Archives du mot-clé PMA

A priori, c’est définitivement un génie 

Première écho ce soir et Einstein a tout donné 

1. Il a démontré des talents de géographe car sans boussole il s’est installé dans l’utérus qui est connu comme le meilleur endroit pour une grossesse.

2. Il a prouvé qu’il était fort en maths, car on lui a dit qu’à ce stade il fallait 5mm et il faisait pile 5mm.

3. Et cerise sur la gâteau, c’est un artiste, un percussionniste plus précisément qui bat le rythme avec son cœur. 

On est un génie ou on n’en est pas, pour le moment Einstein confirme que comme Starsky, il en est. 

Bon week-end et bonnes vacances. 

Happy happy Friday ! 💗

Dernière prise de sang, ça c’est fait

Troisième prise de sang et troisième succès d’Einstein qui confirme son génie avec un taux à 4500 et des brouettes.

Vous pouvez arrêter les blagues vaseuses sur les jumeaux, Strasky était à 4000 à la même date.

Espérons qu’il confirme nos espérances à l’écho en fin de semaine prochaine, histoire qu’on profite des vacances…

 

Je profite de ce post qui aurait pu être un tweet pour vous dire que j’ai mis à jour ma page sur les médicaments avec de nouveaux tests de drogues légales.

Et j’en profite également pour dire que je suis bien contente du retour de vieilles pmettes sur la blogo après une traversée du désert (?), welcome back Marivalou et Princesse Pi !
Miliette, Miss K, ça vous donne pas un peu envie de revenir ?

 

Tout ça mérite bien un Happy Friday un peu en avance !
(puis faut que j’arrête de poster tous les jours, ça va commencer à se voir que c’est pour gonfler les stats du blog)

Bientôt le résultat

C’est dingue comme le TEC est une autre dimension pour moi.

Vu que jusqu’à présent, on n’avait jamais réussi à congeler un seul embryon; pour moi, une prise de sang négative, ça voulait dire repartir en stimulation, passer par la case ponction et attendre 15 jours. Et encore, j’ai « la chance » d’éviter le blocage des cycles vu que je n’en ai pas.

Et là, j’ai le droit à une nouvelle tentative, en ne prenant que des cachets plus les piqûres de progiron, mais elles ne sont pas obligatoires, avec deux rendez-vous uniquement, un pour le contrôle et un pour le transfert et la prise de sang 9 jours plus tard…
Autant vous dire que pour ne pas y penser, je n’y pense pas, j’oublie la plupart du temps que je suis en train d’essayer de tomber enceinte et que j’en ai chié il y a quelques mois avec la ponction de 23 ovocytes pour arriver à cette PMA light aujourd’hui…

C’est très bizarre, j’ai presque l’impression de ne pas être en PMA.
Après 3 ans d’essais pour Strasky et 2 ans post vêlage sans contraception, ni gertrudage, mon cerveau a de toute façon complètement intégré le fait que la grossesse naturelle ne passerai pas par moi.

Puis avoir la prise de sang si proche du transfert, c’est un truc de dingue, ça passe super vite, à peine le temps de cogiter et pouf, le résultat va tomber. Plus que deux dodos et ce sera déjà le 13 juillet et le résultat…

Pour le week-end du 14 juillet, on s’est prévu une petit escapade en Sologne dans un hôtel avec piscine dont on a prévu de profiter quelque soit le résultat. Sauf que ça pose un problème à plusieurs niveaux.

Déjà le provames fait gonfler et sait tout de suite mettre en valeur n’importe quelle silhouette.

Ensuite le progiron file des bleus au ventre, à moins que ce ne soit les seringues de marde fournies par ma pharmacie qui ne piquent absolument pas.
J’ai utilisé le stock qu’il me restait de seringues du menopur (qui, elles, piquent) et maintenant je me fais un bleu chaque matin. Si quelqu’un connait une bonne marque de seringues (genre celles fournies dans le menopur), je suis preneuse.

Et pour finir, les capsules molles de progesterone restent égales à elles mêmes niveau confort…

Bref, au top pour la piscine.

Option 1: je reste en short débardeur (mais je profiterai pas de la baignade avec Starsky) ou option 2 : il me faut un maillot une pièce (autre que le magnifique speedo de natation dont je suis l’heureuse propriétaire)

J’ai rapidement regarder les maillots 1 pièce en solde, ben je les aime pas trop…
Sachant que j’ai pas beaucoup de poitrine et un popotin respectable, je pense pas que ça me mette en valeur…
Chez asos, ils font vraiment pupute, chez princesse tam tam, il y en a très sympas mais pas donné et pas soldé et j’en ai trouvé un potentiellement correct à rayure ches oysho et le même genre chez etam…
J’ai pas encore décidé, je me tâte…

Les deux en haut à gauche Asos, celui en haut à droite Princesse Tam Tam, celui en bas à gauche Oysho et celui en bas à droite Etam.

Vous en pensez quoi ?

Libérééééé, délivréééééé

Einstein a fêté le Indepence Day comme il se doit en quittant sa banquise (presque) natale pour rejoindre mon utérus.

Pas de problème sur la fonction décongélation, on est content, mais en même temps c’est normal c’est un génie.

Le transfert est le seul moment que j’apprécie dans le parcours PMA.
C’est un moment symbolique pour le couple, l’accueil de cette petite bulle d’espoir. Au milieu d’un parcours ultra médicalisé, je trouves que c’est le seul instant un peu poétique de voir sur l’écran cette petite bulle projetée dans le grand bain de la vie hors du labo (désolée je suis défoncée aux hormones, ça me rend toujours un peu niaise, mais en vrai je trouves ça vraiment émouvant).
Il suffit juste de faire abstraction des 3 personnes dans la salle et de l’ensemble du labo qui te voit les jambes en l’air grâce à une ingénieuse baie vitrée placée sur toute la longueur de la salle (plus convivial que le passe plat à l’ancienne j’imagine) pour ressentir la poésie.

Pour rentrer dans le détail, c’est une nouvelle organisation.
Avant tu rentrais dans la salle de transfert avec ton mec, tu te mettais en position, l’interne mettait en place l’écho, le gynéco testait le cathéter, le labo lui donner l’embryon à travers un passe plat, le gyneco faisait le transfert, le labo vérifiait que c’était bon et tu restais 10 minutes allongée à te regarder niaisement avec ton mec en tête à tête avant de te rhabiller et de rentrer chez toi.
Maintenant, tu passes par le vestiaire pour mettre une blouse et des chaussons (glam), puis dans  la salle de réveil de la ponction où tu attends cul nu ton tour avec d’autres « dames » alignées en rang d’oignon, on t’appelle, tu demandes à ce que l’homme puisse être présent, il arrives, on se met en position le long de la baie vitrée donnant sur le labo et ensuite c’est la même opération, moins les 10 minutes en tête à tête.

Comme tout le monde, j’ai des réticences au changement, je pense que c’est dans la nature humaine. Mais finalement je suis très contente de ce transfert, sauf pour la partie attente cul nul en rang d’oignon, mais j’imagine que l’été certaines patientes sentent des pieds et que les gynécos préfèrent qu’elles mettent des chaussons.

Sinon la baie vitrée, nous a permis de voir Einstein à l’écran et j’avoue que c’était (très très) chouette, il est beau gosse comme sa sœur. On a aussi vu une FIV ISCI en direct « et hop un petit être de créer ».
Bref ça démystifie un peu ce qui se passe en coulisses.

On a eu droit à une doc adorable, à une danse de l’embryon de la biologiste et on a croisé notre secrétaire qu’on connait depuis super longtemps maintenant en sortant qui croise fort pour nous et parie sur une fille.

Après avoir fêté l’indépendance pour la décongélation, la royauté reprendra la bastille pour le test de grossesse.

Les tout-petits bébés

Voilà, c’est toujours pareil, on n’est jamais satisfait de ce qu’on a la chance d’avoir.

On a la chance d’avoir Starsky qui est de plus en plus merveilleuse et de plus en plus un génie (je vous dis pas comment je me retiens d’écrire des articles dégoulinants), mais on se dit que maintenant on voudrait vraiment un petit deuxième.
Avant, on essayait car on sait qu’on met un peu longtemps à procréer mais sans se sentir vraiment prêts, alors que là maintenant, on se sent vraiment prêts et on en a vraiment envie.

Pas tellement qu’on ait une passion grossesse (c’est pas vraiment mon truc), ni une passion accouchement (c’est encore moins mon truc), ni une passion couches et nuits blanches, mais on se rend compte que c’est quand même chouette d’avoir un frère ou une sœur dans la vie.
C’est quelqu’un à qui on a partagé tellement de choses durant l’enfance, qu’on peut tout se dire sans fioriture et même si à l’âge adulte les relations sont parfois plus distantes, je trouve que c’est vraiment chouette d’avoir un frère ou une sœur.

Récemment nous avons croisé plusieurs tout-petits bébés.
En effet, notre co-famille de garde partagée a eu un deuxième enfant et tous les soirs, on voit arriver ce  tout petit bébé endormi, tout mignon et ça fait bien envie (en plus il vient à l’heure de sa sieste, donc on a vraiment l’image d’Epinal du nourrisson).
Toujours du fait de cette naissance, notre co-famille déménage et nous sommes à la recherche d’une nouvelle co-famille et nous en avons rencontré une potentielle dont le bébé a 3 semaines…
Bref en ce moment on vit le cauchemar de la pmette, on est cerné par les nouveaux-nés et je vous raconte pas la PB du boulot qui a le bola qui carillonne dans les couloirs et fait une gender reveal party pour de vrai avec les collègues…

Tout ça pour dire qu’on se rend compte que Starsky n’est plus vraiment un tout-petit bébé et que ça nous dirait quand même bien un peu d’avoir un poupon à câliner.

Et aussi Starsky est complètement fascinée par les petits bébés, elle saute sur leur poussette, leur apporte des jouets et leur envoie des bisous. Forcément, on est fondance quand on voit ça. Et on se dit que ce serait quand même chouette d’avoir nos 2 bébés qui jouent ensemble.

Sauf que, retour à la réalité, mes ovaires sont toujours moisis, je n’ai pas gertrudé en vacances (ni depuis 2 ans alors que je ne prends aucune contraception) et qu’on a 3 blastos qui nous attendent mais qu’on n’est pas vraiment certains qu’ils s’accrochent 9 mois (cf FC de début d’année).
J’ai conscience que c’est un problème de riche, mais j’aimerai vraiment que Strasky ne soit pas une enfant unique et ait la chance de grandir au sein d’une fratrie…

Je reste zen sur ce transfert, mais j’aimerai vraiment qu’il marche.
Et je me dis que s’il ne marche pas, il nous reste 2 autres chances et si aucun blasto ne s’accroche, il nous reste 3 ponctions remboursées, et si aucune de ces 4 FIV nous offre un bébé, Strasky sera la pire sale gosse meilleure princesse de la terre et qu’on la kiffera tout autant, si ce n’est plus.

J1 est arrivé ce matin en fanfare, je suis dans les starting blocks du provames et j’attends la date de mon premier contrôle pour le transfert avec un test de grossesse prévu juste avant le 14 juillet si pas de couille dans le potage.

On y croit !

TEC, ETC… (calembour du compétition)

Voilà, voilà, ça fait 2 mois qu’on est rentré de Punta Canard comme l’appelle Marinette. On a pu faire notre dépistage de Zika, qui sans surprise est négatif. En même temps, on n’avait eu aucune piqûre de moustique donc on n’était pas très inquiets, juste saoulés qu’on décide pour nous.
Par contre, je me dis qu’il est fort probable que l’insecticide à l’origine de notre absence de piqûre soit bourré de perturbateurs endocriniens, Einstein a bien fait de rester bien sagement au congélo du centre de PMA. Quant à moi je pense que le mal est fait depuis bien longtemps de ce côté là et que je ne crains plus grand chose.

Notre dossier est maintenant complet, il faut que j’envoie un email au centre pour confirmer la programmation et on partirai sur un transfert fin juin (si pas de couille dans le potage).  Ce qui serait parfait car ça ferait un accouchement fin mars et que ça fait un congé mat au top au printemps et en été avec une reprise du boulot en septembre (toi aussi, amuse-toi à penser comme les fertiles).
Comme c’est le printemps, mes cycles sont revenus, histoire de mettre le bazar dans le planning que j’avais prévu dans ma tête (on se refait pas). En fait ils sont revenus depuis ma FC en janvier, j’en suis au 3ème depuis févier, soit presque des cycles normaux (entre 28 et 38 jours, mais on ne va pas pinailler à mon niveau de master de l’OPK).
Je vous rassure, pas de gertrudage en vue et pourtant on est partis en vacances en mars…
On repart à la fin de la semaine, tous les espoirs nous sont permis ! 😉

Bon, vu que mes cycles sont pas super réguliers et que normalement ils s’arrêtent en juin si ça fait comme l’année dernière, j’aimerai bien prendre un peu de Duphaston histoire d’avoir un cycle de 28 jours et non de 240 jours. J’ai envoyé un email à ma gynéco dans ce sens et j’attends sa réponse.

Voilà pour le point météo de la PMA, maintenant le point météo des plages, ça va être trop trop bon tout ce soleil !

On est dans les starting blocks, canard 2.0 est au taquet dans la valise !

L’espace temps pmesque

Vendredi avait lieu l’écho qui vérifiait que tout était fini et que Huggy s’était bien fait la malle. A defaut d’avoir réussi sa brève existence, il aura réussi sa sortie.
Rendez-vous post Zika pris en mai et transfert plutôt début juin car nous sommes en vacances fin mai car ce sera peut-être trop juste entre les 2 mois d’attente, la stimulation de l’endomètre et nos vacances. On a déjà le nom du prochain embryon qui attend sagemment sur la banquise, ce sera Einstein, comme ça, pas de doute possible, ce sera un génie.

A l’occasion de ce clap de fin de cette FIV, 2ème saison, 1er épisode, je me suis dit que la PMA était vraiment un espace temps à part et que j’avais eu tendance à l’oublier en m’en éloignant.
En effet, 1er email de contact avec le centre le 22 octobre, 1ère piqure le 21 novembre et clap de fin le 10 février, soit 3 mois plus tard. Prochaine étape début juin, soit plus de 6 mois plus tard…

Trois mois pour chaque tentative quand pour les autres couples c’est une tentative tous les 28 jours (et moins de contraintes)…
Et maintenant je vais devois attendre 2 mois pour la prochaine tentative à cause de Zika alors qu’un autre couple aurait pu lancer les tentatives quand bon lui semble. En PMA, on décide pour nous de ne pas prendre de risque. Je comprends le principe de précaution, mais je le trouve infantilisant.

J’avoue que j’aborde cet espace temps avec beaucoup plus de zenitude maintenant que j’ai Starsky.
Avant, j’aurais vécu ce décalage de 2 mois comme la plus grosse injustice sur terre et là, je suis vaguement agacée par l’aspect infantilisant, mais je m’en moque, je sais que la course au bébé en PMA est un marathon et que cela ne sert à rien d’être à un mois près, on n’est pas sur un sprint, il faut tenir la distance malgré l’âge qui avance.
J’aurais voulu être dans cet état d’esprit au début de mon parcours, mais je pense que c’était impossible pour moi à l’époque.
On vit définitivement différement l’attente une fois qu’on est parent.

Bonne semaine à toutes !

einstein