Archives du mot-clé vacances

Les vacances 

Quand tu n’as pas encore tout à fait deux ans, le bonheur c’est simple comme 

Courir vers la mer avec ta bouée 

Revenir avec un sceau plein d’eau de mer et arroser tes parents 

Manger des frites au coucher du soleil

Faire des châteaux de sables

Sentir ses doigts collants après avoir mangé une pastèque 

Ramasser un citron dans le jardin 

Regarder passer les bateaux au loin

Manger une glace en rentrant de la plage 

Se faire offrir un ballon au marché 

Essayer de faire des câlins aux chats errants 

Merci la PMA 🙂

TEC, ETC… (calembour du compétition)

Voilà, voilà, ça fait 2 mois qu’on est rentré de Punta Canard comme l’appelle Marinette. On a pu faire notre dépistage de Zika, qui sans surprise est négatif. En même temps, on n’avait eu aucune piqûre de moustique donc on n’était pas très inquiets, juste saoulés qu’on décide pour nous.
Par contre, je me dis qu’il est fort probable que l’insecticide à l’origine de notre absence de piqûre soit bourré de perturbateurs endocriniens, Einstein a bien fait de rester bien sagement au congélo du centre de PMA. Quant à moi je pense que le mal est fait depuis bien longtemps de ce côté là et que je ne crains plus grand chose.

Notre dossier est maintenant complet, il faut que j’envoie un email au centre pour confirmer la programmation et on partirai sur un transfert fin juin (si pas de couille dans le potage).  Ce qui serait parfait car ça ferait un accouchement fin mars et que ça fait un congé mat au top au printemps et en été avec une reprise du boulot en septembre (toi aussi, amuse-toi à penser comme les fertiles).
Comme c’est le printemps, mes cycles sont revenus, histoire de mettre le bazar dans le planning que j’avais prévu dans ma tête (on se refait pas). En fait ils sont revenus depuis ma FC en janvier, j’en suis au 3ème depuis févier, soit presque des cycles normaux (entre 28 et 38 jours, mais on ne va pas pinailler à mon niveau de master de l’OPK).
Je vous rassure, pas de gertrudage en vue et pourtant on est partis en vacances en mars…
On repart à la fin de la semaine, tous les espoirs nous sont permis ! 😉

Bon, vu que mes cycles sont pas super réguliers et que normalement ils s’arrêtent en juin si ça fait comme l’année dernière, j’aimerai bien prendre un peu de Duphaston histoire d’avoir un cycle de 28 jours et non de 240 jours. J’ai envoyé un email à ma gynéco dans ce sens et j’attends sa réponse.

Voilà pour le point météo de la PMA, maintenant le point météo des plages, ça va être trop trop bon tout ce soleil !

On est dans les starting blocks, canard 2.0 est au taquet dans la valise !

Retour dans le gris

Tout juste rentrée de vacances et je suis marquée par le gris. C’est un cliché, un classique, mais Paris n’est qu’une nuance de gris.
Où est le vert sur les arbres ? Où sont les fleurs ? Où est le bleu du ciel ? Où sont les couleurs sur les immeubles ?

J’ai l’impression que ce qui fait le plus grand bien en vacances finalement, c’est la lumière et les couleurs.

Heureusement, mon fils a su me montrer que je lui avais manqué pour me remonter le moral.

catass

 

Pendant les vacances, j’ai lu Le mec de la tombe d’à côté  qui raconte l’histoire d’amour improbable entre deux cabossés de la vie qui n’ont rien en commun. Ça m’a fait penser à nos gamètes douteuses qui finalement arrivent à se rencontrer (même si elles ne s’accrochent pas toujours) grâce aux équipes de PMA.
Sauront-elles s’assortir harmonieusement ?

En ce moment, je commence à me demander à quoi Starsky peut bien ressembler, je ne m’étais jamais posé la question avant, mon seul objectif étant d’être enceinte. J’imagine que c’est positif, ça veut dire que je m’approprie cette grossesse et que je bascule dans la banalité de la chose, même si pour les pmettes, c’est loin d’être banal.

Voici donc un peu de soleil en ce lundi matin, bonne semaine !

IMG_3553

Happy Happy Friday !

J’ai l’impression de beaucoup râler en ce moment…
En plus de ma complainte (que je trouve justifiée) sur ma consultation du 4ème mois, j’avais écrit un post où je râlais encore beaucoup pour cette fin de semaine et j’ai décidé de ne pas le poster, je le garde sous le coude pour plus tard car j’ai envie de finir cette semaine sur une note positive.
Il faut croire que la positive attitude de Julys est contagieuse !

Voici donc les choses qui m’ont faites plaisir cette semaine.

  • Le printemps approche, les jours rallongent, il ne fait pas encore vraiment chaud, ni même doux, mais la luminosité fait vraiment du bien. Et je ne sais pas si c’est lié, mais je me sens enfin mieux après avoir toussé non-stop depuis 10 jours maintenant, je sens que mon corps reprend le dessus.
  • C’est la Fashion Week à Paris et pas que je participe à grand chose, mais j’adore les looks improbables de sortie de défilés, ça me met toujours de bonne humeur. Ces gens sont fous, ils m’ont présenté très sérieusement « le roi de la manucure », ils parlent anglais alors que tout le monde dans le groupe parle français, ils ont des talons tellement hauts que je ne tiendrai pas debout même sans marcher (j’ai quand même aperçu des merveilles de chaussures à talons ondulés chez vous savez qui, qui me font du pied de l’œil), bref j’adôôôre ! I love it  !
  • Mon chat me kiffe grave en ce moment, il ne me quitte plus. Déjà qu’en temps normal, il est plutôt collant, là ça en deviendrait presque gênant s’il n’était pas adorable. J’ai découvert un site qui fait des peluches à l’effigie de votre 1er enfant. C’est moins glauque que la taxidermie, mais ça reste cher, dommage…. j’avais envisagé.
  • On a réservé plein de vacances avec l’homme: une semaine au soleil pas trop loin à la fin du mois, une thalasso de dinde pour moi et normale pour lui pour les ponts de mai et deux semaines dans le sud début octobre. On réfléchit à un noël sous les tropiques, mais on va attendre un peu avant de réserver. J’adore organiser des vacances, je trouve que ça fait passer le temps plus vite de se dire que dans x semaines on sera loin du travail et de la routine.

Happy Friday !

happyfriday-cat

Est-ce que DNLP essaie de nous faire passer un message ?

Oui, on se pose la question après presque une semaine sous les cocotiers.

Dans l’avion,  on était assis à côté d’une famille qui avaient deux enfants une petite fille de 3/4 ans et un tout petit bébé qui était trisomique.
A l’hôtel, que nous avions pourtant choisi avec soin, sans mini-club pour éviter les hordes de familles, car on ne va pas se voiler la face, « les enfants, c’est comme les pets, on ne supporte que les siens » (je crois que Desproges est l’auteur de cette citation ô combien véridique), sur la plage, nous nous retrouvons à côté d’un bébé qui commence à chouiner. Un plan de repli avec changement de transat est immédiatement envisagé d’un regard avec l’homme, quand la mère prend le bébé dans ses bras et  nous nous rendons compte qu’il n’a pas de bras et des jambes minuscules qui ne lui permettront sans doute jamais de marcher. On n’ose plus changer de transat, on se jette donc à l’eau, le temps qu’il arrête de chouiner.

On se dit que Dame Nature nous envoie peut-être un message pour nous dire que les enfants, c’est pas pour nous. On est beaucoup trop égoïstes.

Je sais que je ne me sentirai jamais le courage d’élever un enfant aussi lourdement handicapé. Je me dis que les parents qui décident de garder leur enfant sachant ce qui les attend sont très courageux et je ne peux qu’être admirative.

Car, je ne peux rien y faire, je ne suis pas Mère Thérésa et je me demande de plus plus si les enfants, c’est fait pour moi. On se rend bien compte avec l’homme qu’on aime bien les enfants de nos amis, on les trouve attachants, mais on sait aussi que ça nous angoisse complètement quand ils viennent chez nous, car tout est fragile, tout se casse ou se tâche. En général, on passe plus d’une heure à planquer nos affaires, rouler les tapis et mettre des plaids bien épais sur les canapés et ça ne nous empêche pas d’avoir l’impression d’être à Bagdad quand ils quittent l’appartement.

On se rend compte qu’on devient tranquillement mais sûrement des « vieux cons ». On a notre petite vie bien réglée, avec nos cours de sport et de yoga, nos restos, nos massages, nos dégustations de vin, notre déco, nos apéros à l’improviste, nos vacances, etc… On l’aime bien, on l’aime même beaucoup notre vie, mais j’ai parfois l’impression qu’il n’y a pas de place pour des enfants.

Lors de mon dernier RDV gynéco, je lui ai expliqué que j’avais demandé ma mutation à l’étranger et que ça risquait de ne pas se faire tout de suite, ce qui était très bien car ils nous restait 2 FIV à faire et ce serait l’occasion de tourner la page PMA en étant aller au bout sans avoir de regret. Je crois qu’elle a été surprise quand je lui ai dit « car si ça marche pas, on va devoir passer à autre chose, on ne peut pas faire ça toute notre vie », car elle m’a regardé droit dans les yeux en me disant « ça va marcher ».

D’un côté, j’ai l’optimisme fou de me dire que ça va marcher, à chaque FIV on progresse et en même temps, je n’y crois plus, je me demande si je ne suis pas faite pour une vie sans enfants.

Comme Dame Nature est sympa, elle nous a quand même envoyé un autre message en plaçant deux PB  dans l’hôtel qui étaient tout ce que tu imagines du sentiment de plénitude de la grossesse quand tu es petite. Elles n’avaient pris que du ventre, elles étaient toutes belles, toutes bronzées en maillot avec leur homme aux petits soins, j’étais assez jalouse. Ça a quand même l’air sympa d’être enceinte et d’avoir des nains tous mignons…

Bref, il est grand temps de rentrer me remettre au travail, j’ai beaucoup trop de temps libre pour réfléchir ici.