Archives du mot-clé reprise

La reprise

La reprise c’est la suite logique des vacances. C’est souvent désagréable, mais ça permet de mieux profiter des vacances.

On a eu une reprise pas facile car mon fils (mon chat pour celles qui ont un doute) n’est pas au top de sa forme, il commence à se faire vieux et nous en sommes à la 3ème visite au vétérinaire en 2 mois. Il a reçu un traitement de choc en début de semaine et on s’est mis d’accord avec le vétérinaire que s’il faisait une rechute on discuterai « d’options alternatives au traitement ».
Je sais que ce n’est qu’un animal et que c’est normal vu son âge mais cette idée me rend pourtant très triste car mon gros chat, ça a un peu été mon compagnon de transition vers l’âge adulte.
Avec lui, j’ai mis le pied dans la vraie vie professionnelle, j’ai rencontré l’homme, on a emménagés ensemble, on s’est mariés, on a vécu la PMA et l’arrivée de Starsky.
Bref je suis très attachée à ma boule de poils alors on y croit fort au traitement de choc !

Il s’enfile quand même six pilules tous les matins et moi une de Duphaston pour l’instant et probablement plus dans les jours à venir (j’ai pas encore lu le détail de l’ordonnance pour le TEC, mais tout est dans le placard). On va pouvoir ouvrir une pharmacie spécialisée PMA / vétérinaire prochainement, sachant que la pmette a forcément un chat ou un chien, ce sera une pharmacie-salon de thé où les animaux seront les bienvenues.

Les vacances m’ont permis de passer plus de temps avec Starsky qui confirme sans surprise son génie.
Je la kiffe tellement cette gosse, elle est merveilleuse et encore plus depuis qu’elle s’ouvre à l’intelligence (je vais pas trop faire ma MILK, mais elle colle les autocollants au bon endroit, dit bonjour madame et merci monsieur… un génie!).

La reprise de la PMA se fait en douceur, seulement des cachets à prendre, en fait je n’ai pas l’impression d’avoir repris.
Je me sens super sereine, prête à accueillir Einstein pour 9 mois. On verra si la zenitude paye.

Bon week-end ensoleillé à toutes ❤

 

La FIV de tous les dangers

OK, toutes les FIV sont les FIV de tous les dangers, mais je redoute particulièrement cette FIV 3.

La FIV 1, c’était un galop d’essai qui aurait pu marcher mais seulement sur un malentendu (dans ma tête en tous cas).

La FIV 2, c’était celle qui devait marcher, j’étais super zen et certaine que ça allait marcher, quand le taux à 144 s’est affiché sur le site web du labo, je me suis c’est bon, on va enfin sortir de cette galère, on a notre ticket.
Que nenni ! La joie fut de courte durée et la baisse du taux interminable, un des pires moments de ma vie qui m’a vraiment déstabilisé. On connait toutes les statistiques avec 20 / 30% de fausses couches sur le premier trimestre, mais avec toutes nos galères, je pensais qu’on serait épargné… encore une déception.

Et comme, nous n’avons aucun pingouin sur la banquise, nous voilà face à la FIV 3.

Partons du principe que la stimulation, la ponction, la fécondation et le transfert se passent bien, sans hyperstim et que l’ICSI nous assure une belle récolte.
L’expérience FIV 1 et 2 ayant montré que normalement, ces phases se passaient pas « trop mal » pour nous. Le problème portant plutôt sur l’évolution de nos embryons du fait de mes ovocytes douteux (merci les OPK).

Option 1, celle qu’on n’aime pas du tout, c’est un négatif. C’est le drame ! car pourquoi la FIV 2 avait eu une accroche et pas celle-ci ? on régresse, la PMA, ça ne marche pas, on arrête ce cirque et on part ouvrir le bar de la plage sur une île déserte, mojito et soleil à gogo.

Option 2, celle qu’on n’aime pas trop non plus, c’est positif, mais ça moisit comme pour la FIV 2. Re-drame, je ne veux plus jamais revivre ça, ouvrez-moi le ventre et faites ce qu’il y a à faire, mais je ne veux plus revivre cet exorcisme ce suivi interminable de chute du taux.

Option 3, la seule qu’on aime, c’est positif, ça évolue bien, on passe le 1er trimestre et on a un nain voire deux dans 9 mois. Mais on sait d’avance, que je vais être pire qu’une PB hystérique d’angoisse pendant ces 9 mois, du genre à ne pas bouger de son canapé, à ne pas manger de ceci ou de cela (alors que tout va bien côté toxo, je suis immunisée), à ne rien porter, bref odieuse et à mourir d’ennui.

 

C’est donc l’esprit léger que j’ai abordé mon RDV biologiste de ce matin.
En plus en lisant vos commentaires, je me suis posée plein de questions, pour conclure qu’il fallait surtout que je sois en confiance avec l’équipe qui me suivait en sortant de ce RDV car ils avaient tous les détails de mon dossier et c’était eux les pros normalement.

On avait 5 minutes de retard, mais ce n’est pas grave car la biologiste en avait 30 et comme on a pris le temps de parler on avait une heure de retard pour le RDV anesthésiste et pas les bonnes étiquettes (même hôpital, mais pas les mêmes étiquettes pour la PMA et l’anesthésiste), mais il était encore plus en retard que nous.

asterix

Ça a permis de finaliser le dossier avec la secrétaire qui m’a salué d’un « Bonjour, madame la Reine », je n’aurais jamais cru qu’elle avait conscience que j’avais un nom et encore moins qu’elle s’en souvenait. Elle se rappelait même de ma fausse couche et m’a demandé si ça allait mieux. J’ai pincé l’homme, lui aussi m’a pincé, on n’arrivait pas à y croire. En tous cas, on a apprécié cet accueil personnalisé après 2 ans de présence régulière, on s’est senti comme des VIP !

Je suis très contente de ce RDV pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, on s’est rapproché de ma PMA idéale avec la présence à la fois de ma gynéco et de la biologiste dans la même pièce, ce n’était pas prévu, mais ça s’est fait quand même, ce qui leur a permis de confronter leur avis « en direct » et a fait évoluer mon ordonnance initiale ainsi que la date de transfert.
Ensuite on a revu l’ensemble de mon dossier avec d’un côté ma réaction aux stimulations et de l’autre la qualité embryonnaire ainsi que tout le suivi de mon début de grossesse et de ma fausse couche. Ce qui en ressort c’est que nos embryons sont souvent fragmentés, probablement du fait du nombre trop importants de follicules mais pas seulement car lors de ma 1ère FIV, 8 ovocytes avaient été ponctionnés et les embryons étaient de moins bonne qualité que lors de la FIV 2 avec ses 14 ovocytes ponctionnés qui avaient donnés 2 « beaux » embryons et 9 fragmentés qui ont moisis à J4. Il semble que mon vieillissement joue en ma faveur.

Bilan de ce point :
Je prend la pilule (mindril) pour les 12 prochains jours car comme je suis début de cycle ça évitera d’attendre un hypothétique prochain cycle. J’avoue que ça me chiffonne un peu de reprendre la pilule, mais elles m’ont aussi proposé l’option d’attendre le prochain cycle et la patience n’étant pas ma plus grande qualité, j’ai pris l’option pilule alors que je m’étais dit que je n’en reprendrais plus (je ne suis plus à une contradiction près).
On refait une spermoculture pour l’homme histoire vérifier que tout va toujours bien.
Et si tout va bien, on repart sur le protocole de la FIV 2 (gonal 112.5) en se disant qu’on baissera sûrement les doses en cours de route avec un objectif de 8/10 follicules matures.
Pour le transfert, on ajustera selon la qualité de la récolte, mais on partirai à nouveau sur un transfert à  J3 avec une tentative de congélation à J5 de ceux qui restent – s’il en reste.

De ce que j’ai compris de nos discussions, la FIV 2 est un « succès » de leur point de vue car il y a eu une accroche et le fausse couche fait uniquement partie des aléas, ce qui est probablement vrai étant donné les statistiques et que c’est ma seule fausse couche à ce jour (mon seul début de grossesse également, mais ne nous attardons pas sur les détails désagréables).

En tous cas, je suis ressortie rassurée de ce RDV, ce qui est le plus important à mes yeux.

On part donc en confiance vers cette FIV 3, option 3 !

285945-Best+Quotes+about+Success

De retour sur le chemin de la PMA

Nous voilà de retour à Paris et sans surprise, il fait gris !

Après une nuit dans l’avion, on a atterri ce matin avec une heure de retard, puis un colis abandonné nous a empêché de récupérer nos valises pendant 45 minutes, puis il y a eu la queue aux taxis, puis il y a eu des bouchons, puis on a du courir au labo faire une prise de sang en vue de notre RDV avec la biologiste demain, puis je suis allée au travail.

 

sleeping_plane

 

 

Comme vous vous en doutez, j’ai un peu la tête dans le c*l.
Ça tombe bien, ma future big boss (ma N+2) venait à Paris rencontrer les équipes avant de prendre son poste en janvier, l’occasion de faire une excellente première impression !
Coup de bol, elle arrivait de NY ce matin et était en retard à cause d’un colis abandonné à l’aéroport (tiens, ça me dit quelque chose ce colis abandonné à Roissy de bon matin) et elle a l’air aussi fraîche que moi. Je prie pour qu’on ne se soient pas croisées sans que je m’en rende compte, car je portais mon plus beau jogging du dimanche…

 

Blague à part, la prise de sang de ce matin était bien le coup d’envoi de la reprise du chemin de la PMA avec deux RDV demain: la biologiste et l’anesthésiste. Je n’ai toujours pas compris à quoi sert ce RDV avec l’anesthésiste, à chaque fois je tire la langue et je tourne la tête à droite et à gauche, je peux lui signer une attestation comme quoi j’y arrive, non ? on économiserait tous les deux 15 minutes, enfin surtout lui, car moi j’économiserai même 30/45 minutes si on compte les étiquettes et le temps d’attente.

En prévision du RDV avec la biologiste demain, j’ai imprimé l’évolution de mon taux de beta HCG car je ne suis pas certaine qu’elle a tout reçu comme les PDS étaient faites au labo en bas de chez moi et supposément faxées au centre de PMA, j’ai aussi préparé mes ordonnances et quelques questions :

  • Pourquoi sur 11 embryons aucun n’est allé au bout de son développement ? 9 ont décidé de nous dire au revoir à J4 et des 2 qui ont été transférés, aucun ne s’est développé « normalement ».
  • Comme le problème vient du développement des embryons, ne vaudrait-il pas mieux essayer de pousser tous les embryons au stade de blasto, comme ça si aucun n’y arrive, il n’y a pas de transfert et on ne fait pas un coup pour rien ?
  • Comment peut-on modifier le traitement pour améliorer la qualité des embryons ?
    • doses plus faibles pour avoir moins de follicules matures mais de meilleure qualité ?
    • au contraire doses plus élevées pour avoir plein d’embryons dans la course ?

 

Comme j’ai déjà posé ces questions à ma gynéco, je connais plus ou moins les réponses, mais je les repose quand même pour la forme.

« Vous avez des ovaires tous pourris polykystiques Madame, on fait de notre mieux avec le matériel que vous nous fournissez« .
« Pour les doses, comme vous avez maintenant des cycles de presque 28 jours car vos ovaires moisis vieillissent comme le bon vin, on les augmente. »
« Pour les embryons, on verra en fonction de ce qu’on arrive à trifouiller avec vos moisissures d’ovocytes ce qu’on a.« 

En fonction de leur planning et de l’avancement de mon cycle, on va caler la date de déclenchement des règles au Duphaston, ça devrait être pour le 6/7 ou le 13/14 novembre selon le planning car les J1 de stimulation doivent toujours être un jeudi ou un vendredi dans mon centre.

 

Comme tout ça n’est pas très joyeux, voici une dernière photo de plage pour égayer ce lundi pluvieux ! ❤

 

punta_cana

Dans l’actualité

Il s’en passe des choses dans l’actualité cette semaine !

 

  • Du côté de l’actualité des familles

Vous avez dû voir que notre cher gouvernement souhaite revoir le congé parental afin qu’il soit réparti équitablement entre les femmes et les hommes. Les mamans sont en colère (enfin certaines associations, pas toutes les mamans, ne généralisons pas), je cite un article du Figaro de lundi:

Faute de fumier à déverser devant les ministères, elles avaient imaginé envoyer des couches sales à Marisol Touraine.

J’ai tout de suite pensée à toi Gifette, si elles le font, t’auras de la matière première pour ton gâteau 🙂

 

Booties_Cinderella_Princess_Diaper_Cake_LRG

  •  Du côté de l’actualité de la culotte progestéronée

J’ai découvert ce week-end, la culotte idéale de la pmette en post transfert / insémination, je vous sens déjà toutes excitées.
Il y a des filles  qui ont pensé et dessiné la culotte « spéciale règles ».
En gros c’est une culotte 4 actions : elle évacue l’humidité, elle est anti-bactérienne, elle est absorbante et anti-fuite.
Je sais vous croyez que je vous parle d’une couche, mais il s’agit d’une couche en dentelle féminine magnifaïque, mesdames !
Il y a toutes les infos sur leur site et elles vendent en ligne avec la livraison en France. Bon c’est tout de même autour de 30$  (27€) la culotte plus 19$ (15€) de livraison, mais j’ai bien envie d’essayer pour voir ce que ça vaut.

En plus elles ont l’air trop sympas ces filles et pour chaque culotte achetée, elles offrent des serviettes lavables à des femmes qui n’ont pas la chance de pouvoir s’en offrir.

 

  • Du côté de l’actualité pmesque

Hier j’ai donc retrouvé ma gynéco. Nous avons parlé de ma fausse couche qui s’explique sans grande surprise par la mauvaise qualité de mes ovocytes, avec 11 embryons et pas un qui est allé au bout de son développement (p*tain d’OPK).
Elle m’a re-expliqué qu’avec mes très nombreux follicules (autour de 30 par ovaire), on avait du mal à avoir des ovocytes de bonne qualité, mais la bonne nouvelle c’est qu’en vieillissant, j’allais avoir de moins en moins de follicules et donc des ovocytes de meilleure qualité. Quand elle m’a regardé d’un air interrogatif « mais le problème c’est que vous ne voulez pas attendre, vous voulez un enfant maintenant ? ». Je lui ai confirmé que j’aimerais bien être enceinte un peu avant mes 40 ans.

L’homme, qui tombe dans un sommeil profond à chaque consultation, s’est réveillé et a conclu « c’est comme le vin, tu t’améliores en vieillissant », ça m’a bien fait rigoler et je me suis dit que c’était bien que l’homme soit là même si c’était pour dormir sur la chaise à côté de moi.

On a fait une petite écho-endo pour la route et là on a découvert que j’avais ovulé toute seule comme une vieille OPK grande. En fait je m’en doutais un peu, mais je n’osais pas lui dire de peur qu’elle me prenne pour une folle.
En effet depuis ma fausse couche, j’ai retrouvé des cycles de 28 jours (enfin 2 pour l’instant) avec l’impression d’ovuler au milieu, ce qui ne m’était jamais arrivé depuis l’arrêt de la pilule en avril 2012. Elle nous a donc conseillé de faire du poney ciblé au cas où, sur un malentendu, en attendant la FIV.
Sinon pour la FIV 3, on part sur le même protocole au gonal en augmentant un peu les doses du fait de mon vieillissement en fût de chêne. Je dois voir la biologiste à notre retour de vacances pour avoir le top départ de la stimulation et on partirait sur une ponction mi-novembre.
En partant, quand on s’est serrées la main elle m’a dit « ne vous inquiétez pas, ça va marcher », donc on y croit !
(sauf que le clomid devait marcher, et les stimulations simples aussi, et les 2 premières FIV également, mais il ne faut pas regarder en arrière mais vers l’avenir)