ait la chance de grandir au sein d’une fratrie…

Je reste zen sur ce transfert, mais j’aimerai vraiment qu’il marche.
Et je me dis que s’il ne marche pas, il nous reste 2 autres chances et si aucun blasto ne s’accroche, il nous reste 3 ponctions remboursées, et si aucune de ces 4 FIV nous offre un bébé, Strasky sera la pire sale gosse meilleure princesse de la terre et qu’on la kiffera tout autant, si ce n’est plus.

J1 est arrivé ce matin en fanfare, je suis dans les starting blocks du provames et j’attends la date de mon premier contrôle pour le transfert avec un test de grossesse prévu juste avant le 14 juillet si pas de couille dans le potage.

On y croit !

Tel Aviv avec un bébé de presque 2 ans

Tel Aviv, on connait bien avec l’homme, on y est allé plusieurs fois, on a nos petits restos, notre plage préférée, nos habitudes de petits vieux, tout ça, tout ça. On adore cette ville ultra dynamique et pleine de contrastes. Puis le soleil, la plage et une vraie ville c’est un peu le combo gagnant pour nous.

Pour la première fois, on y est allé avec Starsky. On ne savait pas trop à quoi s’attendre car on n’a pas vraiment visiter de ville avec elle à part Stockholm et Londres, mais elle était vraiment petite et dormait beaucoup en journée ce qui nous permettait de visiter tranquillement.

L’avantage de Tel Aviv, c’est que ce n’est pas une ville musée avec plein de visites potentiellement ennuyeuses, qu’on connait déjà, donc pas de culpabilité si on visite rien, qu’il fait beau, qu’il y a plein d’enfants donc c’est assez kids friendly et qu’on peut presque tout faire à pieds (enfin je vous conseille quand même la poussette car les distances peuvent être un peu longues pour les marcheurs débutants).

Avec un bébé de presque 2 ans (dire que ce n’est bientôt plus un bébé… laissez moi pleurer, je reviens), c’est une ambiance moins festive mais on peut quand même faire de chouettes trucs.

Tout d’abord la plage, super facile !
Elle sont toutes aménagées avec transat, parasols, douches, restos et en bonus des aires de jeux pour la fin de journée.
On en a bien profité surtout que Starsky commence à jouer seule dans le sable pendant une durée dépassant la demi-heure ! Et que pendant ce temps, on peut rester tranquille sur notre transat.

Si ça chauffe trop à la page ou que c’est shabbat et qu’il y a trop de monde, il y a plein d’aires de jeux ombragées avec des bancs pour les parents. Les jeux sont un peu différents de ceux de Paris, ça peut occuper l’enfant un bon moment.

Le souk est aussi une bonne balade avec plein de jouets merveilleux pas du tout made in china à offrir à l’enfant pour des sommes plus que modiques entre deux bouchés de fraises et un jus de grenade.

Les enfants sont les bienvenues et dans la plupart des restos, il y a des chaises hautes et on leur offre souvent de quoi les occuper avec le sourire (la parisienne que je suis est toujours surprise).

Et si vous voulez avoir vos soirées tranquilles et sortir un peu, on a trouvé une agence de babysitting francophone qui nous a trouvé deux jeunes filles supers en moins de deux.

Dans les côtés moins sympas…

Il n’y a pas de petits pots salés, jamais vu ça… Je sais pas ce que mangent les gosses (l’homme a essayé de me vendre une histoire sur les vraies mères qui font des purées maison, mais j’y crois pas trop…).
Du coup, ça a été un peu le régime frites, pita, houmous pour Starsky avec une glace en dessert. On ne l’a pas entendu se plaindre.

Les couches sont nazes, c’est soit disant les mêmes qu’à Paris, mais on a eu fuite sur fuite avec la même marque et le même modèle. On n’a pas eu le temps de se lancer dans une étude de marché, mais ça vaut peut-être la peine de creuser pour trouver une meilleure marque locale.

L’avion est un peu long, 4h30, mais rien à voir avec les 10h pour Punta Cana durant lesquelles Starsky n’avait pas fermé l’œil une minute. On a même eu droit à des moments de calme avec ses jouets et une longue sieste au retour. 

Petite aparté avion et écrans.
A la base, on est plutôt « contre » les écrans chez les petits car on a lu plein d’études super flippantes que vous avez du voir passer. Mais au delà des études, je trouve qu’un petit a besoin d’échanger et de manipuler pour découvrir le monde et que l’écran ne lui permet pas vraiment de le faire. Après je n’en fais pas une religion et libre à chaque parent de faire comme il l’entend. J’avoue que dans l’avion, c’est un peu la solution de facilité, on a donc dégainé 30 minutes de Petit Ours Brun sur le vol aller et honnêtement, le regard vide de Starsky face à cet écran m’a conforté dans mon choix de ne pas l’exposer, mais c’est quand même magique, aussi efficace qu’une tétine, d’un coup d’un seul l’enfant est abruti calme ! On se le garde donc sous le coude pour les prochains vols…

Les taxis ne proposent pas de siège auto avant 3 ans (de 3 à 8 ans, Gett propose l’option), on a donc dû traîner notre siège auto.
Comme ce n’est pas la première fois que ça nous arrive, on a acheté pour l’occasion un siège auto « de voyage » qui a l’avantage d’être beaucoup plus léger que notre siège auto (avec la base et le pied de force en moins, on gagne forcément en poids). Il nous resservira pour les prochaines vacances.

En résumé, Tel Aviv, c’est le bonheur des bébés !

Pour la soirée diapo, c’est par là 😉

La reprise

La reprise c’est la suite logique des vacances. C’est souvent désagréable, mais ça permet de mieux profiter des vacances.

On a eu une reprise pas facile car mon fils (mon chat pour celles qui ont un doute) n’est pas au top de sa forme, il commence à se faire vieux et nous en sommes à la 3ème visite au vétérinaire en 2 mois. Il a reçu un traitement de choc en début de semaine et on s’est mis d’accord avec le vétérinaire que s’il faisait une rechute on discuterai « d’options alternatives au traitement ».
Je sais que ce n’est qu’un animal et que c’est normal vu son âge mais cette idée me rend pourtant très triste car mon gros chat, ça a un peu été mon compagnon de transition vers l’âge adulte.
Avec lui, j’ai mis le pied dans la vraie vie professionnelle, j’ai rencontré l’homme, on a emménagés ensemble, on s’est mariés, on a vécu la PMA et l’arrivée de Starsky.
Bref je suis très attachée à ma boule de poils alors on y croit fort au traitement de choc !

Il s’enfile quand même six pilules tous les matins et moi une de Duphaston pour l’instant et probablement plus dans les jours à venir (j’ai pas encore lu le détail de l’ordonnance pour le TEC, mais tout est dans le placard). On va pouvoir ouvrir une pharmacie spécialisée PMA / vétérinaire prochainement, sachant que la pmette a forcément un chat ou un chien, ce sera une pharmacie-salon de thé où les animaux seront les bienvenues.

Les vacances m’ont permis de passer plus de temps avec Starsky qui confirme sans surprise son génie.
Je la kiffe tellement cette gosse, elle est merveilleuse et encore plus depuis qu’elle s’ouvre à l’intelligence (je vais pas trop faire ma MILK, mais elle colle les autocollants au bon endroit, dit bonjour madame et merci monsieur… un génie!).

La reprise de la PMA se fait en douceur, seulement des cachets à prendre, en fait je n’ai pas l’impression d’avoir repris.
Je me sens super sereine, prête à accueillir Einstein pour 9 mois. On verra si la zenitude paye.

Bon week-end ensoleillé à toutes ❤

 

Les vacances 

Quand tu n’as pas encore tout à fait deux ans, le bonheur c’est simple comme 

Courir vers la mer avec ta bouée 

Revenir avec un sceau plein d’eau de mer et arroser tes parents 

Manger des frites au coucher du soleil

Faire des châteaux de sables

Sentir ses doigts collants après avoir mangé une pastèque 

Ramasser un citron dans le jardin 

Regarder passer les bateaux au loin

Manger une glace en rentrant de la plage 

Se faire offrir un ballon au marché 

Essayer de faire des câlins aux chats errants 

Merci la PMA 🙂

TEC, ETC… (calembour du compétition)

Voilà, voilà, ça fait 2 mois qu’on est rentré de Punta Canard comme l’appelle Marinette. On a pu faire notre dépistage de Zika, qui sans surprise est négatif. En même temps, on n’avait eu aucune piqûre de moustique donc on n’était pas très inquiets, juste saoulés qu’on décide pour nous.
Par contre, je me dis qu’il est fort probable que l’insecticide à l’origine de notre absence de piqûre soit bourré de perturbateurs endocriniens, Einstein a bien fait de rester bien sagement au congélo du centre de PMA. Quant à moi je pense que le mal est fait depuis bien longtemps de ce côté là et que je ne crains plus grand chose.

Notre dossier est maintenant complet, il faut que j’envoie un email au centre pour confirmer la programmation et on partirai sur un transfert fin juin (si pas de couille dans le potage).  Ce qui serait parfait car ça ferait un accouchement fin mars et que ça fait un congé mat au top au printemps et en été avec une reprise du boulot en septembre (toi aussi, amuse-toi à penser comme les fertiles).
Comme c’est le printemps, mes cycles sont revenus, histoire de mettre le bazar dans le planning que j’avais prévu dans ma tête (on se refait pas). En fait ils sont revenus depuis ma FC en janvier, j’en suis au 3ème depuis févier, soit presque des cycles normaux (entre 28 et 38 jours, mais on ne va pas pinailler à mon niveau de master de l’OPK).
Je vous rassure, pas de gertrudage en vue et pourtant on est partis en vacances en mars…
On repart à la fin de la semaine, tous les espoirs nous sont permis ! 😉

Bon, vu que mes cycles sont pas super réguliers et que normalement ils s’arrêtent en juin si ça fait comme l’année dernière, j’aimerai bien prendre un peu de Duphaston histoire d’avoir un cycle de 28 jours et non de 240 jours. J’ai envoyé un email à ma gynéco dans ce sens et j’attends sa réponse.

Voilà pour le point météo de la PMA, maintenant le point météo des plages, ça va être trop trop bon tout ce soleil !

On est dans les starting blocks, canard 2.0 est au taquet dans la valise !

Genre !

Alors je ne sais pas si c’est parce que Starsky est une fille ou parce que je me reconnais bien dans la « charge mentale » d’Emma partagée par Compoteen, mais je me pose beaucoup de questions sur la question des genres pour son éducation.

J’avais tendance à croire que c’était un peu « un faux problème » les hommes participant de plus en plus aux taches ménagères et à l’éducation des enfants et que les luttes féministes devaient avant tout s’orienter sur les problématiques d’égalité des salaires en passant notamment par un congé paternité obligatoire de la même durée que le congé maternité afin qu’aucun parent ne soit plus ou moins pénalisé par l’arrivée d’un enfant et puisse par la même occasion créer les mêmes liens de qualité avec l’enfant.

Sauf qu’avec l’arrivée de Starsky, je me suis rendue compte qu’on appliquait plus ou moins consciemment beaucoup de stéréotypes que ce soit dans nos comportements que dans les jouets que nous lui proposons.

Comme elle est petite et n’a pas encore l’influence de ses paires (pas de reine des neiges chez nous pour l’instant), j’essaie au maximum de lui proposer des jeux et des lectures « gender neutral » (je crois qu’on dit neutre de genre en français, mais j’ai l’impression de ne jamais l’avoir entendu…) afin de lui laisser libre de choisir qui elle veut être, les activités qui l’intéressent et qu’elle ne se sente pas limiter par le fait qu’elle est une fille. J’ai envie de lui ouvrir au maximum le champs des possibles. Que si le foot est sa passion, elle ne se dise pas que c’est pour les garçons (bon en vrai je rêve de la voir dans un tutu, mais j’essaie très fort de ne pas faire de projection).

Sauf que dans les magasins de jouets, tout est genré dès le plus jeune âge avec par exemple les tut tut bolides (pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des jouets infernaux qui roulent et chantent à tue-tête des mélodies que les enfants adorent). Tu as d’un côté la princesse le cul posé dans son carrosse et de l’autre le chevalier qui part à l’aventure sur son fidèle destrier…

du coup, tu te rabats sur les animaux et même là, tu as la version bien rose fifille qui est proposée…c’est la version « coquette » car comme chacun sait, on est très coquette à 11 mois !

J’ai pris l’exemple des tut tut bolides, mais il y a ça avec à peu près tous les jouets, le docteur normal et le docteur rose (souvent décliné en vétérinaire avec un chiot trop mignon), les legos normaux et les legos roses avec des princesses et des fleurettes, etc….

Sur les jeux d’imitation, version poupées, dinette and co, la plupart sont très rose et il faut souvent chercher un peu pour trouver des versions neutres, mais j’ai l’impression que des progrès ont été faits car il y a de plus en plus de versions multicolores.

Au delà des couleurs, j’essaie aussi de favoriser des jouets de construction, de « reflexion » même si à cet âge c’est assez limité. On débute seulement les puzzles, les legos et le memory.
Cet article dans Slate résume bien la problématique.

Les jouets «de filles», par ailleurs souvent plus coûteux, suggèrent qu’on attend des filles qu’elles soignent la sphère domestique (jeux d’imitation, de ménage, de dînette), les enfants (poupées en tous genre), ainsi que leur apparence physique (robes de princesses, jeux de maquillage/coiffure, bijoux et autres apparats). Les garçons héritent plutôt des jeux d’aventure, de construction et d’exploration, ainsi que de la tâche de sauver le monde (superhéros, policiers, pompiers). Bref, il ne s’agit pas exactement d’une répartition équitable, les opportunités ludiques offertes étant à la fois plus nombreuses et plus valorisantes pour les garçons.

donc on essaie de proposer tous les types de jeux. Pour l’instant le garage plait autant que la dînette et elle adore les pompiers, mais aussi sa poupée.

Pareil pour les livres, pas de livres de princesse chez nous (sauf un qu’on nous a offert et qu’elle adore… no comment, on ouvre les possibles et on la laisse choisir).
Mais pour les livres, je trouve que c’est moins limité que pour les jouets, il y a vraiment plein de sujets variés pour les imagiers, les thèmes du quotidien, etc… Dans certains livres l’adulte est représenté de manière neutre, on ne sait pas si c’est un homme ou une femme, mais malgré tout, bien souvent, on a encore maman qui fait à manger et qui soigne les bobos…

Mais les jouets et les livres ne sont qu’une partie des projections et des stéréotypes qu’on transmet à nos enfants.

Je me rends compte que sans faire attention, il y a beaucoup de choses que je prends en charge la concernant comme préparer son sac de goûter + change quand on sort, sa valise pour les vacances, l’organisation en l’absence de nounou, booker la babysitter, etc… Je ne dis pas que l’homme ne participe pas car il fait beaucoup de choses par ailleurs donc je ne m’occupe pas, vider et remplir le lave vaisselle, les poubelles et les impôts, c’est pas mon truc. Mais je me demande si elle se rend compte de cela, car elle nous observe très attentivement pour nous imiter c’est certain et elle est souvent couchée quand l’homme entre en action.

Autre exemple plus ou moins conscient, l’homme doit souvent partir tôt pour une journée de déplacement et pour mon organisation du matin, j’installe Starsky à côté de moi dans la salle de bain quand je me maquille (ça me permet d’être sûre qu’elle n’escalade pas la fenêtre pendant que je suis occupée) du coup le rouge à lèvres et le mascara n’ont plus de secret pour elle… Et forcément je culpabilise un peu, même si je sais que ce n’est qu’un jeu d’imitation et qu’un petit garçon ferait pareil. Je me demande parfois si je laisserai un petit garçon faire semblant de se mettre du blush, je pense que oui, mais en suis-je vraiment certaine ? Du coup, prise de culpabilité, je lui refile sa brosse à dent, mais elle préfère clairement le pinceau de blush.

J’ai un peu peur du moment où elle sera confrontée à ses paires avec l’école et où elle regardera les dessins animés, mais chaque chose en son temps.
Et comme je ne suis pas à une contradiction près, Starsky est souvent habillée en fille-fille. J’essaie de limiter un peu le rose et de toujours privilégier le confort, mais c’est trop mignon les petites tenues pour les mini meufs.

Et chez vous, c’est comment ?

Bonne semaine !

 

J’ai pris le bus

Ça c’est du titre qui envoie, ça sent l’article de fond.

Habitant Paris, étant l’heureuse maman d’un génie, j’ai découvert récemment le bus.
Avant pour moi le bus était synonyme d’attente interminable (il y a des arrêts où ils annoncent sans sourcilier 24 minutes d’attente avant le prochain bus), de petits vieux qui prennent toutes les places assises et globalement c’est pas très rapide pour se déplacer dans Paris. J’ai toujours été une adepte du métro.

Sauf qu’avec une poussette et un bébé dedans, le métro, c’est pas l’idéal vu qu’il y a des tonnes d’escaliers et qu’il n’y a pas d’ascenseur et que quand il y en a un, tu as l’impression que ton  génie va tomber gravement malade rien qu’en respirant l’air dudit ascenseur.
Que la voiture à Paris, c’est compliqué, y a beaucoup de bouchons, jamais de place pour se garer, les ascenseurs des parkings sont systématiquement en panne et que ça coûte un bras et une jambe pour 2h dans un parking qui pue la pisse.
Il reste donc le bus si tu veux faire des trucs et sortir du rayon de 2/3 km autour de chez toi.

Et voilà comment moi, la grande adepte du métro, je me suis retrouvée à prendre le bus et même à y prendre goût.

Pour en revenir au trajet en lui-même, la RATP qui ne fait rien pour t’aider à prendre le métro, ne fait rien non plus pour t’aider à prendre le bus avec ton bébé.
Il existe une rampe d’accès au bus pour les fauteuils roulants et les poussettes à l’arrière des bus et autant te dire que je ne l’ai jamais vu ouverte. Donc au cas où tu es un doute, tu te portes ta poussette avec le gigot. C’est une seule marche, de toute façon ton dos est foutu, tu n’es plus à ça près.
A l’intérieur, c’est plutôt bien fait, il y a 2 emplacements réservés aux fauteuils roulants et aux poussettes. Il est tout de même préciser que s’il y a plus de 2 poussettes, tu es priée de plier ta poussette d’une seule main avec ton enfant sous le bras et un bus qui roule (si tu crois qu’il va attendre que ta poussette soit pliée pour démarrer…).
Sauf que comme je l’ai précisé, la montée se fait par l’arrière (ta poussette ne passe pas par la porte avant à cause d’une barre entre les 2 portes) et la validation de ton titre de transport se fait lui à l’avant. Quand il n’y a pas de monde, pas de souci, tu roules allègrement vers l’avant en manquant de tomber pour valider ton titre de transport, en général tu as 3 bleus en revenant t’installer avec ta poussette à l’arrière, mais au moins tu es en règle.
Sauf que l’autre jour, il y avait la blinde de monde dans le bus et que je ne voyais pas comment remonter à l’avant du bus avec ma poussette pour faire beeper mon pass Navigo à l’avant. Comme j’ai un pass annuel, valable sur toutes les lignes, tous les jours de l’année, je me suis dit que ce n’était pas très grave.
Sauf que c’est forcément le jour où je me suis faite contrôler. Je n’ai pas pensé une seule seconde que ça allait poser problème étant donné que je paye cet abonnement valable tous les jours sur toutes les lignes.
Ben en fait si, aux yeux de la RATP c’est un problème. J’aurais du valider et je devais régler dans l’immédiat une amende. J’ai expliqué au monsieur que je ne voyais pas comment je pouvais accéder à l’avant avec ma poussette vu le monde, ce à quoi il m’a répondu que je pouvais laisser ma poussette à l’arrière le temps d’aller beeper mon pass à l’avant (et laisser mon bébé que j’ai mis 3 ans à l’avoir et que c’est un génie seule à l’arrière hors de ma vue, mais oui bien sûr c’est une excellente idée monsieur).
Bref j’ai payé mes 5 euros (oui tout était minable dans cette histoire même le montant de l’amende), mais j’avoue que j’étais vraiment sur le cul pour rester polie. Super classe la RATP, au top de l’accessibilité.

Je rigole (jaune) mais c’est un vrai problème les déplacements sur Paris avec un bébé. Franchement, y a pas vraiment de solution qui ne soit pas galère et qui ne nécessite pas 6 bras et la force de musclor.
Les VTC n’ont pas de siège auto, la coque qui se clipse sur la poussette que tu peux installer dans n’importe quelle voiture s’arrête à 9 mois et seuls les taxis G7 proposent des siège auto, mais ils te ratent pas  quand tu demandes l’option, enfin elle a le mérite d’exister pour aller prendre un train ou un avion…
(Petite aparté belge, j’avais demandé à une société de taxis à Bruxelles pour avoir un siège auto à la sortie du Thalys, ils m’avaient répondu qu’ils n’en avaient pas mais que ce n’était pas bien grave car leurs taxis étaient assurés pour un bébé transporté sans siege auto…)
Et ne me parlez pas du porte bébé, car 1. ça me casse le dose et 2. y a un moment où il faut bien le poser quelque part le génie.

Du coup j’hésite entre continuer à prendre le bus quitte à emmerder tous les passagers pour valider mon pass ou à re-payer 5€ au prochain contrôle (c’est toujours moins cher qu’un taxi ou que 2h de parking à Paris) ou plus simplement à prendre ma voiture quitte à polluer un peu plus…