TEC, ETC… (calembour du compétition)

Voilà, voilà, ça fait 2 mois qu’on est rentré de Punta Canard comme l’appelle Marinette. On a pu faire notre dépistage de Zika, qui sans surprise est négatif. En même temps, on n’avait eu aucune piqûre de moustique donc on n’était pas très inquiets, juste saoulés qu’on décide pour nous.
Par contre, je me dis qu’il est fort probable que l’insecticide à l’origine de notre absence de piqûre soit bourré de perturbateurs endocriniens, Einstein a bien fait de rester bien sagement au congélo du centre de PMA. Quant à moi je pense que le mal est fait depuis bien longtemps de ce côté là et que je ne crains plus grand chose.

Notre dossier est maintenant complet, il faut que j’envoie un email au centre pour confirmer la programmation et on partirai sur un transfert fin juin (si pas de couille dans le potage).  Ce qui serait parfait car ça ferait un accouchement fin mars et que ça fait un congé mat au top au printemps et en été avec une reprise du boulot en septembre (toi aussi, amuse-toi à penser comme les fertiles).
Comme c’est le printemps, mes cycles sont revenus, histoire de mettre le bazar dans le planning que j’avais prévu dans ma tête (on se refait pas). En fait ils sont revenus depuis ma FC en janvier, j’en suis au 3ème depuis févier, soit presque des cycles normaux (entre 28 et 38 jours, mais on ne va pas pinailler à mon niveau de master de l’OPK).
Je vous rassure, pas de gertrudage en vue et pourtant on est partis en vacances en mars…
On repart à la fin de la semaine, tous les espoirs nous sont permis ! 😉

Bon, vu que mes cycles sont pas super réguliers et que normalement ils s’arrêtent en juin si ça fait comme l’année dernière, j’aimerai bien prendre un peu de Duphaston histoire d’avoir un cycle de 28 jours et non de 240 jours. J’ai envoyé un email à ma gynéco dans ce sens et j’attends sa réponse.

Voilà pour le point météo de la PMA, maintenant le point météo des plages, ça va être trop trop bon tout ce soleil !

On est dans les starting blocks, canard 2.0 est au taquet dans la valise !

Genre !

Alors je ne sais pas si c’est parce que Starsky est une fille ou parce que je me reconnais bien dans la « charge mentale » d’Emma partagée par Compoteen, mais je me pose beaucoup de questions sur la question des genres pour son éducation.

J’avais tendance à croire que c’était un peu « un faux problème » les hommes participant de plus en plus aux taches ménagères et à l’éducation des enfants et que les luttes féministes devaient avant tout s’orienter sur les problématiques d’égalité des salaires en passant notamment par un congé paternité obligatoire de la même durée que le congé maternité afin qu’aucun parent ne soit plus ou moins pénalisé par l’arrivée d’un enfant et puisse par la même occasion créer les mêmes liens de qualité avec l’enfant.

Sauf qu’avec l’arrivée de Starsky, je me suis rendue compte qu’on appliquait plus ou moins consciemment beaucoup de stéréotypes que ce soit dans nos comportements que dans les jouets que nous lui proposons.

Comme elle est petite et n’a pas encore l’influence de ses paires (pas de reine des neiges chez nous pour l’instant), j’essaie au maximum de lui proposer des jeux et des lectures « gender neutral » (je crois qu’on dit neutre de genre en français, mais j’ai l’impression de ne jamais l’avoir entendu…) afin de lui laisser libre de choisir qui elle veut être, les activités qui l’intéressent et qu’elle ne se sente pas limiter par le fait qu’elle est une fille. J’ai envie de lui ouvrir au maximum le champs des possibles. Que si le foot est sa passion, elle ne se dise pas que c’est pour les garçons (bon en vrai je rêve de la voir dans un tutu, mais j’essaie très fort de ne pas faire de projection).

Sauf que dans les magasins de jouets, tout est genré dès le plus jeune âge avec par exemple les tut tut bolides (pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des jouets infernaux qui roulent et chantent à tue-tête des mélodies que les enfants adorent). Tu as d’un côté la princesse le cul posé dans son carrosse et de l’autre le chevalier qui part à l’aventure sur son fidèle destrier…

du coup, tu te rabats sur les animaux et même là, tu as la version bien rose fifille qui est proposée…c’est la version « coquette » car comme chacun sait, on est très coquette à 11 mois !

J’ai pris l’exemple des tut tut bolides, mais il y a ça avec à peu près tous les jouets, le docteur normal et le docteur rose (souvent décliné en vétérinaire avec un chiot trop mignon), les legos normaux et les legos roses avec des princesses et des fleurettes, etc….

Sur les jeux d’imitation, version poupées, dinette and co, la plupart sont très rose et il faut souvent chercher un peu pour trouver des versions neutres, mais j’ai l’impression que des progrès ont été faits car il y a de plus en plus de versions multicolores.

Au delà des couleurs, j’essaie aussi de favoriser des jouets de construction, de « reflexion » même si à cet âge c’est assez limité. On débute seulement les puzzles, les legos et le memory.
Cet article dans Slate résume bien la problématique.

Les jouets «de filles», par ailleurs souvent plus coûteux, suggèrent qu’on attend des filles qu’elles soignent la sphère domestique (jeux d’imitation, de ménage, de dînette), les enfants (poupées en tous genre), ainsi que leur apparence physique (robes de princesses, jeux de maquillage/coiffure, bijoux et autres apparats). Les garçons héritent plutôt des jeux d’aventure, de construction et d’exploration, ainsi que de la tâche de sauver le monde (superhéros, policiers, pompiers). Bref, il ne s’agit pas exactement d’une répartition équitable, les opportunités ludiques offertes étant à la fois plus nombreuses et plus valorisantes pour les garçons.

donc on essaie de proposer tous les types de jeux. Pour l’instant le garage plait autant que la dînette et elle adore les pompiers, mais aussi sa poupée.

Pareil pour les livres, pas de livres de princesse chez nous (sauf un qu’on nous a offert et qu’elle adore… no comment, on ouvre les possibles et on la laisse choisir).
Mais pour les livres, je trouve que c’est moins limité que pour les jouets, il y a vraiment plein de sujets variés pour les imagiers, les thèmes du quotidien, etc… Dans certains livres l’adulte est représenté de manière neutre, on ne sait pas si c’est un homme ou une femme, mais malgré tout, bien souvent, on a encore maman qui fait à manger et qui soigne les bobos…

Mais les jouets et les livres ne sont qu’une partie des projections et des stéréotypes qu’on transmet à nos enfants.

Je me rends compte que sans faire attention, il y a beaucoup de choses que je prends en charge la concernant comme préparer son sac de goûter + change quand on sort, sa valise pour les vacances, l’organisation en l’absence de nounou, booker la babysitter, etc… Je ne dis pas que l’homme ne participe pas car il fait beaucoup de choses par ailleurs donc je ne m’occupe pas, vider et remplir le lave vaisselle, les poubelles et les impôts, c’est pas mon truc. Mais je me demande si elle se rend compte de cela, car elle nous observe très attentivement pour nous imiter c’est certain et elle est souvent couchée quand l’homme entre en action.

Autre exemple plus ou moins conscient, l’homme doit souvent partir tôt pour une journée de déplacement et pour mon organisation du matin, j’installe Starsky à côté de moi dans la salle de bain quand je me maquille (ça me permet d’être sûre qu’elle n’escalade pas la fenêtre pendant que je suis occupée) du coup le rouge à lèvres et le mascara n’ont plus de secret pour elle… Et forcément je culpabilise un peu, même si je sais que ce n’est qu’un jeu d’imitation et qu’un petit garçon ferait pareil. Je me demande parfois si je laisserai un petit garçon faire semblant de se mettre du blush, je pense que oui, mais en suis-je vraiment certaine ? Du coup, prise de culpabilité, je lui refile sa brosse à dent, mais elle préfère clairement le pinceau de blush.

J’ai un peu peur du moment où elle sera confrontée à ses paires avec l’école et où elle regardera les dessins animés, mais chaque chose en son temps.
Et comme je ne suis pas à une contradiction près, Starsky est souvent habillée en fille-fille. J’essaie de limiter un peu le rose et de toujours privilégier le confort, mais c’est trop mignon les petites tenues pour les mini meufs.

Et chez vous, c’est comment ?

Bonne semaine !

 

J’ai pris le bus

Ça c’est du titre qui envoie, ça sent l’article de fond.

Habitant Paris, étant l’heureuse maman d’un génie, j’ai découvert récemment le bus.
Avant pour moi le bus était synonyme d’attente interminable (il y a des arrêts où ils annoncent sans sourcilier 24 minutes d’attente avant le prochain bus), de petits vieux qui prennent toutes les places assises et globalement c’est pas très rapide pour se déplacer dans Paris. J’ai toujours été une adepte du métro.

Sauf qu’avec une poussette et un bébé dedans, le métro, c’est pas l’idéal vu qu’il y a des tonnes d’escaliers et qu’il n’y a pas d’ascenseur et que quand il y en a un, tu as l’impression que ton  génie va tomber gravement malade rien qu’en respirant l’air dudit ascenseur.
Que la voiture à Paris, c’est compliqué, y a beaucoup de bouchons, jamais de place pour se garer, les ascenseurs des parkings sont systématiquement en panne et que ça coûte un bras et une jambe pour 2h dans un parking qui pue la pisse.
Il reste donc le bus si tu veux faire des trucs et sortir du rayon de 2/3 km autour de chez toi.

Et voilà comment moi, la grande adepte du métro, je me suis retrouvée à prendre le bus et même à y prendre goût.

Pour en revenir au trajet en lui-même, la RATP qui ne fait rien pour t’aider à prendre le métro, ne fait rien non plus pour t’aider à prendre le bus avec ton bébé.
Il existe une rampe d’accès au bus pour les fauteuils roulants et les poussettes à l’arrière des bus et autant te dire que je ne l’ai jamais vu ouverte. Donc au cas où tu es un doute, tu te portes ta poussette avec le gigot. C’est une seule marche, de toute façon ton dos est foutu, tu n’es plus à ça près.
A l’intérieur, c’est plutôt bien fait, il y a 2 emplacements réservés aux fauteuils roulants et aux poussettes. Il est tout de même préciser que s’il y a plus de 2 poussettes, tu es priée de plier ta poussette d’une seule main avec ton enfant sous le bras et un bus qui roule (si tu crois qu’il va attendre que ta poussette soit pliée pour démarrer…).
Sauf que comme je l’ai précisé, la montée se fait par l’arrière (ta poussette ne passe pas par la porte avant à cause d’une barre entre les 2 portes) et la validation de ton titre de transport se fait lui à l’avant. Quand il n’y a pas de monde, pas de souci, tu roules allègrement vers l’avant en manquant de tomber pour valider ton titre de transport, en général tu as 3 bleus en revenant t’installer avec ta poussette à l’arrière, mais au moins tu es en règle.
Sauf que l’autre jour, il y avait la blinde de monde dans le bus et que je ne voyais pas comment remonter à l’avant du bus avec ma poussette pour faire beeper mon pass Navigo à l’avant. Comme j’ai un pass annuel, valable sur toutes les lignes, tous les jours de l’année, je me suis dit que ce n’était pas très grave.
Sauf que c’est forcément le jour où je me suis faite contrôler. Je n’ai pas pensé une seule seconde que ça allait poser problème étant donné que je paye cet abonnement valable tous les jours sur toutes les lignes.
Ben en fait si, aux yeux de la RATP c’est un problème. J’aurais du valider et je devais régler dans l’immédiat une amende. J’ai expliqué au monsieur que je ne voyais pas comment je pouvais accéder à l’avant avec ma poussette vu le monde, ce à quoi il m’a répondu que je pouvais laisser ma poussette à l’arrière le temps d’aller beeper mon pass à l’avant (et laisser mon bébé que j’ai mis 3 ans à l’avoir et que c’est un génie seule à l’arrière hors de ma vue, mais oui bien sûr c’est une excellente idée monsieur).
Bref j’ai payé mes 5 euros (oui tout était minable dans cette histoire même le montant de l’amende), mais j’avoue que j’étais vraiment sur le cul pour rester polie. Super classe la RATP, au top de l’accessibilité.

Je rigole (jaune) mais c’est un vrai problème les déplacements sur Paris avec un bébé. Franchement, y a pas vraiment de solution qui ne soit pas galère et qui ne nécessite pas 6 bras et la force de musclor.
Les VTC n’ont pas de siège auto, la coque qui se clipse sur la poussette que tu peux installer dans n’importe quelle voiture s’arrête à 9 mois et seuls les taxis G7 proposent des siège auto, mais ils te ratent pas  quand tu demandes l’option, enfin elle a le mérite d’exister pour aller prendre un train ou un avion…
(Petite aparté belge, j’avais demandé à une société de taxis à Bruxelles pour avoir un siège auto à la sortie du Thalys, ils m’avaient répondu qu’ils n’en avaient pas mais que ce n’était pas bien grave car leurs taxis étaient assurés pour un bébé transporté sans siege auto…)
Et ne me parlez pas du porte bébé, car 1. ça me casse le dose et 2. y a un moment où il faut bien le poser quelque part le génie.

Du coup j’hésite entre continuer à prendre le bus quitte à emmerder tous les passagers pour valider mon pass ou à re-payer 5€ au prochain contrôle (c’est toujours moins cher qu’un taxi ou que 2h de parking à Paris) ou plus simplement à prendre ma voiture quitte à polluer un peu plus…

Pas le FN !

Je parle pas souvent de politique ici car ce n’est pas l’objet de ce blog.
Celles qui me suivent sur Twitter savent que je soutiens Emmanuel Macron depuis un moment, je n’en fais pas un secret et je comprends que l’on soutienne d’autres candidats (sauf une candidate en particulier).
L’objet de ce poste n’est pas de vous convaincre que c’est un mec génial (même si pour la première fois depuis longtemps, j’adhère à un discours politique qui me parait pragmatique et plein de bon sens, bref je vous le vends sur Twitter, je vais pas vous le vendre ici aussi).

Forcément, j’étais contente qu’il arrive en tête au premier tour, mais même si je m’y attendais, j’ai été très déçue et triste que Marine Le Pen  soit juste derrière.
Comment en est-on arrivé là ? Comment se fait-il que 2002 n’ait pas suffi à ce qu’on se détourne de ce parti de haine ?

Sans grandes surprises, les grands partis historiques (sont-ils encore de grands partis ?) ont appelé à voter Macron.

Mais la grosse claque que je me suis prise, c’est Mélenchon qui n’a pas pris position.
Alors pour tout vous dire, je n’aime pas trop Mélenchon. Ok, c’est un excellent orateur, il envoie des bonnes vannes lors des débats, ça nous fait marrer, mais faut pas déconner son programme est flippant. J’avais tout de même la naïveté de penser qu’il rejetterai le FN.
Et je vois de nombreuses personnes sur Internet (coucou Tittounett, mais tu es loin d’être la seule, ne te sens pas viser en particulier) qui disent qu’ils n’iront pas voter car ils en ont marre de voter contre, qu’ils veulent voter pour, qu’ils ne veulent pas qu’on leur refasse le coup de 2002, etc…
Et j’avoue que je ne comprends pas.

Le principe du second tour, c’est qu’il y a deux candidats, donc forcément, notre favori n’est pas toujours présent au second tour. Quand c’était Hollande contre Sarkozy, le FN n’était pas dans la balance et il n’y avait pas mon poulain de l’époque au second tour, n’empêche je suis allée voter contre « le moins pire » selon moi.

La vraie question, c’est pourquoi les gens 1. ont voté FN et 2. vont voter FN, blanc ou s’abstenir au 2nd tour et surtout comment les faire changer d’avis.

J’aimerai bien avoir la réponse, mais évidemment je ne l’ai pas.
Alors je vais juste vous dire des choses qui me traversent l’esprit pour essayer de vous motiver à aller voter pour Macron ou au moins contre le FN dans 2 semaines.

L’Europe, c’est quand même un progrès, ERASMUS, tout ça, ça vous rappelle pas de bons souvenirs ? Voyager sans avoir à changer d’argent, c’est quand même un kiffe, on veut vraiment que ça s’arrête ?
Qu’on le veuille ou non, l’économie est mondialisée, c’est un fait. Alors pour peser dans la balance, il vaut mieux s’associer à nos voisins européens que de nous isoler.
Quand j’entends Marine le Pen, j’ai peur, je vois le village d’irréductibles gaulois, version raciste et aigri et ça fait peur.

Macron peut énerver par son parcours mi banquier, mi homme politique (perso je trouve que c’est un atour de pas avoir traîner ses guêtres 20 ans à l’Assemblée, mais j’entends que ça puisse énerver), mais par rapport à Marine qui est tout de même la fille de son fasciste de père, digne héritière de politiques usés qu’on ne veut plus voir, un peu de fraîcheur, ça fait pas de mal.

Le vote de ras bol de la classe politique corrompue, je comprends, j’aurais pas voté pour le voleur, mais à date Macron a moins de casseroles judiciaires aux fesses que Le Pen vu qu’il n’en a aucune.

Vous pensez vraiment que Le Pen va augmenter le budget consacré à la PMA. Je dis pas que Macron le fera, mais y a quand même plus de chance qu’il soit sensible à ce sujet. Je rappelle que c’est le seul candidat qui souhaite régulariser les enfants nés d’une GPA à l’étranger.

Puis le programme économique de Le Pen n’a aucun sens, on a besoin des étrangers pour faire tourner l’économie, on a  besoin d’échanges économiques avec le reste du monde, on veut vraiment s’isoler comme la Corée du Nord ?

A ceux qui disent qu’élire Macron aujourd’hui, c’est retarder l’ascension au pouvoir du FN, ben non je ne suis pas d’accord. Déjà ma devise dans la vie, c’est un virage après l’autre, alors on commence déjà par avoir un président qui a un projet positif et pas de rejet et de haine. Et on lui laisse une chance de faire quelque chose de constructif pour ce pays dans les 5 prochaines années et peut-être que le vote FN ne sera plus à l’ordre du jour dans 5 ans car la situation sera meilleure. Je suis peut-être une optimiste, mais se dire que tout est foutu, ben non je suis désolée, j’ai pas envie de baisser les bras, j’ai plutôt envie de me relever les manches.

Puis pour conclure sur une note très personnelle, ma mère n’est pas vraiment blanche neige au niveau du teint, mon mari n’est pas vraiment un bon catholique et ma fille est un bébé synthétique (et ma nounou a besoin de renouveler sa carte de séjour) donc si Marine Le Pen passe, ça va être chaud pour mes fesses et celles de mes proches.
Donc comme rien n’est jamais gagné d’avance, s’il vous plait, allez voter et faites barrage à la haine.

Et pour celles et ceux qui sont en vacances pensez à la procuration ici et celles et ceux qui seront chez eux, vous pouvez prendre la procuration de quelqu’un de votre commune en vous inscrivant ici.

Chaque voix compte ! #AvecMoiLe7Mai

N’oubliez pas d’aller voter dimanche (dans 2 dodos)

C’est important.
C’était déjà important jeudi en fin de journée quand j’ai écrit ce post, mais ça l’est encore plus suite aux tristes événements d’hier soir sur les champs elysées.

Sauf si vous pensez voter Marine, dans ce cas là, faites vous un dimanche brunch, sieste, balade, vélo, tout ce que vous voulez mais pas voter Marine.

La PMA a été totalement absente de la campagne, c’est bien dommage, mais ce n’est pas une raison pour ne pas aller voter, donc on se bouge les fesses et on va voter !

Bien que tous les candidats n’aient pas répondu à BAMP, ils ont répondu à madame Figaro, voici un récap sans grand surprise.
A droite, ils sont contre la PMA pour les femmes seules ou les couples de femmes, à gauche ils sont pour (enfin Hollande avait promis des trucs et on voit ce que ça a donné concrètement… donc à voir).
Pour la GPA, ils sont tous contre, seul Macron souhaite « régulariser » les enfants nés de GPA à l’étranger.
(Personnellement, ça me semble une telle évidence qu’il ne faille pas « punir » ces enfants et qu’il faut leur donner une place à part entière et pas en faire des demi-citoyens…)
Rien sur la recherche sur l’embryon, un meilleur accès aux techniques innovantes, la recherche, etc… En gros ce n’est pas un sujet pour eux et pourtant on est un couple sur six et on vote tous, car vous allez toutes et tous voter dimanche, hein ? c’est promis ?

Voilà, c’est tout.
Happy Friday malgré tout et une pensée pour les familles des policiers.

 

Dans la catégorie, j’ai lu pour vous

Après le Filliozat, passons à un sujet littéraire moins polémique (normalement), celui des livres pour les 0-2 ans. J’imagine que comme beaucoup de parents, je ne savais pas trop à partir de quel âge, ni quel livre choisir, donc voilà un résumé de notre petite expérience.
(Je suis preneuse de tous les livres qui ont marché chez vous à 20 mois et plus!)

Les livres sonores
Ces livres ont été les premiers livres à vraiment attirer l’attention de Starsky vers 6 mois environ. J’ai l’impression qu’avant les petits aiment surtout manipuler l’objet, plus que « lire » et il vaut mieux des livres à toucher avec des matières et des textures différentes, notre préféré était celui là.
Les livres sonores marchent toujours aujourd’hui avec la miss qui appuie sur les boutons et s’essaye au chant. On en a une tripotée. Il y a tous les styles sur les bruits d’animaux, sur les couleurs, sur la musique, les comptines, le vocabulaire, etc… Voici ceux qui marchent le mieux chez nous ou qui me cassent le moins les oreilles, on va dire:
La ferme (un must, mais dis moi comment fait le cochon ???), Mes premières chansons (il en a du chagrin ce pauvre lapin), Mes premiers airs de rock (pour taper du pied en rythme ou pas), Mes premiers airs d’opera (pour chercher où se cache la souris verte, private joke entre Strasky et moi), Mes musique classiques (très bien pour le soir), Mes berceuses en musique classique (très bien aussi pour le soir, si avec tout ça c’est pas un Mozart mon génie…), Mes premières chansons de princes et princesses (celui-là me casse la tête mais est apprécié), Comptines des animaux rigolos (ça change des classiques et c’est plutôt sympa), Mes comptines du monde (pareil, ça change des classiques et on a l’impression d’avoir un génie qui parle plein de langues étrangères).

Petit Ours Brun
Alors autant Tchoupi ou Bébé Balthazar sentent mauvais et sont indignes de mon génie, autant Petit Ours Brun (POB pour les intimes) a la côte. C’est pourtant le même principe avec une histoire très basique du quotidien de l’enfant en quelques pages, mais seul POB est accepté et lu et relu avec une préférence pour le manège, le téléphone de maman et le pot.

Le yoga des petits
Celui là, je l’ai pris en rigolant doucement intérieurement à la bibliothèque. Et bien c’est un carton plein. Alors je pense qu’il n’a de yoga que le titre, mais il est pas mal fait avec chaque pose qui est associée à un animal et comme Starsky est fan des animaux en ce moment et qu’elle est trop contente de faire les poses avec moi, le livre est réclamé matin, midi et soir.
Animaux + Faire comme maman = Encore ! Du coup on l’a acheté.

Circulez!
Encore une trouvaille de la bibliothèque. Pareil je n’y croyais pas trop, mais Starsky l’avait mis sur notre pile (sûrement le goût des belles choses avec ce magnifique jaune canari en couverture). Le design est assez surprenant, tout est très stylisé et j’avais peur que Starsky ne reconnaisse pas les objets, mais comme c’est un génie, elle reconnait tout bien et adore montrer les différents véhicules qu’elle croise au quotidien, la police, le vélo, le bus, le bateau, etc…


Où est Spot mon petit chien
C’est un classique que j’avais petite et je l’avais acheté en anglais pour initier Starsky à la langue de Shakespeare (oui, j’ai cru qu’elle allait lire à 1 an…). Si on fait abstraction du fait que je lui lis en français, elle adore soulever les languettes et dire « non » depuis un bon moment et maintenant nos séance de lectures évoluent avec le fait qu’elle dit « non, pas là » et nomme les animaux cachés derrière les languettes. C’est un livre qui marche bien depuis un bon moment et j’ai l’impression qu’il va durer.

Tous les bisous
Ce livre cartonne le soir en mode câlins / bisous, il y a le « bisous qui pique » avec la barbe, le « bisous glou glou » du poisson, etc… et il a la bonne idée de se finir par un « bisou dodo » qui fait une transition subtile avec le lit (ils sont forts les auteurs).
Il marche moins bien quand c’est l’homme qui le lit car il ne fait pas le bisou chien avec la langue alors que la base de ce livre c’est de mimer chacun des bisous.

Best Word Book Ever
C’est un cadeau d’une amie américaine, d’où l’anglais, j’ai pas refait le coup de Spot 2 fois de suite. Ce livre a 50 ans et n’a pas pris une ride enfin si, je sais pas comment elle arrive à reconnaître la télé, mais Starsky le kiffe grave. J’ai le souvenir de l’avoir eu petite, donc une version française doit exister mais je ne l’ai pas trouvée sur Amazon.  En ce moment, c’est son imagier préféré, je pense que le grand format du livre et le fait que les objets soient mis en scène facilite la lecture pour les moins de 2 ans. Nous avons aussi l’imagier du père castor, mais seuls certains chapitres sont accessibles pour Starsky car on n’est pas encore complètement au point sur la nuance entre une basket et une sandale pour l’instant ce sont des chaussures et c’est déjà très bien.


Le livre des bruits
Il nous a été conseillé par des amis qui ont un fils plus vieux de quelques mois que Starsky et c’est un vrai bonheur de le lire avec elle qui fait chacun des bruits et tourne les pages pour trouver un bruit en particulier qui lui plait (Boum et Tut Tut pour ne pas les citer).

Voilà nos succès littéraires de bac à sable et notre remise des grands prix du morveux qui lit.

Sinon dans les autres succès, c’est l’achat de cette bibliothèque qui présente l’avantage d’être sur roues et donc de pouvoir être déplacée de la chambre au salon, mais aussi de pouvoir servir de trotteur avant l’acquisition de la marche (le poids des livres sert de frein intégré). Elle a aussi l’avantage d’être à hauteur de bébé afin de laisser le génie choisir les livres qu’elle souhaite lire. En vrai on joue aussi beaucoup aux déménageurs en sortant et rangeant les livres, c’est vraiment multi-usages.


Sur ce, Happy Friday !
(perso, je bosse pas, c’est la teuf !)

 

J’ai tout lu le Filliozat

Suite à mon post sur l’éducation bienveillante qui a déclenché un grand débat alors que je l’avais écrit un peu à l’arrache sans trop me renseigner sur le sujet (au cas où vous ayez un doute, en général mes posts sont écrits en grande partie dans le métro et vaguement relus sur ordinateur pour ajouter les magnifiques photos prises avec soins et faire un peu de mise en forme avant d’être postés).
Tout ça pour dire que je me suis dit qu’il fallait que je me renseigne un peu sur le sujet et j’ai donc lu la bible de l’éducation bienveillante de Isabelle Filliozat « J’ai tout essayé ». C’est un bouquin avec des dessins qui se lit super vite.

Petite fiche de lecture en 3 points :
1. Elle enfonce beaucoup de portes ouvertes ou comment énoncer une évidence en donnant l’impression d’avoir inventé le fil à couper le beurre
2. Il y a quand même quelques trucs intéressants, vraiment pour de vrai
3. Il y a une partie complètement perchée où je voyais entre les lignes les parents relous du square
Je pense qu’en appliquant l’ensemble des conseils énoncés on peut élever un gamin égoïste et auto-centré qui refuse tout type de contrainte dans sa vie sociale ou dans sa vie professionnelle vu qu’on lui a évité toute contrainte depuis la naissance. Si c’est un génie ça peut donner Steve Jobs, par contre si c’est un médiocre, bonne chance pour vous faire offrir la villa de vos rêves pour la retraite.

Et j’ai trouvé le ton souvent niais, un peu infantilisant, mais c’est très personnel. J’ai beaucoup de mal avec ce type de tournure qui parle au nom de l’enfant…
« Pourquoi tu es si fâchée ? Pourquoi tu m’en veux ? J’ai besoin de toi, maman, pour arrêter cette tempête. Je crie de plus en plus fort pour que tu m’aides… Ne m’abandonne pas à ma rage… »

Elle parle de parentalité positive et non bienveillante, je n’ai pas toutes les nuances en tête, mais je pense que c’est assez proche.
Le bouquin est organisé par tranche d’âge avec des conseils pratiques et des mises en scène du quotidien (il est pas si mal foutu).
Je n’ai volontairement pas commenté la partie sur les enfants plus âgés car n’ayant pas encore été confrontée, je demande à voir avant de juger.
Par ailleurs, elle n’aborde pas du tout la motricité libre, ni la diversification menée par l’enfant (si vous avez les bouquins de référence sur le sujet, je suis prête à les lire).

Je commence par les portes ouvertes:

– Ma préférée « un enfant est plus compliquée qu’une plante verte » et pourtant j’ai maintenu Starsky en vie plus longtemps qu’aucune plante verte qui m’a été confiée. Je cite « quand les feuilles de votre ficus jaunissent et tombent, vous n’imaginez pas que la plante le fait exprès pour vous faire marcher ou cherche à vous faire passer pour une mauvaise jardinière »… Personnellement, je n’ai jamais pensé que Starsky faisait son cochon hurlant pour me faire marcher.
– Détourner l’attention de l’enfant quand il fait une bêtise, un comportement dangereux, etc… Sérieux faire plusieurs chapitres là dessus, faut pas avoir peur.
– Occuper l’enfant pour éviter les crises, idem, ré-vo-lu-tionnaire ! J’aurais jamais pensé à prendre des jouets quand on sort ou occuper Starsky au super marché avec un sac et une pomme ou des gommettes dans l’avion.
En gros la méditation et la contemplation ne sont pas innées chez l’enfant et il vaut mieux occuper son cerveau et ses mains pour anticiper / éviter les crises, sachez le!

Les enfants d’un même groupe d’âge ont des comportements similaires. Et moi qui pensait que ma gamine disait non parce que c’était un génie révolutionnaire, une réincarnation du Ché  alors qu’il semblerait que ce soit les deuzans et une phase normale de son développement…

Taper son enfant ne sert à rien et c’est mal. C’est dommage car ça remplaçait le cour de body combat auquel je n’ai plus le temps d’assister (humour).

Au cas où vous ayez un doute, les enfants de 2 ans n’ont pas la notion du temps et ne comprennent pas « plus tard », « dans 10 minutes ».

Palme de l’évidence énoncée savamment « Et pour éviter les bêtises, mieux vaut ne pas laisser un enfant de moins de quatre ans sans surveillance. Son cerveau ne lui permet ni de faire la différence entre bien et mal, ni d’inhiber ses impulsions à agir, et il y a tant de tentations… » bref, on ne laisse pas bébé dans son coin.

 

Ce que j’ai trouvé intéressant

Son analyse sur les enfants qui ne sont pas plus difficiles qu’avant, mais simplement plus stimulés et plus exposés à la tentation. C’était peut-être mieux avant sans supermarché, ni télé, ni tablette, mais c’était surtout moins de travail pour éduquer.

Le fait de calmer son enfant en le serrant dans les bras en cas de crise. Déjà testé et approuvé, pas la peine d’expliquer quoi que ce soit à un enfant en crise et j’ai remarqué que cela aidait Strasky à se calmer quand je la serrais dans mes bras en la balançant avec une respiration calme de type yoga un peu exagérée (c’est mon côté maître yogi).

Dire STOP plutôt que NON, pas testé chez nous car on a dit NON et je crois qu’il est intégré donc difficile de revenir en arrière, mais je trouve intéressant de différencier l’arrêt d’une action d’une interdiction stricte.

Proposer des alternatives ou installer une routine au lieu de donner un ordre. C’est vrai que ça marche souvent mieux que répéter 15 fois un ordre pour entendre 15 NON en retour.

 

Sur la partie perchée, les phrases parlent d’elles-mêmes

« En éprouvant l’amour que vous lui portez, vous pouvez laisser cette sensation dans votre poitrine se diffuser dans le reste de votre corps. Puis poser votre main sur la sienne. Écoutez, sentez, recevez, accueillez la vie de votre enfant dans votre paume. »
« Respirez dans votre main, puis imaginez que vous permettez à sa respiration de pénétrer jusqu’à l’intérieur de vous… jusque dans votre coeur. »

« Nous avons découvert qu’il pouvait être dangereux de dire « non, ne touche pas à la prise de courant ! », et que « non, tu n’auras pas de bonbon » est plus déclencheur de rage impuissante qu’éducation à la frustration. »

« Quand on dit : « c’est bien » à un enfant, non seulement cela souligne que cela aurait pu être « mal » mais il ne mémorise pas l’action. Il mémorise sa fierté et la tension liée au risque d’échec. L’enfant est sous le jugement du parent, son cerveau frontal n’est pas mobilisé. »

« Alors pour quelle raison poser ce bocal de bonbons en évidence au sommet de l’armoire si elle ne désire pas que son enfant les convoite ? C’est une véritable incitation au cerveau d’un enfant de trois ans. Et l’on dit que ce sont les enfants qui provoquent les parents ! »

« La peur et la honte engendrées par les punitions inhibent les fonctions cérébrales supérieures, ce qui a un impact sur les performances intellectuelles, la vie émotionnelle et la socialisation. »

« Lui dire « Ce n’est pas à toi, c’est le jouet de Zéphyrin » induit de la confusion parce que Zéphyrin n’a pas le jouet en main. Il est plus utile de lui dire « oui, tu as le camion dans tes mains maintenant » et de poursuivre selon les jours avec quelques habiletés de parentalité positive, pour lui enseigner les deux dimensions complémentaires qu’elle a besoin d’acquérir : le sens de la propriété et de ses droits : « Tu as le droit de le garder pour toi. C’est à toi. » Et la frustration et la reconnaissance des droits de l’autre.  »
(Spécial dédicace au papa du parc qui ne prête pas sa pelle, je suis sûre que ton gamin s’appelle Zéphyrin et il a pas intérêt à zieuter le sceau (seau?) de mon génie)

« Marquer les séparations par des meubles, un trait au sol, des tapis qui délimitent des espaces personnels. »

 

Comme dans tout, il y a à prendre et à jeter. Je continue à penser qu’éduquer au feeling et au bon sens reste la meilleure option tant qu’il y a de l’amour.
Je suis impatiente d’avoir la fiche de lecture de Madame Ourse, de Marivalou et de Biquette !

Bonne semaine !