Archives du mot-clé blog fiv

Libérééééé, délivréééééé

Einstein a fêté le Indepence Day comme il se doit en quittant sa banquise (presque) natale pour rejoindre mon utérus.

Pas de problème sur la fonction décongélation, on est content, mais en même temps c’est normal c’est un génie.

Le transfert est le seul moment que j’apprécie dans le parcours PMA.
C’est un moment symbolique pour le couple, l’accueil de cette petite bulle d’espoir. Au milieu d’un parcours ultra médicalisé, je trouves que c’est le seul instant un peu poétique de voir sur l’écran cette petite bulle projetée dans le grand bain de la vie hors du labo (désolée je suis défoncée aux hormones, ça me rend toujours un peu niaise, mais en vrai je trouves ça vraiment émouvant).
Il suffit juste de faire abstraction des 3 personnes dans la salle et de l’ensemble du labo qui te voit les jambes en l’air grâce à une ingénieuse baie vitrée placée sur toute la longueur de la salle (plus convivial que le passe plat à l’ancienne j’imagine) pour ressentir la poésie.

Pour rentrer dans le détail, c’est une nouvelle organisation.
Avant tu rentrais dans la salle de transfert avec ton mec, tu te mettais en position, l’interne mettait en place l’écho, le gynéco testait le cathéter, le labo lui donner l’embryon à travers un passe plat, le gyneco faisait le transfert, le labo vérifiait que c’était bon et tu restais 10 minutes allongée à te regarder niaisement avec ton mec en tête à tête avant de te rhabiller et de rentrer chez toi.
Maintenant, tu passes par le vestiaire pour mettre une blouse et des chaussons (glam), puis dans  la salle de réveil de la ponction où tu attends cul nu ton tour avec d’autres « dames » alignées en rang d’oignon, on t’appelle, tu demandes à ce que l’homme puisse être présent, il arrives, on se met en position le long de la baie vitrée donnant sur le labo et ensuite c’est la même opération, moins les 10 minutes en tête à tête.

Comme tout le monde, j’ai des réticences au changement, je pense que c’est dans la nature humaine. Mais finalement je suis très contente de ce transfert, sauf pour la partie attente cul nul en rang d’oignon, mais j’imagine que l’été certaines patientes sentent des pieds et que les gynécos préfèrent qu’elles mettent des chaussons.

Sinon la baie vitrée, nous a permis de voir Einstein à l’écran et j’avoue que c’était (très très) chouette, il est beau gosse comme sa sœur. On a aussi vu une FIV ISCI en direct « et hop un petit être de créer ».
Bref ça démystifie un peu ce qui se passe en coulisses.

On a eu droit à une doc adorable, à une danse de l’embryon de la biologiste et on a croisé notre secrétaire qu’on connait depuis super longtemps maintenant en sortant qui croise fort pour nous et parie sur une fille.

Après avoir fêté l’indépendance pour la décongélation, la royauté reprendra la bastille pour le test de grossesse.

TEC, ETC… (calembour du compétition)

Voilà, voilà, ça fait 2 mois qu’on est rentré de Punta Canard comme l’appelle Marinette. On a pu faire notre dépistage de Zika, qui sans surprise est négatif. En même temps, on n’avait eu aucune piqûre de moustique donc on n’était pas très inquiets, juste saoulés qu’on décide pour nous.
Par contre, je me dis qu’il est fort probable que l’insecticide à l’origine de notre absence de piqûre soit bourré de perturbateurs endocriniens, Einstein a bien fait de rester bien sagement au congélo du centre de PMA. Quant à moi je pense que le mal est fait depuis bien longtemps de ce côté là et que je ne crains plus grand chose.

Notre dossier est maintenant complet, il faut que j’envoie un email au centre pour confirmer la programmation et on partirai sur un transfert fin juin (si pas de couille dans le potage).  Ce qui serait parfait car ça ferait un accouchement fin mars et que ça fait un congé mat au top au printemps et en été avec une reprise du boulot en septembre (toi aussi, amuse-toi à penser comme les fertiles).
Comme c’est le printemps, mes cycles sont revenus, histoire de mettre le bazar dans le planning que j’avais prévu dans ma tête (on se refait pas). En fait ils sont revenus depuis ma FC en janvier, j’en suis au 3ème depuis févier, soit presque des cycles normaux (entre 28 et 38 jours, mais on ne va pas pinailler à mon niveau de master de l’OPK).
Je vous rassure, pas de gertrudage en vue et pourtant on est partis en vacances en mars…
On repart à la fin de la semaine, tous les espoirs nous sont permis ! 😉

Bon, vu que mes cycles sont pas super réguliers et que normalement ils s’arrêtent en juin si ça fait comme l’année dernière, j’aimerai bien prendre un peu de Duphaston histoire d’avoir un cycle de 28 jours et non de 240 jours. J’ai envoyé un email à ma gynéco dans ce sens et j’attends sa réponse.

Voilà pour le point météo de la PMA, maintenant le point météo des plages, ça va être trop trop bon tout ce soleil !

On est dans les starting blocks, canard 2.0 est au taquet dans la valise !

Huggy les bons tuyaux est dans la place

Aujourd’hui était un grand jour à plusieurs titres, tout d’abord nous allions chercher notre embryon pour le ramener à la maison et nous allions savoir s’il y avait des candidats pour un séjour sur la banquise.

Il y avait forcément la grosse demi-heure de retard, mais je l’avais anticipé et je n’avais bu mon litron d’eau qu’à l’heure de la convocation.
Il faisait beau, on était détendus, on a pu choisir la musique pour le transfert, on a évidemment choisi Beyonce pour garder une ligne directrice et c’est la même doc qui avait fait le transfert de Starsky et Hutch qui s’est chargée de ce transfert.
On a transféré un seul embryon, le plus beau évidemment, en espérant fort qu’il se plaise dans mon utérus et on est reparti chez nous.

poule

Pour rester dans l’aventure Starsky et Hutch, nous l’appellerons Huggy
Paul Michael Glaser and David Soul take cameo role in "Starsky and Hutch"

Quant à la surprise du nombre d’embryons… Nous en avons 15 !

15 oeufs frais, moins Huggy, ça fait un potentiel de 14 embryons congelés, une véritable équipe de foot remplaçants inclus !
Evidemment il y aura de la casse dans les prochains jours, mais je me dis que cette fois sur le nombre, on aura peut-être la chance d’en avoir un ou deux au congélo.
On en saura plus la semaine prochaine…

15oeufs

En attendant, j’ai le ventre super gonflé qui tire, j’ai l’impression d’être une énorme poule qui se traine avec son gros bide douloureux. J’ai aussi quelques nausées… bref c’est pas la grosse joie.

Je suis allée voir mon acupuncteur en fin de journée, ça me détend toujours sur le moment et j’espère que la séance va me soulager de tout ça rapidement et faire des miracles pour l’accroche d’Huggy.
Voilà, c’est parti pour l’attente.

grossepoule

Une poule sur un mur…

Une vraie poule, je vous dis, j’ai pondu 23 ovocytes !

Je n’avais jamais eu une telle récolte… Donc ni moi, ni la sage femme n’a gagné.

Bon, je ne suis pas une padawan de la PMA, donc je sais que soit la qualité va être merdique, soit la plupart de ces ovocytes ne va pas être mature. Je maintiens donc mes ambitions sur 5/6 embryons à J2 ce qui serait déjà très bien. J’espère seulement que ce grand nombre n’aura pas nuit à la qualité des matures.

Pour vous raconter la ponction rapidement, tout s’est bien passé. Je me suis réveillée en grande forme avec le ventre qui me faisait bien mal, mais en pleine forme.

Avant de passer au bloc, j’ai pu mettre Beyonce dans la salle de préparation / réveil, l’infirmière adorait aussi, mais bizarrement quand je suis revenue, il n’y avait plus Beyonce, j’imagine que mes collègues de ponction étaient moins fans (quelle bande de nazes, Beyonce, c’est trop bien !).

Nouveauté, il n’y a plus de chambre, on va et on revient directement dans cette salle de préparation / réveil dédiée au service de PMA et on passe en suite en salle de collation qui correspond à une salle d’attente un peu à l’écart où on peut chasser quelques pokemons. Ce n’est pas plus mal car ça permet de partir plus vite, à midi on était dans le taxi. Par contre, je me dis que ça ne doit pas être facile d’apprendre une mauvaise récolte entre 2 portes sans pouvoir s’isoler sous un drap pour pleurer…

img_5628

Autre nouveauté, on ne connait le nombre d’embryons que le jour du transfert, demain à J2 donc pour nous. J’avoue que maintenant que j’ai un bébé, ça m’est égal surtout qu’avec ma récolte de 23, je me dis qu’il y aura bien un embryon à transférer (douche froide en perspective ?), mais avant d’avoir Starsky je n’aurais pas du tout, du tout, du tout aimé ne pas avoir de nouvelles de mes embryons le lendemain de la ponction.
Vu le nombre d’ovocytes, j’ai eu peur que l’équipe parte sur un TEV pour éviter le risque d’hyperstimulation, je suis donc contente d’avoir un transfert frais à J2 car on n’a jamais réussi à avoir un seul embryon congelable à J5.

Et dernière nouveauté, il n’y a pas d’arrêt, que ce soit le jour de la ponction ou les jours suivants… Alors je suis peut-être une chochotte, mais le jour même je marche comme une petite vieille et à part dormir avec une bouillotte sur le ventre, je ne sers à rien et le lendemain, aujourd’hui donc, c’est pas encore ça non plus… J’ai encore le ventre bien tendu et douloureux. On maltraite encore les femmes pour faire faire des économies à la sécu.

Je suis repartie avec ma pile d’ordonnances pour les prochains jours avec le grand retour de mes capsules molles préférées et en prime des injections de progiron qui coûte tout de même la modique somme de 60€ par semaine non remboursé par la sécu malgré le 100%, j’espère que ça fait des miracles à ce prix là. J’avoue que je n’avais pas vu venir le retour les injections et que ça m’a mis un petit coup au moral.

Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça… Y a-t-il un réel intérêt à ponctionner aussi large avec des ovocytes probablement immatures vu qu’il n’y en avait que 14 à 15 ou plus deux jours avant la ponction ? Est-ce qu’il n’aurait pas fallu privilégier un moins grand nombre de follicules pour assurer la qualité plutôt que la quantité ?
Je n’ai pas vraiment envie de me poser toutes ces questions, plutôt de me laisser porter, mais en même temps, ce retour en PMA est finalement lourd car c’est quand même injuste de subir tout ça pour avoir un bébé quand c’est si facile pour les autres.
Evidemment que ça en vaut la peine et que j’irai au bout des 4 FIV remboursées par la sécu, mais j’avoue que j’ai redécouvert la lourdeur du processus et même si je n’ai pas le stress du résultat car je me considère déjà comblée avec Starsky, c’est lourd tout ça…

En vrai, on en saura plus sur cette ponction demain lors du RDV pour le transfert.

poule

Cot, cot cot

Ponction en vue

Dernier contrôle ce matin et une ponction prévue mercredi.

Ce matin la sage femme a compté 14 pontentiels, j’en compte plutôt 6, on verra qui a raison. Avec un peu de chance il y en aura 10, histoire que personne ne gagne.
Pour le transfert, on ne sait pas quel jour ce sera, ni si on part sur un J2, J3 ou J5… Ce sera en fonction de l’evolution de nos embryons, si embryons il y a.

J’ai eu besoin de 2 jours de stimulations supplémentaires et de 75ui de plus par injection par rapport à la stimulation d’il y a deux ans, mais comme ce n’était pas le même produit, ça ne veut pas dire grand chose surtout que je ne sais pas combien d’ovocytes seront ponctionnés, mais je ne peux pas m’empêcher de comparer.
C’est un peu mon problème en ce moment, je ne peux m’empêcher de tout comparer avec ma FIV de la win avec dans l’idée qu’il ne faut rien changer à ce protocole magique qui nous a permis d’avoir Starsky, comme s’il était sacré.
Sauf que le centre a changé, j’ai changé, bref ça ne rime à rien je le sais. Chaque FIV est différente et réserve son lot de surprises.

En parlant de changement, dans mon ancien centre (qui est en fait le même qui a déménagé mais avec un changement partiel d’équipe), c’était un suivi par un médecin qui mettait en place un protocole sur mesure.
Dans le nouveau mode de fonctionnement, j’ai l’impression que quelque soit le médecin qui nous suit, il y a des recettes qui sont appliquées.
Par exemple, pour expliquer le changement de produit à la dernière minute pour la stimulation, on m’a dit que c’était toujours du ménopur après la pilule alors que j’avais eu du gonal il y a 2 ans, on fait toujours un double déclenchement ovitrelle et décapeptyl…
Je ne suis pas fan du « on fait toujours » sans explication, car certes, je n’ai pas fait 10 ans d’études de médecine, mais j’ai quand même un cerveau qui me permet d’apréhender des concepts simples surtout avec ma VAE PMA.
Mais en y réfléchissant, pourquoi pas s’ils ont une base de données et des statistiques qui leur permettent de démontrer que tel protocole donne de meilleurs résultats… En 2 ans, j’imagine que des choses ont changé, qu’il y a eu de nouvelles recherches et de nouvelles études et que ma recette magique de Starsky n’est peut-être pas la seule à fonctionner.

On verra bien… rendez-vous mercredi (le jour des enfants) donc.

img_5589

Ca en vaut la peine

Lundi, comme vous l’avez compris, j’étais d’humeur un peu chafouine, ça arrive, ça fait partie de la vie… Aujourd’hui, ça va mieux.

Et pourtant la journée n’a pas super bien commencé avec un train annulé / retardé, donc 15 minutes d’attente dans le froid sur le quai (il faisait -3° tout de même ce matin) et mon super planning PMA boulot complètement raté.

Dans le train, il y avait un magnifique lever de soleil sur Paris avec un ciel rosé, on apercevait les toits, la tour eiffel, une montgolfière (me demandez d’où elle sort celle-là) et tout ça a calmé mon agacement d’un coup d’un seul et j’ai décidé que je prendrais mon temps aujourd’hui, tant pis pour les retards. Je vais faire comme mes follicules et y aller doucement, ce ne sont pas 15 minutes de retard qui vont changer la face du monde.

Il y avait du monde en salle d’attente, j’ai donc bien attendu, ça m’a permi de finir le goncourt (glaçant, j’en reparlerai) et de commencer un second bouquin pas joyeux, joyeux non plus. Finalement la salle d’attente, c’est aussi un moment pour soi, oklm au calme où on peut se poser sans être sollicitée.

Avant de m’installer, j’ai papoté 2 minutes avec la secrétaire qui m’a demandé des nouvelles de Starsky, je lui ai dit qu’elle avait fait ses premiers pas et en prononçant ces mots, je me suis rendue compte qu’il y avait des pmettes pas loin et je me suis demandé s’il ne fallait pas changer de sujet (alors qu’en vrai je suis fière comme un paon des premiers pas de mon génie et que je pourrais en parler pendant des heures).
En même temps, je ne connais pas l’histoire de ces femmes et de ces couples en salle d’attente, peut-être  viennent-ils aussi pour leur second, pour leur troisième ou leur quatrième bébé, mais à la vue de certains regards, je pense qu’une grande partie vient pour un premier bébé hypothétique.

Revenir en PMA pour un second bébé, c’est se replonger dans un monde vite oublié quand on a la chance de ressortir les mains pleines du merdier pmesque.
C’est retrouver le stress du comptage et de la taille des follicules, de se piquer à heure fixe, de changer ses plans pour un énième contrôle car même si l’enjeu est moindre et que j’ai beaucoup plus de distance, j’ai forcément l’espoir d’avoir un second bébé, sinon je ne serai pas là.
Et je suis tiraillée entre me dire « ce n’est pas grave de ne pas avoir de second bébé, tu as l’immense chance d’avoir un génie » et « mais il n’y a pas de raisons pour que ça ne marche pas une seconde fois puisque ça a marché une première fois« .

Ce matin, tout le monde était sympa et avait l’air de bonne humeur pour la prise de sang et le comptage des follicules. Ou c’est peut-être moi qui ai changé de perception ?
Les follicules ne sont toujours pas folichons avec une petite dizaine qui a passé la barre des 10 et qui plafonnent à 13, mais je me dis que ce n’est pas grave, ils prennent leur temps pour bien maturer (la fille qui se rassure comme elle peut sur le fait qu’elle vieillit et que forcément ça réagit moins bien, moins vite)…

J’ai fait ma séance d’acupuncture sur ma pause déjeuner, l’occasion de retrouver mon acupuncteur qui m’avait bien aidé pendant la dernière FIV et la grossesse. Comme à chaque fois, ça me fait le plus grand bien et il parait que l’efficacité de l’acupuncture en PMA a été démontrée lors d’un congrès à Tokyo il y a quelques semaines. Raison de plus pour ne pas m’en priver et essayer de mettre toutes les chances de mon côté.

Dans le train qui m’emmenait au boulot, j’ai trouvé ce post Instagram qui m’a bien plu, je pense que ça va devenir ma phrase de motivation à lire chaque soir avant les injections.

fullsizerender

Nan mais sérieux !

Ce matin, j’étais donc toute cuicui, les petits oiseaux, voilà, voilà, je vais à la PMA, ça rentre dans mon planning, j’ai du gonal au frigo et je vais commencer à me droguer dès ce soir, ça sentait presque bon la madeleine de Proust.

giphy1

On devait m’appeler entre 12h et 14h30 pour me donner les instructions, 15h, aucune nouvelle. Tiens, une mini couille dans le potage, pas de panique, je vais prendre l’initiative d’appeler.
Bon forcément, je n’ai pas réussi à les joindre, finalement ils m’ont appelé vers 15h30.

Et alors là, ma bonne dame, je suis tombé de mon arbre avec mes petits oiseaux.
V’là t’y pas que je vais devoir changer de crèmerie et passer du gonal au menopur. Vous me direz, j’ai testé pas mal de médicaments et il me manquait le ménopur à accrocher à mon tableau de chasse.
Nan, mais sérieux, ils croient que je fais pousser le ménopur sur mon arbre avec mes oiseaux ? Ils savent bien que les commandes des pharmacies, pour être livrées le jour même, doivent se faire avant 14h et qu’on avait dit gonal…

giphy3

J’étais bien sûr bloquée en réunion, sinon, c’est pas drôle.
J’envoie donc un texto désepéré à l’homme pour qu’il appelle notre pharmacie et tente d’obtenir du menopur pour ce soir, échec, ils l’auront demain 9h, finalement la pharmacie du drugstore des champs a une boite, mais ne veut pas la mettre de côté jusqu’à ce soir (merci, au fait !), l’homme tente d’autres pharmacies….
Je sors de réunion pour une pause pipi et j’appelle la pharmacie de garde proche de mon boulot et coup de bol, ils ont une boite de menopur qu’ils veulent bien mettre de côté.

Bon c’est une boite avec 5 doses de 75 non graduées et je dois m’injecter 112,5, donc la précision de l’injection de ce soir sera somme toute discutable, une dose et demi à la louche environ….
Je me dis que j’aurais des doses graduées dès demain donc ça devrait le faire.

Le retour PMA, c’est le retour des sueurs froides et c’est un peu l’impression d’avoir accompli une mission impossible en quelques heures.
Bref comme Starsky, je vais accepter de m’auto-congratuler et me faire un grand bravo !

giphy2